Ce mondial est le mundial sud-americain par excellence

30 juin 2010

L’Amérique latine frise le carton à l’issue du premier tour du Mondial.
6 des 7 équipes représentées se sont qualifiées pour les 16eme de finales, seul le Honduras a été éliminé.
Sur ces 6 représentants 4 sont passés en 8eme de finale, les 2 autres ont été éliminés dans des rencontres inter sud-américaines (le Mexique par l’Argentine et le Chili par le Brésil).

Vu que les 1/4 de finales nous réservent des rencontres entre équipes sud-americaines et celles restantes de l’Europe (Allemagne, Hollande, Espagne) ou le Ghana, on peut théoriquement se retrouver dans les demi-finales avec uniquement des équipes sud-americaines, ce qui serait ne pas prendre en considération l’équipe très ambitieuse du Ghana.
Une finale des 2 grands Brésil-Argentine semble aujourd’hui la plus probable et qui de la Hollande ou l’Allemagne pourrait déjouer ces probabilités?

A ce stade, quoi qu’il en soit ce mondial peut deja être considéré comme le Mundial de l’Amérique du Sud.
A l’image de la mondialisation 1ere décennie du XXIeme siècle, nous avons vu l’Europe échouer, l’Afrique fatiguée, l’Extrême Orient en plein éveil et en action, les Etats-Unis s’essouffler, et surtout les sud-américains en pleine expansion. Le foot est le miroir du monde.

Publicités

La vue du lac Ontario et son effet sur le G20.

29 juin 2010

Entre mes convictions sur le « vain G20 » et « la nécessité du G8 » voici les arguments pour ces réunions et elles proviennent de la bouche de Sarkozy.

«Vous croyez que cela nous fait plaisir de nous réunir ? Nous sortons vidés de ces sommets ! Je préférerais faire du bateau sur le lac Ontario»
«Si on ne discute pas, c’est la guerre. Ce n’est pas une question de plaisir, c’est une question de nécessité. Chaque sommet ne débouche pas sur des décisions historiques. Mais il faut prendre le temps de se comprendre. Si on ne se parlait pas, croyez bien que ça couterait plus cher. Ça fait partie du travail. Dans les siècles précédents, il n’y avait pas de sommets, chacun gardait sa vérité dans son coin et levait une armée».
«Se parler franchement autour d’une table, cela fait une différence», ajoute-t-il. «On comprend mieux les autres. Cela oblige à la tolérance et au compromis. Et ce sont de bonnes choses»


Ok, on comprend que ce sommet n’ait débouché sur rien du tout car la crise économique est loin derrière nous (octobre 2008) et la prochaine très proche devant nous à en croire le prix nobel d’économie Paul Krugman.
Ok, on comprend qu’on se sente frustré de bosser un samedi-dimanche à la vue du lac Ontario.
ok, ok ….. mais je ne comprends pas qu’avec et malgré ces G8, G20 on en arrive à moins de tolérance et de compromis entre les hommes à travers la planète. Si tolérance et compromis « existent » entre dirigeants, un coup d’oeil sur la planète internet nous indique tout le contraire, c’est la guerre tout court entre citoyens. Soit nos dirigeants préfèrent ne pas voir les problèmes, soit c’est la vue du lac Ontario qui trompe leurs sens.


Vain G20

28 juin 2010

Un sommet pour rien ! Les promesses pour une réduction par deux des déficits pour 2013 n’engagent personne, d’ailleurs en 2013 que restera t’il d’élus de tous ces dirigeants, et pour preuve ceux qui ont une échéance électorale proche tel Sarkozy ou Obama choisissent plutôt la relance (« après moi le déluge ») , et les autres qui viennent d’être élu ou réélu tel Cameron ou Merkel choisissent la rigueur et la réalité.

Les 12 chefs d Etat (G20 non G8) n’ont pas eu leur mot à dire et certains ont préféré regarder la deuxième mi-temps du match de football de huitième de finale Angleterre-Allemagne. Bref, ils ont eu droit à un soirée festin et à la photo traditionnelle et, ont compris que le G8 veut rester celui qui décidera, eux ne devront que se féliciter d’être présent.
Donc ce G20 se termine par du flou à l’image des dirigeants actuels et avant tout du no1 mondial Obama.


De la nécessité du G8 ou la nostalgie de la bonne époque

27 juin 2010

Le G8 ne comprend pas la Chine, et l’Inde  (2 eme et 4 eme puissances économiques), mais  l’Italie (10 eme place)  et le Canada (14 eme rang).

