Ingérence ou non ingérence des Russes dans la présidentielle de 2016, là n’est pas la question

18 juillet 2018

De retour à la Maison Blanche aprés sa rencontre avec Poutine, Trump admet l’ingérence des Russes dans la présidentielle de 2016 contredisant ainsi ce qu’il a déclaré hier devant Poutine.

Alors que croire, qui croire, comment croire ?

J’ai toujours su qu’un bon boss/patron/directeur devait toujours et avant tout prendre la défense de ses subordonnés. Donc Trump se doit de défendre les services de renseignement américains qui ont conclu à la réalité d’une interférence russe dans la présidentielle de 2016. Mais…

degoutante-problematique-la-rencontre-de-trump-et-poutine-vue-d-amerique

Oui il y a un mais, ces services de renseignements à plusieurs échelons ne cessent de le harceler depuis 18 mois, ces services de renseignements sont politisés et ne cherchent que sa chute, en vain…. Donc on peut considerer les critiques de Trump sur le dos d’un « syndrome mental anti-Trump ». Le président se disant « tous ces services de renseignements sont un leurre, ils ne veulent que ma chute », et donc à un moment critique il leur tombe dessus. Arrivé à la Maison ses conseillers lui font la morale, un chef doit défendre ses soldats, d’où ce retour de médaille. Un chef se doit de respecter ses Services Secrets (ou non secrets).

Quant à l’ingérence russe, il s’agit de savoir plutot si les services secrets américains ne s’ingérent pas dans le monde. Obama avait lui même reconnu écouter les conversations d’Angela Merkel, de Sarko et autres politiciens.
Tout le monde espionne tout le monde et ce depuis que les Hebreux envoyérent un espion à Canaan pour verifier l’état des lieux il y a 3000 ans.

Publicités

Variations au mur des Lamentations

27 juin 2018

Le meilleur moyen d’être entendu au Kotel (ou de son nom de mur des Lamentations) est celui qu’a trouvé Marisa Papen, poser nu devant le Mur.

m-10small_orig
Un nu devant le Mur ça change, mais …..
le Mur n’a pas sauté et est resté de pierres,
les religieux sont outrés et voudraient la cloitrer.

Aura t-on droit à une expiation ou à une expropriation ?
Entre temps Marisa a déposé un petit mot au Kotel,
Faut-il la prendre au mot ou aux maux ?
On attend la réponse …… de la haut!

PS: Remarquez la grue sur la photo, c’est la preuve qu’avec les prières (et sans Marisa) ou qu’avec Marisa (et sans les prières) on peut grimper aux cieux, mais moi j’imagine Marisa nue grimpant sur la grue et tous les petits religieux habillés de noir et aux papillotes lui courant derrière … du Louis de Funés par excellence.

PS2: c’est terminé ce carnaval, on revient à nos priéres et à nos aspirations, certains choisiront les Psaumes, l’Hymne à David, d’autres choisiront l’Hymne à Marisa.

PS3: à l’instant Portnoy me faisait remarquer que la vraie grue c’est Marisa car elle est le meilleur moyen de monter aux cieux.


Roth: les faits, autobiographie d’un romancier

25 juin 2018

J’ai lu beaucoup de romans de Roth, mais il me manquait plutot sa biographie pour essayer de mieux percevoir/comprendre son oeuvre.
Une chance donc de tomber à la bibliothéque sur son autobiographie, « les Faits ».
Roth évoque son enfance, ses parents, ses études mais surtout son fiasco avec la fille de ses rêves blonde aux yeux bleus, qu’il surnomme Josie (en réalitè Maggie Williams mais Roth nous le cache) et qui va le miner, mais une longue psychotherapie le sauvera ou plutot, la mort subite du « monstre » tel qu’il la décrit le libère.

« Si brillants que nous soyons, nous péchons par excès de naiveté, même quand nous avons cessé d’être jeunes. »

Mais l’originalité dans ce livre et la force de l’écrivain, c’est l’analyse qu’en donne en postscritum Zuckerman le heros des romans de Roth ! Je me souviens que Woody Allen faisait sortir de l’écran ses acteurs et les rendaient spectateurs. C’est ce que Roth reussit avec ce coup de force, Zuckerman sort de la fiction et devient le critique de son créateur.

« Parce que les choses qui te minent sont celles dont tu te nourris et dont tu nourris ton talent. »

Aprés tout cela j’en sors encore plus troublé, fiction, réalité, sincerité, omissions, que reste t’il de cette autobiographie, où est le véritable Philip Roth ?

