20 sur 20

27 décembre 2019

2020 ou 20-20 est là.
L’année 2019 elle, prend fin, mais 2019 n’a rien eu de particulier (si ce n’est le nombre impressionant d’inondations) et n’est que la suite et la conséquence des événements de la deuxième décennie du XXI éme siècle.
La première décennie étant définie avant tout par le 11 septembre 2001 (nine eleven) , de la seconde -de 2010 à aujourd’hui- on peut relever les mots clés suivants qui ont fait l’actualité:

POPULISME, genres (sexes), VIOLENCES FAITES AUX FEMMES/METOO

PRINTEMPS ARABE, MIGRANTS, FIN DU TERRORISME MUSULMAN

CLASSES MOYENNES, GILETS JAUNES, ENTROPIE, LIBERTE

POUTINE , MERKEL , TRUMP, CHINE

l’ere des MANIPULATIONS, FAKE NEWS , FIN DE LA VERITE

GAFA, RESEAUX SOCIAUX, (sans mon) IPHONE, ROBOT, IA/ INTELLIGENCE ARTIFICIELLE , PHUBBING

INFLATION ZERO, TAUX NEGATIFS

SURPOPULATION

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE, INONDATIONS, des(ORDONNANCE),

EXIT, BREXIT

 

Pour résumer notre époque on peut dire que les problémes sociaux l’emportent sur les problémes géo-politiques, on  parlera plus d’un conflit social intérieur que d’un conflit international. Ce sont les Gilets Jaunes et non les tensions  Iran-Arabie Saoudite qui font la Une.

– les fausses nouvelles ont été souvent plus populaires que les vraies nouvelles, et les rumeurs encore plus. Nous sommes passés à l’ère post-vérité, le mot vrai et le mot vérité doivent être bannis des lexiques ou redéfinis.

La concentration croissante de l’économie aux mains d’entreprises dominantes accentue la pression sur les clients et sur les employés. C’est un mal puissant qui dérègle le fonctionnement du capitalisme

Le marché, est progressivement devenu le véritable souverain planétaire, asservit les électeurs, qu’il traite comme des consommateurs, et les élites politiques, qu’il considère comme des employés.

– Ce qui tue plus que la terreur ? tout simplement l’environnement, la pollution de nos usines

– Nous ne sommes plus dans les médicaments qui soignent mais plutôt dans la catégorie douteuse des médicaments qui vous donnent l’impression de vivre, de bien vivre alors que ce ne sont que des poisons venus remplacer l’ère des fast-food et McDo qui les ont rendu malades.

– Google est partout dans notre vie sans notre avis, les Gafa se comportent comme des vulgaires voleurs.

La conclusion est que la presse ne fait pas son travail. Déjà soupçonnés de collusion avec les élites, les journalistes font aujourd’hui figure d’accusés, coresponsables d’une omerta que nous découvrons

Pour 2020, on sent/ressent  l’influence de la surpopulation, le déclin des USA, le mécontentement des classes moyennes, moins de démocratie et des droits de l’homme, les migrants et beaucoup la pollution.

Si jusqu’en 2000 nous vivions comme des poules en liberté dans la nature, aujourd’hui  nous vivons dans un poulailler pollué et sans liberté .

perdu

Aujourd’hui surtout, ce qui s’est perdu, c’est la foi dans la possibilité de transformer le futur de manière positive.

Pas très optimiste comme tableau et pourtant les 10,15 ou 20 années à venir seront plus riches d’imprévus que de certitudes. Qui avait prévu le 11 septembre, qui avait prévu Facebook et leurs consequences. On nous promet de belles choses, voiture autonome, intelligence artificielle, voyages sur la lune, du virtuel irréel, ….
L’avenir est et reste un grand point d’interrogation.  

point-dinterrogation


L’esprit des temps

8 décembre 2019

Que penser lorsqu’un artiste David Datuna vient au musée devorer une oeuvre d’art [intitulée Comedian] de l’artiste italien Maurizio Cattelan, en l’occurence une simple banane scotchée au mur et qui a été vendue pour la fabuleuse somme de 120,000$.
Datuna y voit une « performance artistique » qu’il intitule Hungry Artist.

