6 jours en juin

1 juin 2017

Il y a 50 ans la guerre des six jours.

Il y a 50 ans, la guerre des six jours de 1967 marquait tout d’abord par sa rapidité, guerre surprise, guerre èclair, guerre du lundi alors que l’on s ‘attendait à une ouverture des hostilités le dimanche, debut des hostilités à 9h alors que l’on s’attendait à cinq heures du matin. 6 jours et tout était reglé d’un point de vue victoire militaire d’Israel sur les pays arabes environnants. Une victoire écrasante qui a stupéfié le monde, les experts militaires n’en revenaient pas mais depuis dans le monde il n’y a plus de guerre express, il y a des combats qui s’éternisent.

Victoire donc en 1967, mais 50 ans aprés rien n’est réglé entre Israel et les Palestiniens sous sa tutelle. Les extremistes-religieux-messianiques des 2 camps ont tout fait pour saborder tout espoir de reglement.

Victoire donc en 1967, defaite donc en 2017.
Car dans l’histoire du monde toute victoire passe inevitablement par des pourpalers et solutions entre les partis impliqués dans la guerre. 50 années et toujours dans l’impasse. La guerre des 6 jours n’est donc pas encore terminée. Terrible…..

image

Et en souvenir, lundi 5 juin 1967 à 11h notre directeur du lycée nous demande de rentrer à la maison, la guerre a éclaté, les arabes crient à la victoire et Casablanca risque de flamber, vaut mieux se refugier. C’est ce refuge que je trouverais en France à Strasbourg puis en Israel. Aujourd’hui plus de refuge en France pour un Juif nord-africain ou Juif tout court. Ca aussi c’est un changement. Terrible …..


Coup d’Etat chez l’oncle Sam

20 mai 2017

Trump n’a pas eu le temps de monter dans l’Air Force One en direction de l’Arabie Saoudite et d’Israel que l’on on a eu droit à une pluie d’annonces et de fuites à propos de l’enquête sur la Russie. Une overdose d’infos, de fuites, de faire-croire, de mensonges. Tout est conçu et calculer pour delegitimer Trump et faire accepter à l’opinion publique une éventuelle destitution. Pour cela il faut un ennemi et Poutine est le candidat idéal, la Russie doit faire peur comme à l’époque de l’URSS ainsi les moutons de panurge – que nous sommes -suivront.
Car aujourd’hui au pays de l’oncle Sam celui qui dirige ce n’est plus le President, ni le Senat mais la CIA, le FBI, la NSA et autres services d’espionnages qui sont des organismes au « dessus de tout soupçon » qui se permettent tout, ce qui est bien ou bon pour chaque citoyen, ses vaccins, ses secrets sur Google ou Facebook, ses historiques.
Et si ces moutons de Panurge ont eu la mauvaise idèe d’élire Trump, eux se chargeront de trouver des charges pour le destituer puisque le tuer comme Kennedy est plutot compliqué. Trump derange les tycoons, la presse, les elites. On l’assomme de fausses accusations sur la Russie , de fuites sans preuves, souvent c’est du vent mais suivant le principe bien connu

ob_fba93e_1031331476


«Calomnions ! Calomnions ! Il en restera toujours quelque chose»

Aujourd’hui les gens ne savent plus ce qui est vrai de ce qui est faux

Il suffit d’accuser dans les réseaux sociaux, les gens n’ont pas le temps de vérifier et ils vont donc se ranger à l’opinion majoritaire, celle que CNN , CBS ou ABC, le NY TIME ou le WASHINGTON Post vehiculent.
Tout cela a un nom: COUP D’ETAT !!

gettyimages-56667887-feature-hero


L’ennemi de mon ami ou l’ami de mon ennemi

14 janvier 2017

L’ennemi de mon ami n’est pas forcement mon ennemi mais celui avec qui on peut trouver un compromis.

L’ami de mon ennemi n’est pas forcement mon ennemi mais celui avec qui on peut coopérer.

C’est exactement ce qui se passe entre le boss du (journal) « Yedioth » l’heritier Mozes et Bibi Natanyaou  l’ami du milliardaire (à l’infini) américain Adelson et son journal « Israel Ayom » distribué gratuitement.

Un jeu à trois, le jeu du marteau-ciseau- papier.
Bibi veut acheter le soutien de « Yedioth ».
Mozes veut reduire l’influence de « Israel Ayom ».
Adelson veut appuyer Bibi en cassant financiérement Yedioth.
Qui gagne ? Peu importe, c’est nous les perdants, nous lecteurs, nous comptons pour des nulls, des idiots sur lesquels les medias au service des politiques eux même au services des multi-millionnaires nous manipuleront.