« Les souvenirs du passé ne sont pas les souvenirs des faits, mais des faits tels que vous les avez imaginés. »

Les Faits c’est l’obsession maladive non seulement de Josie mais aussi de Philip Roth et qui nous donne une idée sur la création et la créativité de Portnoy et Zuckerman.
Tout homme est complexe à discerner, Roth et ses relations féminimes le sont encore plus. Roth complexe mais génial encore et toujours.

« J’ai parfois l’impression que les hommes ont une névrose fondamentale dans leur relation avec les femmes. »

philip-roth

Cher Roth, J’ai lu deux fois le manuscrit. Voici la sincérité que tu exiges: Ne le publie pas; tu vaux beaucoup mieux lorsque tu écris sur moi que lorsque tu rapportes ta propre vie avec « exactitude »…..
Aimablement à toi.

Zuckerman


Parce que la vie n’est que nostalgie ….

24 juin 2018


La photo du jour, l’impuissance des six contrains

9 juin 2018

Photo symbolique du G7, Trump assis, tous les autres debout, tous impuissants face au G1, tous isolés face à T1, six contrains , impuissants.

trump-g7-6


Un homme, de Roth à Camus

4 juin 2018

Roth a 73 ans lorsqu’il publie « Un homme ».
Un homme, c’est vous, c’est moi, c’est l’experience du corps humain de la naissance à la mort. Retrospective:

24roth-guide-image-popup

La mort …..

Le plus accablant, c’est de constater une fois encore la réalité écrasante de la mort.


mais auparavant …..

« Le terme de l’échéance te laisse tout loisir de t’angoisser quant à la catastrophe ultime! »

« 22 ans s’écoulèrent, 22 ans sans croiser l’adversaire qu’est la maladie, ni la catastrophe qui guette en coulisses ». On peut donc continuer à jouir de la vie.

La mélodie du bonheur …….

« Ils avaient passé un mois fabuleux à se baigner, à marcher, et à faire l’amour en toute liberté à toute heure du jour. Ils traversaient la baie à la nage pour gagner une chaine de dunes à l’abri des regards, et ils baisaient sous le soleil, puis se tiraient de leur torpeur, enfilaient leurs maillots et retraversaient la baie pour ramasser sur les rochers des grappes de moules qu’ils rapportaient dans un petit seau plein d’eau de mer et mangeaient le soir même. »

mais l’age faisant ….

« Il faut prendre la vie comme elle vient. Tenir bon, et prendre la vie comme elle vient. Il n’y a pas le choix. »

« C’est la douleur ou toi qui commande, choisis. »

« A moins que le meilleur de la vieillesse ne soit justement cette nostalgie de l’enfance. »

On retrouve donc dans ce roman les thémes récurrents de Roth, sexe, vieillesse, et religion bien sur…...

« Il avait cessé de prendre le judaisme au sérieux dès l’age de 13 ans. »

« La Religion était une imposture qu’il avait démasquée très tôt dans sa vie; elles lui déplaisaient toutes; il jugeait leur folklore superstitieux, absurde, infantile; il avait horreur de l’immaturité crasse qui les caractérisait, avec leur vocabulaire infantilisant, leur suffisance morale, et leurs ouailles, ces croyants avides.
Ce n’était pas lui qui serait dupe de ces balivernes sur la mort et sur Dieu, ou de ces fantasmes de paradis d’un autre âge. Il n’y avait que le corps, né pour vivre et mourir selon des termes décidés par les corps nés et morts avant nous. »

Avec « Un homme » Roth a touché juste, là precisement sur ce qui nous terrifie tous: la mort, mais en attendant dit-il vivons, prenons notre sort en main, avec courage et sans le parapluie des superstitions et religions.
J’ai l’impression de retrouver Albert Camus.


Philip Roth, le Freud du roman

28 mai 2018

Philip Roth, le Freud du roman

Philip Roth au New York Times, à propos du mouvement #metoo mais plus particulièrement sur les désirs ardents du mâle.

«Je ne suis pas entré seulement dans la tête du mâle, mais dans la réalité de ces désirs ardents dont la pression obstinée, persistante, peut menacer la raison, des désirs parfois tellement intenses qu’ils peuvent être vécus comme une démence. Par conséquent, aucune des conduites extrêmes que j’ai pu lire dans les journaux dernièrement ne m’a étonné.»

 
 
montgomery-roth-03-23
 
 
Philip Roth, c’est le Freud du roman, il ne s’agit pas du Juif dans ses romans, il ne s’agit pas de l’américain dans ses romans, il s’agit du mâle universel.
Grâce à Philip Roth on peut tenter d’expliquer – je dis bien expliquer et non comprendre – le comportement d’Harvey Weinstein, de DSK, de Bill Cosby et autres prédateurs.