Datuna a t’il saccagé une oeuvre de 120,000 $, ou tout simplement mangé une banane de 120 cents ?

Cette anecdote est symbolique de notre époque decadente, car si il y a quelqu’un qui est pret à payer 120,000 dollars pour une banane c’est qu’il a trop, vraiment trop d’argent et qu’il ne sait pas quoi en faire, il fait parti des 1% dont la richesse est equivalente à 50% des terriens.
C’est ainsi que tout est gonflé aujourd’hui, aux extremes valeurs boursiéres que ce soit Apple, Google, Facebook ou la banque du coin. Extreme qui en un rien peut se retrouver comme n’ayant aucune valeur réelle, tout comme cette oeuvre devenue en quelques secondes une peau de banane.

La morale de cette histoire, à mon avis est qu’elle anticipe sur l’avenir virtuel qui nous attend, on peut appeller cela une bulle ou une peau de banane! On finira tous par glisser sur cette peau de banane.


La tragedie du jour: inédite par sa violence et sa rapidité

24 novembre 2019

Sans Internet, la contestation en Iran a été matée par le régime, dans le sang, la terreur et sans témoin.

kianoush_2019-11-19-0991

 
 

 
 

——————————————————————————-
PS: Une petite remarque: le silence, l’inaction, l’impotence de l’Occident.


Les voitures autonomes c’est pas pour demain ni pour après demain, ni avant …… l’arrivée du Messie

16 novembre 2019

Vous rêvez d’une voiture autonome ? Un rêve qui ne deviendra jamais réalité pour les personnes âgées de plus d’un …jour !

Il y a trop de facteurs impondérables sur les routes aujourd’hui pour s’attendre à ce qu’une voiture puisse avoir les mêmes réactions qu’un humain devant des situations imprévues.

Le cofondateur d’Apple, Steve Wozniak, dit lui ne plus croire que la conduite entièrement automatisée sur les routes publiques est réalisable.
Pour lui, la voiture autonome pourrait fonctionner si « nous étions pour modifier les routes et avoir certaines sections bien détaillées et conservées dans un état parfait, sans que des imprévus ou des travaux surviennent. »
Il croit également que l’industrie laisse croire au public que la voiture autonome sera capable de penser comme l’humain, ce qui n’est pas le cas.

Il existe 6 niveaux de conduite: driver only (niveau 0), la conduite assistée (niveau 1), la conduite semi-automatique, la conduite hautement automatisée, la conduite entièrement automatisée, et enfin voiture autonome ou voiture sans conducteur (niveau 5) .

« Je ne crois plus à l’idée d’une conduite autonome de niveau 5 . Je ne sais même pas si ça va se produire pendant que je suis sur terre »
———————-
Steve Wozniak

s0-voiture-autonome-1-3-des-francais-prets-a-en-acheter-une-et-la-moitie-pense-que-les-accidents-chuteront-598889

Aujourd’hui de simples petits motifs de couleur placés dans le champ de vision des cameras des voitures autonomes peuvent berner les systèmes informatiques et entraîner des comportements chaotiques. En plaçant par exemple un autocollant sur un panneau d’arrêt pour le changer en « panneau de vitesse à 50 km/h » aux yeux des voitures autonomes.
Cela revient à dire qu’un passant pourrait provoquer une catastrophe dans la rue simplement en portant un t-shirt avec ces motifs de couleur .
Les véhicules autonomes utilisent des prévisions de flux optique pour prendre des décisions concernant leurs déplacements. Si vous attaquez le flux optique, vous avez une incidence sur la façon dont les véhicules se déplacent. Ces motifs peuvent être imprimés sur des t-shirts, des sacs ou des panneaux de signalisation. Tant qu’ils sont à la vue de la caméra du véhicule, ils peuvent causer une attaque.

