ambiances/impressions montrealaises 2015

22 septembre 2015

Toujours content, heureux de retrouver l’ambiance de Montreal, calme, respect mutuel, courtoisie, des valeurs qui ont tendance à disparaitre un peu partout dans notre monde déstabilisé par les guerres, les tensions, la surpopulation et courses à l’argent. A Montreal rien n’a changé  depuis mes derniers  sejours si ce n’est que tout le monde parle de recession. Mais moi j’aime bien les recessions  car elles signifient moins de consommations, moins de pollutions, moins de frivolites et plus de nature et naturel.

Au debut j’étais encore tout imprégné du vertige du mode de vie à l’israélienne et il m’a fallu quelques jours pour que mon ballon d’air se dégonfle, puis un petit tour au marché Jean Talon pour me sentir de nouveau montréalais et heureux, de constater que les fraises sont toutes petites car elles n’ont pas été inondées de produits chimiques, que les choux de Bruxelles se vendent nature, c-a-d encore attachés à leur tronc, que mille et une petites choses donnent cette bonne impression de vivre en bonne entente avec soi-meme et avec les autres.
Et cela malgré la revolution  des migrants en Europe, malgré les injonctions sur les ondes dues aux élections   bien proches. Bien entendu je suis Harper de tout coeur et j’apprécie son courage politique vis a vis du terrorisme et des pays islamistes.
Il fait bien chaud en ce debut  de septembre mais les feuilles mortes sont là pour donner le vrai ton du temps.
  
Rectificatif: après quelques jours un petit rectificatif s’impose,  je m’aperçois que la conduite ou plutot les conducteurs ont bc changè, ils zig-zag ènormement  sur l’autoroute, se faufilent entre 2 voitures, et se permettent des infractions, ce n’est plus les lignes droites constamment observèes il y a 5 ou 10 ans et qui faisait le plaisir de conduire au Canada. Ajoutons ces hortes de cyclistes indisciplines autour de McGill et c’est une autre image qui se faufile ici. Trop de monde, trop de voitures et comme partout ailleurs le Grand Canada change, se mondialise, c’est bien dommage!

Les belles filles …..

26 août 2013

Transport en commun à Montreal pour le voyeurisme uniquement,
puisque aborder directement une jolie fille en 2013 est considéré comme un harcelement.
Ah! la belle époque à l’italienne lorsque l’on pouvait siffler une jolie fille, lancer un compliment ou une plaisanterie.


Les 4 points cardinaux, juin 2012

20 juin 2012

Un mois de juin sur terre, pas si different des juins 2002 ou 1952.
Avec l’Euro qui prime sur tout le reste, ces heros des coups de pieds , nulls
avec leurs mains, des salaires de seigneurs et la preuve qu’en foot c’est encore et toujours l’Europe qui domine.
L’autre point est le combat pour sauver l’euro, le vrai celui ci, celui des finances, des salaires et du chômage, celui qui est la preuve que l’Europe n’est plus ce qu’elle était.

Coté est, c’est le printemps arabe sous un étè brulant avec des guerres civiles meurtrieres en Syrie et de protestations violentes en Egypte, et en fond l’ impuissance de l’Europe des finances et l’indifference de l’Europe du foot.

Dernier point cardinal, l’autre monde celui des refugiés africains vers le nord et qui espèrent trouver l’Amérique en Europe et celui des réfugiés sud americains qui savent deja que l’Amérique ce n’est plus l’Amérique et que tout compte fait, en 2012 il vaut mieux retourner au Brésil, au Mexique, les nouveaux eldorados.

Juin, la terre tourne toujours, le 21 juin le jour le plus long sur l’hémisphère nord n’a pas le meme temps suivant que l’on soit à Casa, Miami, Montreal, Jerusalem ou Paris, preuve de l’inègalité terrestre.

PS: lever coucher et total
5:34 19:48 —-> Jerusalem 14:14
6:30 20:15 —-> Miami 13:45
5:06 20:47 —-> Montreal 15:41
5:47 21:58 —-> Paris 16:11
6:21 20:44 —-> Casa 14:21
donc pour un 21 juin, il vaut mieux être à Paris (fête de la musique en +) mais pour un 21 décembre c’est tout le contraire, on en reparlera.


Montréal ou Monbordel

8 juin 2012

Montreal, la ville tranquille et innocente change.
Les étudiant(e)s, les gays, les anarchistes, les drogué(e)s, les ennuyé(e)s, les nudistes, les « je ne sais quoi » font de Montreal un grand bordel.


