Tout n’est que dévastation et désolation après Michael

13 octobre 2018

Il ne reste plus rien, partout, ce ne sont qu’inondations, arbres abattus, routes closes et débris, ni électricité ni réseau de téléphonie, ni eau, ni nourriture, de trés nombreuses habitations sont en ruine, des marinas detruites, des centres commerciaux détruits.
Rien n’a resisté aux vents soufflant à plus de 200 km.
Pour les habitants c’est le chaos, il ne leur reste plus rien. J’imagine l’état d’esprit et de nerfs. Michael c’est l’effet d’une bombe nucléaire sans radiations.

image

C’est triste parce que même apres la reconstruction qui prendra quelques années on aura perdu la beauté et l’esprit de ces villages des années 50 du siécle dernier.
Panama City ne sera plus la Panama City que j’ai connu. Idem Mexico Beach.
Quand à Destin, je n’arrive pas à savoir l’ampleur des degats mais je pense que Destin l’a échappé belle et de justesse.

Et ce soir, pas le moindre de vent içi chez moi sur le Carmel, on dirait qu’après Michael le vent à honte de se montrer dehors ….. jusqu’à la prochaine.  Finalement choisir de vivre en Floride c’est se definir SDF.

 

 


Aprés Michael

11 octobre 2018

Le vent ce n’est rien, sans vent nous ne serions rien et avec un vent à 250 km/h il ne reste plus rien.
image

A propos Michael au sens biblique Mi Chael veut dire « qui est comme Dieu ? ». Eh bien oui le vent évidement, rien ne lui résiste.

J’avais découvert en 2008 la plage de Destin tout prés de Panama Beach.
J’avais decouvert cette plage par hasard, Destin ?
Cette plage m’a inspiré et m’a donné envie d’écrire et d’ouvrir ce blog.

Aujourd’hui je ne sais ce qu’il reste de Destin ?
Mais tout cela m’améne à dire que le Destin est entre les mains du vent,
de l’inconnu, du hasard.

Suite à cette découverte, une amie de Darnna habitant Toronto a décidé de passer ses hivers à Panama Beach City. Le 28 septembre elle a atterit de nouveau et nous a fait parvenir cette photo paradisiaque, depuis silence radio. On attend de tes nouvelles Preciosa !

A LIRE OU A RELIRE SUR LE MEME THEME:

–  Destin

–  Destin ? oh rage, oh désespoir.


Destin ? oh rage, oh désespoir.

25 juin 2010

J’ai decouvert cette plage par hasard, Destin ?

Destin

C’est le nom de la ville!

Cette plage m’a inspiré et m’a donné envie d’écrire et d’ouvrir ce blog.
C’était il y a 2 ans, sur les routes d’Amérique, sur la cote ouest de la Floride juste après la frontière avec l’Alabama, il fallait s’arrêter, ce fut Destin… une merveille de la nature avec son sable blanc argenté, et sa mer d’un vert turquoise resplendissant.
C’était il y a deux ans, aujourd’hui Il y a du pétrole dans l’eau et dans le sable, il est interdit de s’y baigner …..oh rage, oh désespoir, quel destin pour Destin, quel destin pour la faune aquatique.