Mais …. les fonctions autonomes des véhicules modernes sont de plus en plus présentes et dans certains cas, de plus en plus efficaces. Cependant, de là à laisser le contrôle à la machine, il y a une marge, du moins pour l’instant.
En conclusion dans l’avenir nous profiterons des techniques d’aides à la conduite et continuerons à rêver du jour où IA prendra la relève, mais soyons sérieux un chat est de loin plus intelligent qu’une IA et pas seulement en traversant une route.


Oh ma ville !

7 septembre 2019

Chacun a un faible pour la ville où il est né, c’est nostalgique, mais guerres civiles, guerres entre nations, chômage, misère, et surtout la mondialisation ont fait qu’aujourd’hui il y a pour beaucoup notre ville de naissance mais aussi la ville où l’on a vécu un certain temps pour étudier ou travailler, et la ville où l’on vit actuellement ou bien encore la ville de vacances ect..
Dans mon cas Casablanca, Strasbourg, Jérusalem et Montréal et j’en passe .
C’est dire l’importance de l’indice EIU de l’Economist qui classe 140 villes d’après 30 facteurs regroupés en cinq catégories: stabilité, soins de santé, culture et environnement, éducation et infrastructure.

20190907_woc121

Cette année c’est Vienne qui tient la vedette. Je remarque que Montréal n’y figure pas alors que Toronto, Calgary et Vancouver sont dans le top 10. Pas si étonnant, il suffit de traverser la ville qui est un chantier permanent avec l’impression qu’il s’agit parfois de traverser un champs de mines vu les nombreux trous et nids de poule. Ajoutons les bouchons et la disparition du petit commerce et de la bonne bouffe , les bonnes pâtisseries disparaissent remplacées par des MacDo et Tim Hortons.
Traverser Westmount aujourd’hui, et c’est le “A louer” qui l’emporte. C’est bien triste car un jour pas très lointain ce vide l’emportera sur la vie de quartier.
Cela se ressent aussi dans les grandes métropoles classiques du siècle dernier: New York, Paris, Londres et Rome sont loin derrière dans l’index EIC, puisqu’elles n’ont plus le privilège de la Culture et du Shopping, qu’il devient de plus en plus compliqué si ce n’est impossible d’y circuler en voiture et encore plus d’y trouver une place de stationnement.
Après la chute des Centres Commerciaux, vivons nous la chute du Boulevard ?
Il me semble qu’aujourd’hui à l’époque du on-line, l’avenir appartient plus aux petites villes de campagne. Plus accueillantes, moins polluées, moins stressantes.
Il y a dix ans lorsque je rentrais à Montréal après un séjour à New York je retrouvais le calme, le village, le bon vivre.
Aujourd’hui il me faut quitter Montréal pour retrouver cette impression à Burlington au Vermont par exemple.
Oh ma ville ! Oh mes villes ! Et moi qui croyait vivre dans un village planétaire !
Le monde change trop rapidement, ces changements de par leur complexité, leur vitesse, et leur ampleur nous dépassent.


Papa, je veux la Lune! ou les 50 ans de l’homme sur la Lune

17 juillet 2019

Jusqu’en 1969, on avait coutume de dire des personnes gâtées qu’elles désiraient la lune, c’est à dire l’impossible.
Puis vint le 21 juillet 1969 2h:56 GMT, je m’en souviens encore , je me suis réveillé en pleine nuit, j’ai allumé la télé, c’était un direct, chose peu coutumière à l’époque et là miracle, un homme, un amerloque, Neil Amstrong fait les premiers pas sur la lune « un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité » et puis il n’y avait pas de luniens ou d’extra terrestres pour le surprendre.

50 années se sont écoulés, durant lesquelles l’homme a oublié la lune, il n’y avait pas de richesses à exploiter, et puis que pouvait-on demander de plus que la lune à l’époque ?

