Oh rage! Oh désespoir! Oh richesse ennemie!

20 janvier 2019

L’équation qui crie à l’explosion des inégalités:

26 milliardaires = la moitié de l’humanité

Les 26 plus riches détiennent autant d’argent que la moitié de l’humanité

Le fossé qui s’agrandit entre les riches et les pauvres pénalise la lutte contre la pauvreté, fait du tort à l’économie et alimente la colère dans le monde.

La richesse de l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, le patron d’Amazon, a atteint 112 milliards de dollars l’an dernier.

Résultat les gilets jaunes, le brexit, la guerre civile autour de Trump,…. les 3 puissances occidentales sont en faillite et Jeff Bezos et ces 25 autres énergumèness en sont la source.

A l’autre bout du monde …. la misère.
Il y a AmaZone et l’autre Zone !

afp-b49eabfe9f6c5cc2bc95e7d1ccc96d8b0d11cdb7


Où va la France ?

14 janvier 2019

Avec 30 questions proposées par Macron
et 60 millions de français
soit 1800 millions de réponses
on peut vraiment se demander où va la France ?

 
41824182-1


L’évangile d’après Judas Iscariote d’Amos Oz

14 janvier 2019

En version française le roman se nomme Judas, mais le titre original est L’évangile d’après Judas homme des Krayot

Un roman simple mais grandiose.
L’écriture d’Amos Oz retransmet en toute simplicité la beauté des choses, de la nature, de Jerusalem, que je regrette de n’avoir pas lu le roman en version originale.

L’histoire se déroule en hiver, entre fin 1959 et début 1960. On y parle d’une erreur, de désir,d’un amour malheureux et d’une question théologique inexpliquée.
Trois personnages au total, l’étudiant Shmuel , Wald le vieillard et Atalia la femme

Shmuel
« Il était âgé d’environ vingt-cinq ans, corpulent, barbu, timide, émotif, socialiste, asthmatique, cyclothymique, les épaules massives, un cou de taureau, des doigts courts et boudinés : on aurait dit qu’il leur manquait une phalange. Des poils crépus, comme de la paille de fer, lui poussaient par tous les pores des joues et cou. Sa barbe fusionnait avec sa tignasse frisée et rejoignait les boucles de sa toison. Hiver comme été, il avait l’air survolté, en sueur. « 

Wald
« Un vieil homme, une couverture jetée sur les épaules, tel un châle de prière, était assis derrière le halo lumineux, entre deux chariots métalliques bourrés de livres, de dossiers, de classeurs et de cahiers volumineux. Il parlait au téléphone. Il était laid, de haute taille, les épaules larges, difforme, bossu, le nez acéré comme le bec d’un oiseau assoiffé, le menton pareil àune faux. Une belle chevelure grise, presque féminine »

Atalia
« La belle femme distante au regard perçant et ironique dont la voix chaude au timbre lent et sensuel démentait les sarcasmes »

Un huis clos à premiére vue mais au premier plan le tragique du vécu des personnages, les relations humaines entre l’étudiant et la femme belle et veuve de guerre, sur fond de décor de la Jerusalem partagée d’avant 1967, l’analyse du pour ou contre la création d’un Etat, de la guerre, la force des armes, et surtout le retour sur l’histoire judéo-chretienne et le role que l’Eglise a donné à Judas devenu symbole du traitre puis du Juif.

Amos Oz nous raconte Jésus dans la tradition juive à travers les âges, Jésus et Judas. Jésus et les Juifs.

Jésus était l’unique mortel dont « on peut dire sans exagérer que sa mort a eu plus d’importance que sa vie »

Que de discriminations, de persécutions, de souffrances et de sang innocent versé par nos ennemis au nom de Cet Homme!

Jésus était un Juif pieux qui n’entendait absolument pas fonder une nouvelle religion ni se prendre pour Dieu, et ce n’est qu’après sa mort que la chrétienté aurait dénaturé,le personnage pour les besoins de la cause en lui octroyant une dimension divine.

