Impressions Etats Unis 2013, Télé ou Publicité

6 janvier 2013

La télévision a toujours étè depuis les années 30 le principal média de masse aux États-Unis. L’image de la famille amèricaine assise sagement autour de la télè, elle lisant, lui buvant et les enfants tous souriants.

Aujourd’hui ce n’est plus de la télè mais plutot de la publicité qui de temps à autre stoppe et laisse une petite place pour un spot d’infos ou une minute d’une série télévisèe.  D’ailleurs il n’y a pas de coupure indiquant que nous passons du film à la pub ou inversement  les deux se suivent et se confondent. La pub est reine, la télé est son valet.
Des pubs de tout et rien, sur tout et rien, de la voiture symbole de reussite içi, aux pubs de bouffe, beaucoup de bouffe, puis des chiens et enfin sur ces « méchants avocats » qui vous defendront « gratuitement au depart » en cas d’accident, et mettront en piéce le malheureux accusé, des pubs à faire peur pour que vous preniez une assurance maison ou maladie, ou encore pour la consommation de medicaments. Les pubs jouent sur la peur et l’instinct de consommation.
On vous bombarde jusqu’à qu’inconsciemment ces noms et produits soient ancrés dans votre cerveau.
Il faut dire qu’en general ces pubs sont bien rèalisées pour vous faire rèver et oublier votre état physique et économique réel pour ensuite consommer et consommer. Besoin d’argent? Il suffit de téléphoner au… pour obtenir sur place 10000$. (Quand au remboursement, silence!  ) 
Ce que le cinema des années 50-60 offrait, le rêve est devenu l’apanage des pubs du XXI eme siécle.

Pour exemple je citerai sur NBC la retransmission de la céremonie en memoire des enfants de Newton, on prie et puis c’est une minute de silence en leur mémoire. Mais au bout de 2 secondes on se retrouve au volant d’une Cadillac et d’un hambourger au fromage pour atterrir à la ceremonie comme par hasard à la  fin de la minute de silence. 

Il n’y a plus de telé aux Etats Unis, il n’y a qu’un réseau de publicité avec des spots non publicitaires.

Publicités

quasi-cristaux pour des quasi-nulls ou croire sans comprendre

5 octobre 2011

Le Nobel de chimie à l’Israélien Daniel Shechtman m’amène a la conclusion que nous le grand public et medias|journalistes ne comprenont pas beaucoup de choses et dans beaucoup de domaines.
J’ai regardé des mosaïques arabes pour essayer de comprendre,
j ‘ai repris ma 1ere formule de chimie apprise au lycee H + 2 0 = H2o, le nombre d’or 1.618, rien n’y fait les quasi-cristaux c’est plutot quasi-null pour moi.
On peut être un as en math, un spécialiste des finances, avoir une tête ouverte et être à l’écoute des i-Phone|Pad|Mac mais des qu’il s’agit de quasi-cristaux, reconnaissons le nous n’y comprenons rien, nous ne voyons rien malgré le microscope.

Ma deuxieme conclusion est qu’on peut être seul et contre tous et avoir raison.
Daniel Shechtman a dû batailler des années contre le scepticisme de ses pairs dans le monde des recherches universitaires pour faire reconnaître sa découverte des quasi-cristaux. Mais il s’est heurté immédiatement au scepticisme, voire aux sarcasmes de ses collègues.

Donc vous faire une conference sur ce que sont les quasi-cristaux ne servirait a rien, les journalistes se plaisent tous à repeter
la même et unique phrase: « Dans les quasi-cristaux, les motifs atomiques sont réguliers, suivent les règles mathématiques, mais ne se répètent pas« . Ne leur demandez pas la suite, ce sont des journalistes habitués au copy/paste, ce ne sont pas des scientifiques.

Consolons nous en nous disant que les quasi-cristaux ont des retombées commerciales comme les poêles à frire dont nous servons tous les jours. Donc à Daniel Shechtman le prix Nobel, à nous la poêle Nobel.