Le Quebec et l’Etat-providence

25 mai 2012

Les manifestations d’étudiants à Montreal durent depuis plus de 100 jours, mais ces derniers jours c’est toute la population  qui se retrouve dans la rue avec ses casseroles?
Il s’agissait au départ d’une hausse des frais d’université de 1 625 dollars sur 5 ans, soit 325 $ par an, des peanuts dans les campus universitaires dans le monde mais à Montreal  ça ne passe pas ! Pourquoi ?

La réponse il me semble, est  la peur qu’ont les quebecois de perdre l’Etat-providence auquel ils  sont habitués depuis toujours, cet Etat-providence qui a disparu en Europe, en Grece, en France, un peu partout ailleurs à la suite des crises financieres et budgetaires.
Ne reste que le modele liberal americain et les quebecois n’en veulent pas surtout que le Canada a les moyens financiers pour être  par excellence un Etat-providence.
L’État-providence je le rappelle  est une forme de l’État dotée  de larges compétences économiques pour assurer des fonctions sociales variées, et les quebecois peuvent se permettre de sortir leurs casseroles pour se faire entendre,  c’est un grand non au modele liberal americain, et un oui au modéle providence avec par exemple  des festivals de qualité – comme le festival de Jazz de Montreal- subventionnés par l’Etat durant tout l’étè.

Tous ces habitués des festivals sortent donc avec leurs casseroles dans la rue dans ce que j’appellerais le festival des casseroles pour  nous rappeller dès le printemps qu’ils attendent tout de l’Etat mais l’Etat providence qu’on le veuille ou pas est une espèce en voie de disparition.


indice de compétitivité mondiale des villes

13 mars 2012

Plus de la moitié de la population mondiale vit désormais dans des villes, générant plus de 80% du PIB mondial.

Bien que la taille et la croissance économiques soient importantes et nécessaires, plusieurs autres facteurs déterminent la compétitivité globale d’une ville, y compris son environnement commercial et réglementaire, la qualité du capital humain et en fait la qualité de vie. Ces facteurs aident non seulement une ville de maintenir un taux de croissance économique élevé, mais aussi de créer des entreprises stables et un environnement social harmonieux

The Economist a noté quelque 120 villes sur leur capacité à attirer les capitaux, les entreprises, les talents et les touristes.
Un «indice de compétitivité mondiale des villes  » a ainsi été créé.

Conclusion: Les villes américaines et européennes sont aujourd’hui les plus compétitives du monde, malgré les inquiétudes sur l’infrastructure vieillissante et d’importants déficits budgétaires.
Cote canadien, Toronto arrive en 12e place. De son côté, Vancouver obtient le 18e rang, alors que Montréal se retrouve en 22e position

Quinze des 20 villes considérées comme ayant le plus de vigueur économique se trouvent en Asie, dont 12 villes chinoises, notamment Tianjin, Shenzhen et Dalian, en tête de liste, mais aussi Singapour, les villes indiennes de Bangalore et d’Ahmedabad, ainsi que Hanoi, au Vietnam.

L’Amérique latine et l’Afrique sont à la traîne du palmarès. La première ville latino-américaine du classement global est Buenos Aires, qui se retrouve à la 60e place, devant notamment Sao Paolo (62e) et Santiago (68e).
L’Afrique du Sud amasse de son côté les premières places accordées au continent africain, avec Johannesburg (67e), Le Cap (73e) et Durban (94e), devant Le Caire (113e), Nairobi (115e), Alexandrie (116e) et Lagos (119e).
Au Moyen-Orient, Dubaï arrive en 40e position, devant Abu Dhabi (41e), Doha (47e), Tel-Aviv (59e) et Koweït (80e). Beyrouth se classe 117e, et Téhéran, 120e.

Voir les détails et la méthodologie sur The Economist


je trouve cela très intéressant …….

1 février 2012

Je trouve très intéressant de rester pendant une longue durée dans un autre pays.

On découvre des choses plus subtiles sur le pays et la culture, on fait des rencontres plus en profondeur. 

Mais, j’ai découvert les bienfaits du style de vie minimaliste qui va avec. Lorsque ses possessions matérielles tiennent dans une valise de 23Kg, on se sent vraiment bien, libéré de beaucoup de contraintes insoupçonnées auparavant.

J’ai découvert ce que signifie une vie semi-nomade, Jerusalem, Montreal, Vancouver, Miami, les modes de vie, les pluies incessantes ici, les sun-sea-sable la bas, ou encore la joie de vivre par çi et l’esprit des dieux par la.

J’ai aussi découvert la relativité du centre du monde, le centre du monde je l’ai toujours recherché dans ma jeunesse, j’ai finalement decouvert qu’il se trouve toujours la ou on se trouve, le mien variant suivant ces périodes de vie minimaliste mais intenses.