Jésus n’était pas chrétien. Il est né et il est mort juif. Il n’a jamais eu l’intention de fonder une nouvelle religion. C’est Paul, Saül de Tarse, qui a inventé le christianisme. Jésus lui-même dit explicitement : “Je ne suis pas venu abolir la Loi.” Si les Juifs l’avaient reconnu, l’histoire aurait été différente. L’Église n’aurait pas existé. Et peut-être que l’Europe aurait adopté une version plus souple et épurée du judaïsme. Nous aurions évité l’exil, les persécutions, les pogroms, l’Inquisition, les massacres, les discriminations, sans parler de la Shoah

Ces religions, en particulier celles nées au cours des siècles derniers et qui continuent à séduire les croyants, étaient censées nous apporter le salut, mais elles se sont empressées de verser notre sang.

Quelle ironie, nota Shmuel dans son cahier, que le premier et dernier Chrétien, le seul Chrétien qui ne quitta pas Jésus d’une semelle ni ne le trahit, le seul Chrétien à avoir cru en la nature divine de Jésus jusqu’à son dernier souffle sur la croix, le seul Chrétien persuadé jusqu’à la fin que Jésus descendrait de la croix au vu et au su de tous à Jérusalem et dans le monde entier, le seul Chrétien qui ne lui survécut pas, le seul qui fut anéanti par sa mort, ait été considéré par des centaines de millions d’êtres humains sur cinq continents pendant des milliers d’années comme l’archétype du Juif, le plus haïssable, le plus méprisable de tous. L’incarnation de la traîtrise, l’incarnation du judaïsme, l’incarnation du lien entre ces deux concepts

Amos Oz reussit içi une oeuvre magistrale faites de strates qui s’imbriquent, les personnages présents, la guerre d’indépendance , et enfin la vision sur Judas et Jésus.

La vie est comme une ombre qui passe, décréta Gershom Wald. La mort aussi. Seule la douleur demeure. Elle n’en finit pas. Jamais. 

J’ai comparé cela aux 3 personnages. Wald c’est la mort (il a perdu son unique fils à la guerre), l’etudiant Shmuel bien que passif c’est la vie , Atalia c’est la douleur (veuve de guerre).

Parlons donc de guerre, de haine et d’amour….

Toute la puissance du monde ne suffirait pas à transformer la haine en amour. On peut changer un adversaire en esclave, mais pas en ami.

Ai-je dit que la puissance militaire était inutile ? Le ciel nous en préserve ! Une telle ineptie ne me serait jamais venue à l’idée.
Je sais comme vous que c’est la force, notre puissance militaire, qui s’interpose entre nous et la mort, à tout moment, même maintenant, pendant que nous parlons. En attendant, user de la force peut nous éviter d’être exterminés, à condition que nous nous rappelions toujours, à chaque instant, qu’elle n’est qu’un moyen de dissuasion. Elle ne réglera ni ne résoudra rien. Elle ne pourra que différer provisoirement la catastrophe.

Mon cher ami, je ne crois pas en l’amour universel. L’amour est limité par nature. On peut aimer cinq personnes, peut-être dix, très rarement quinze.
Mais ne venez pas me dire que vous aimez le tiers-monde tout entier, ou l’Amérique latine, ou le beau sexe. Ce n’est pas de l’amour, c’est de la rhétorique. Des paroles en l’air. Des slogans. Nous ne sommes pas nés pour aimer plus qu’un petit nombre d’êtres humains. L’amour est une affaire intime, étrange et pleine de contradictions.
On peut aimer quelqu’un parce qu’on s’aime soi-même, par égoïsme, convoitise, par désir ou par besoin de dominer l’ objet de cet amour, le soumettre ou, à l’inverse, se livrer à lui. Au fond, l’amour est pareil à la haine, encore plus qu’on le croit. Ainsi, par exemple, qu’on aime ou qu’on déteste quelqu’un, on cherche toujours à savoir où il se trouve, avec qui, s’il va bien ou non, ce qu’il fait, à quoi il pense ou s’il a peur de quelque chose. “Rien n’est plus trompeur que le cœur humain. On ne peut rien y comprendre”, dit le prophète Jérémie. Thomas Mann a écrit quelque part que la haine n’est autre que l’amour affecté du signe “moins”. La jalousie est la preuve que l’amour est semblable à la haine car dans la jalousie, amour et haine se confondent. Le Cantique nous dit dans le même verset : “L’amour est fort comme la mort, la jalousie inflexible comme l’enfer. »