Au cours des derniers jours, la pertinence du G8 a souvent été mise en cause, à l’heure où le G20 est beaucoup plus représentatif de la communauté internationale. À cela, le premier ministre Harper a répondu que le Groupe des huit a son utilité. Il a reconnu que le G8 ne pouvait prétendre représenter l’économie mondiale. Il a souligné toutefois que le groupe permet les discussions entre pays « aux vues similaires » dans un contexte informel. Il a fait valoir qu’il y avait des limites à ce que peut accomplir une rencontre entre 20 dirigeants.

Si des regrets se font sur ce bon vieux G8, c’est que ce groupe « aux vues similaires » est si l’on veut à l’image du monde du siècle dernier, de la « bonne époque », a les mêmes valeurs « occidentales », et il ne comprend pas aujourd’hui  pourquoi il doit s’encombrer de pays tels que l’Indonésie, la Turquie ou l’ Arabie Saoudite.

C’est dans une situation de crise financière en 2008 que l’on pensa à associer tout ces pays emergeants, mais a bien y réfléchir il ne faudrait pas s’encombrer d’un G20 brouhaha ou chacun tirerait les ficelles dans une direction opposée.

A 20  difficile de décider, à 8 c’est plus simple, tout simplement !  Mais  économiquement le  G8 ne tient plus le haut de l’échelle,   donc on se réunira entre amis sous le G8 pour tout ce qui a trait à la planète, et on laissera le sujet économie et finance pour le G20.

Que dira la Chine ? Je crois que le G8  sera très bientot contraint de fixer un G10 avec la Chine et l’Inde, à moins de définir le G8 comme le club des 8 amis !


Les gens à l’âge de l’instantanéisme

26 juin 2010

Les gens, c’était tout le monde et c’était n’importe qui.
Souvent, ils ne savaient plus très bien ou ils en étaient,
les gens. On leur expliquait que la banquise

Source: les gens de Philippe Labro


Du café contre le cancer ou du café contre la connerie

25 juin 2010

Encore une étude « scientifique » sur les effets de la consommation de…

D’après une nouvelle étude américaine la consommation fréquente de café (plus de 4 tasses par jour) diminue les risques de cancer de la tête et du cou et les risques de cancer de la prostate de 60%, ainsi qu’une baisse des risques de tumeurs au cerveau.
On peut y croire, en rire, l’accepter ou le nier mais lorsque des chercheurs suédois ajoutent que la façon dont le café est préparé joue un rôle important pour prévenir les cancers, alors on nous prends pour des cons!

Filtrer ou ne pas filtrer? Telle est la question, selon cette étude.
Leur conclusion est que «chez les femmes qui buvaient du café bouilli plus de quatre fois par jour, les risques de cancer du sein étaient moins élevés, comparé aux femmes qui buvaient du café moins d’une fois par jour».
Chez «les femmes qui buvaient du café filtré, il y avait un risque accru de cancers du sein précoces (avant 49 ans) et une baisse des risques de cancers du sein tardifs (après 55 ans).»

La j’y perds mon latin! qu’en est ils de ces malheureuses entre 49 et 55 ans!!! et la suite de la recherche est carrément grotesque: bouillir le café n’est peut-être pas la meilleure solution pour tout le monde: «Les buveurs de café bouilli, contrairement aux buveurs de café filtré, avaient des risques accrus de cancers du pancréas et du poumon, chez les hommes».

Je crois que tous ces chercheurs devraient combattre la connerie, et pour cela rien de mieux qu’un cafe bouilli puis fitré et refitré, et plus ils en boiraient moins ils nous assommeraient de leurs conneries.

——————————
Sources: Etude de Mia Hashibe: http://intl-cebp.aacrjournals.org

Etude complète intitulée «Consumption of filtered and boiled coffee and the risk of incident cancer: a prospective cohort study»: http://www.springerlink.com/


Destin ? oh rage, oh désespoir.

25 juin 2010

J’ai decouvert cette plage par hasard, Destin ?

Destin

C’est le nom de la ville!

Cette plage m’a inspiré et m’a donné envie d’écrire et d’ouvrir ce blog.
C’était il y a 2 ans, sur les routes d’Amérique, sur la cote ouest de la Floride juste après la frontière avec l’Alabama, il fallait s’arrêter, ce fut Destin… une merveille de la nature avec son sable blanc argenté, et sa mer d’un vert turquoise resplendissant.
C’était il y a deux ans, aujourd’hui Il y a du pétrole dans l’eau et dans le sable, il est interdit de s’y baigner …..oh rage, oh désespoir, quel destin pour Destin, quel destin pour la faune aquatique.