En fêtant cet événement marquant, un demi siècle plus tard c’est la concurrence ou la guerre froide technologique entre la Chine et les États Unis qui ramène la course à la Lune sur Terre. Que voulez vous, la terre est si polluée et surpeuplée que la Lune redevient un espoir et un refuge.

61bedhwqgzl._sx368_bo1204203200_

PS Quiz: Le premier homme a marché sur la lune un 20 ou un 21 juillet 1969 ? Faites vos jeux! Les américains l’ont emporté sur les russes.
mais qu’importe, Tintin lui a atterri en 1950 bien avant Neil Amstrong, encore une fois la preuve que l’imagination de l’homme précède toujours la réalité.

PS2: Pourquoi vouloir à nouveau marcher sur la Lune ? Ce ne sera pas si simple, on comprend mieux pourquoi on a cessé pendant prés d’un demi-siécle d’y aller.


De Bibi à Justin ou les nouveaux mafios

28 février 2019

Accusations pour corruption présumée, fraude et abus de confiance pour Benjamin Natanyahu.
Pressions et menaces de Justin Trudeau pour intervenir dans une procédure judiciaire.

D’Israel au Canada il semblerait que nos politiciens démocratiquement élus se sentent de plus en plus tout permis et confondent l’intérêt du pays et leur propre intérêt .
Ils ne sont au pouvoir que pour mieux servir leurs intérêts personnels.

Israel et le Canada ne sont qu’un exemple mais surtout la preuve que les politiciens modernes des démocraties se comportent en superman, tout leur est permis, ils se sentent au delà de la loi et ne se différencient des totalitaires que par leur langage exterieur et trompeur. Leurs armes ? Ils savent bien parler et sourire pour mieux nous asservir.
Ce sont donc les nouveaux mafios du XXIème siécle.

Commençons par Bibi:
18163895lpw-18164547-article-israelpoliticscabinetnetanyahu-jpg_6002097_1250x625
Le procureur général israélien a informé le premier ministre Benjamin Netanyahu de son intention de l’inculper pour corruption présumée, fraude et abus de confiance dans les dossiers qui le visent.
Netanyahu y est soupçonné d’avoir tenté de s’assurer une couverture favorable de la part du site d’informations Walla, en contrepartie de faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des centaines de millions de dollars à Bezeq, principal groupe de télécommunications israélien.
Netanyahu et sa famille sont soupçonnés d’avoir reçu des cadeaux illicites cigares et bouteilles de champagne de riches donateurs.
Netanyahu aurait tenté de négocier une couverture favorable dans le quotidien Yedioth Ahronoth en échange de la promotion d’une législation contre le journal rival Israel Hayom.

Continuons avec Justin:
8dec3d03-9e7c-4aa0-9e0c-b37daf913ebb_jdx-no-ratio_web

L’ex-ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould dit avoir été l’objet de pressions et a raconté en détail comment, de septembre à décembre 2018, elle a subi des « pressions constantes et soutenues » et des « menaces voilées » du premier ministre Justin Trudeau ou de son entourage pour intervenir dans une procédure judiciaire impliquant le géant canadien de l’ingénierie SNC-Lavalin sous le coup depuis 2015 d’une accusation de « corruption d’agents publics étrangers » et de« fraude » en Libye, à l’époque du dictateur Mouammar Kadhafi.

Il a beau se dire féministe, de gauche, ouvert, compatissant, humaniste, généreux, cool, altruiste, charitable, humain, sensible, progressiste, etc., Justin Trudeau se fout du système de justice comme de sa première paire de babouches
RICHARD MARTINEAU

Ne nous trompons pas, le fait qu’on mette en lumiére ces comportements de Bibi et Justin sont la preuve qu’en Israel et au Canada la justice est au dessus de tout et que ces deux pays sont encore de veritables démocraties.
Le veritable problème ce sont les « démocraties » ou l’on cache les actions et comportements des dirigeants et où la justice ne peut pas faire son travail.

Conclusion: Mon Dieu, gardez-moi des amis politiciens. Quant à mes ennemis, je m’en charge !