Tout le monde ou presque traverse l’existence, de la naissance à la mort, les yeux fermés. Vous et moi, mon cher Shmuel, ne faisons pas exception. Les yeux fermés.
Si on les ouvrait une fraction de seconde, on pousserait des hurlements effroyables sans jamais s’arrêter. Sinon, cela voudrait dire que nous avons toujours les yeux fermés

L’évangile d’après Judas homme des Krayot d’Amos Oz est un chef d’oeuvre litteraire, de style, de caractères, d’analyse des personnages, de points de vue historique sur la creation de l’Etat d’Israel et sur la conception de Judas et Jesus vu à travers le prisme de ses concitoyens les Juifs. Un must dont je recommande la lecture surtout à une époque où les grands ecrivains du XX éme siècle ont tous disparus et le XXI éme n’est pas encore au niveau.

Note 9/10 sur l’échelle RG, un must à lire


Le ridicule ne tue pas, pas si sur!

13 janvier 2019

On connait la citation « le ridicule ne tue pas » mais la ridicule information laissant entendre que Trump serait peut-être un agent au service de Poutine au dela du ridicule n’a qu’un but – celui du New York Time décadent ces dernières années et du Washington Post de Jeff Bezos au service des GAFA sans parler du FBI jusqu’à il n’y a pas longtemps au service de Comey lui meme au service d’Hillary Clinton et du parti démocrate – éliminer Donald Trump.

Si, le ridicule tue, détruit !

Avant de poser la question pour savoir si Trump est un agent russe, on devrait poser la question si le NYTimes, le Washington Post et Comey ne sont pas des agents au service des multinationales néo liberales qui polluent la planéte, s’enrichissent toujours plus, empoisonnent et appauvrissent les peuples de la Planéte.


McJesus

12 janvier 2019

1.6829553.866152905

Le «McJesus», sculpté par l’artiste chrétienne finlandaise Janei Leinonen et représentant un crucifié Ronald McDonald, a été exposé en août dans le cadre de l’exposition «Les biens sacrés» du musée de Haïfa.
Aujourd’hui des centaines de manifestants chrétiens arabes ont affronté la police à Haïfa exigeant le retrait immediat de la sculpture qualifiée d’offensive.
Le but de l’expo était pourtant de mettre en relief la sacralisation des biens de consommation ou encore de fournir des références sur l’utilisation cynique des symboles religieux par les multinationales.

Le McDo n’est-il pas l’opuim du peuple ? C’est Karl Marx qui l’a dit, ah pardon en 1880 il n’y avait pas encore de McDo mais uniquement des McJesus.

Reste donc à savoir si ce McJesus est Casher ?


Le mot du jour: nomophobie

6 janvier 2019

La nomophobie, contraction de “No mobile phone” et de “phobie”, désigne “la peur ou l’inquiétude ressentie à l’idée de se trouver sans téléphone mobile ou d’être dans l’impossibilité de s’en servir”.

La nomophobie tient une grande place dans nos vies quotidiennes et est la pathologie de 2018. Elle continuera en 2019 … malheureusement.

Et vous ? Que ressentez vous si vous oubliez votre Iphone à la maison ou au bureau et devez faire sans pendant les 8 prochaines heures ou encore les prochains jours si vous l’avez perdu.
Oh rage, oh désespoir, oh Iphone!


Quand j’étais petit garçon ….. ou quand il viendra le Messie

1 janvier 2019

Quand j’étais petit garçon, ma grand-mère Shlomit m’avait expliqué la différence entre juifs et chrétiens : « Les chrétiens croient que le Messie est déjà venu et qu’il reviendra un jour. Nous les juifs, nous sommes convaincus que le Messie n’est pas encore venu, mais qu’il viendra un jour.
Cette controverse a engendré tant de haine et de violence dans le monde, la persécution des juifs, l’Inquisition, des pogroms, des massacres. Mais pourquoi ? Ne pouvait-on pas simplement attendre la suite des événements ?
Si le Messie arrive en disant : “Bonjour, je suis heureux de vous revoir”, les juifs devront faire leur mea culpa. Si, a contrario, il déclare : “Comment allez-vous ? Enchanté de vous connaître”, alors la chrétienté devra présenter ses excuses aux juifs
.
D’ici là, il faut vivre et laisser les autres vivre »

Amos Oz, Chers fanatiques.

PS: c’est simple, c’est vrai et émouvant, la force d’ Amos Oz c’est de nous exposer la complexité du monde par une simple formule magique.