Quand medias, politiciens et multi-millionaires ont un interet et but commun c’est le meilleur signe que la democratie est en grand danger.

Affaire à suivre, Bibi partira t-il ? De toutes les maniéres il aura détruit l’esprit sioniste laique qui faisait la force et l’union de la société israelienne.

Avec Bibi au pouvoir depuis belle lurette, le sionisme est devenu cynisme et malheur à qui s’oppose à lui …… ou à sa femme. Le Bibi 2017 rappelle plus le turc totalitaire Erdouan que le naif Justin Trudeau.


L’Europe à nu, l’Europe est nu.

14 décembre 2016

C’est une déroute totale des puissances occidentales face au drame syrien, face aux massacres d »Alep.

Incapables d’agir l’Europe se retrouve aujourd’hui aussi incapable de se défendre.
Sans les Etats-Unis aucun pays européen ne peut entreprendre aujourd’hui d’action militaire autonome et independante.
De même l’Europe sans les Etats Unis serait incapable de pourvoir à sa defense face à une invasion russe.
Et la menace islamo-terroriste ne fait qu’aggraver l’impression d’ insécurité des citoyens.
L’Europe n’est plus ce qu’elle était au XX iéme siécle.
L’Europe est nue. On comprend donc que l’échelle des valeurs, des droits humanitaires sont tombés aux oubliettes. Quel dommage!

cassee-2

 


Le resultat du mandat Obama en une image

14 décembre 2016

2009-2012: 4 ans de bla-bla-bla

2013-2016: 4 ans de silence ou d’inaction

le resultat: Alep

 
Occident, droits de l’homme, ONG humanitaires: silence total.
La raison du plus fort est toujours la meilleure disait La Fontaine.
La force du plus fort est toujours la meilleure dirait Poutine.

Quant à Obama il continuera de raconter aux enfants des histoires sur les mèchants loups.

Une bonne synthése entre bla-bla-bla et inaction !


Chercher la petite bête

20 novembre 2016

Les medias américains classiques n’arrivent pas à avaler la nomination de Trump, et n’y pouvant rien ils se focusent en recherchant la petite bête sur les personnes qu’il choisit pour l’aider à gouverner.
Un tel est antisémite, un autre s’oppose à toute immigration, un autre est homophobe ou encore opposé à l’avortement et au mariage homosexuel, un tel autre a tenu des propos ouvertement racistes dans les années 80, et enfin ce dernier a montré jadis une certaine sympathie pour le Ku Klux Klan. Au minimum on les considère comme des « durs » et ayant des « positions radicales »

petite-bete

 

Il semblerait que pour ces médias frustrés, il n’y ait que 2 candidats purs que Trump se devrait de choisir pour reussir, ce sont Hillary et Obama !
Les autres ont tous une tare.

‘Les losers de gauche sont tombés dans une telle hystérie après avoir perdu la Maison-Blanche qu’ils ont perdu tout contact avec la réalité», a écrit l’éditorialiste David Horowitz

The losers of the left have worked themselves into such a bizarre hysteria over the fact that they lost the White House that they have lost all connection to reality and are now hyping their most ludicrously paranoid fantasies.

Le malheur c’est que les medias dans le monde retransmettent toutes ces allégations   sans aucune verification, le journalisme d’investigation n’existant plus et a été remplacé par les journalistes du copy/paste.

Leur but: « Si nous n’avons pu empecher Trump de monter, nous allons maintenant agir pour le faire degringoler » , et comme il est de plus difficile de faire la distinction entre des arguments sérieux et de la propagande sur le web, on continuera à chercher la petite bête à Trump.


Z’avez pas vu Huma ?

31 octobre 2016

Z’avez pas vu Huma Abedin ? Je la cherche partout, ou plutôt on la cherche partout aujourd’hui.
Jusqu’à vendredi Huma Abedin était une femme de l’ombre, comme la plus proche collaboratrice d’Hillary Clinton et comme femme soumise du congressman Anthony Weiner.
Prise entre 2 feux, un tyran – sa boss – et un autre tyran pervers – son mari-, lorsque les mails secrets de la boss se confondent avec les photos-pornos et SMS à caractère sexuels de son mari, on ne peut que plaindre Huma Abedin.

Sex, mensonges et video du film de l’avant Bill devient Sex, mensonges et e-mails de l’avant Hillary ou plutot de ce qui fera de Trump le prochain président des Etats-Unis.

 

 
PS: Coïncidence, quelques jours avant l’annonce du FBI, la chaîne Showtime diffusait Weiner, un captivant portrait d’Anthony Weiner et du couple de pouvoir qu’il formait avec Huma Abedin. Le documentaire est parfois cité pour les prochains Oscars !