la recette du jour : concombre encombrant

31 mai 2011

Voici les recettes à éviter en ce debut juin; toutes à base du concombre encombrant.
Avec l ‘Eceh, on sait jamais!

PS: Eceh , je sais = E.coli entéro-hémorragique


le chat du rabbin vu par un rabbin

31 mai 2011

Voici ce qu’un rabbin Marc-Alain Ouaknin dit sur le film « le chat du rabbin ».
Quelques extraits très instructifs, philosophiques sur la Vie, la Vérité, la conscience, l’homme et ses contradictions.

Le Chat du rabbin ce sont les fables de La Fontaine revisitées, un retour dans l’Algérie des années 30 avant l’indépendance, et le traumatisme de l’«Exode» des années 60 trop souvent passé sous silence, le soleil et la mer, les croyances populaires et la philosophie, la cohabitation des juifs, des chrétiens et des arabes, l’amour, le désir, l’érotisme, et une grande leçon de tolérance. Non seulement la tolérance par supériorité et condescendance, mais la tolérance de la tolérance, la compréhension de l’autre par l’écoute humble et vraie de son histoire, de son imaginaire, de ses récits et de son identité. Ce terme d’identité, à ne justement pas entendre comme le fait que tous soient identiques, mais que tous aient le droit à la différence. Ni exotisme, exclusion ou rejet, mais altérité qui rend la vie colorée et l’esprit curieux.

Ce que font éclater les personnages du chat, du perroquet, de la belle Zlabya et de ses prétendants, du cheikh et du rabbin, des peintres, des musiciens, du lion, de l’âne et de Dieu, c’est la notion de Vérité. Ils la mettent en morceaux, ils en soulignent le danger et le leurre, sa manipulation et son utilisation idéologique. Mais au lieu de produire un discours philosophique et critique sur cette question mille fois énoncée et mille fois oubliée, c’est un récit mis en images qui est proposé, un récit qui questionne d’emblée l’image elle-même, qui interroge la représentation et son pseudo interdit. Un récit où la métaphysique est lecture, interprétation, désir, érotisme, et non seulement lois, rites et spiritualité méditative.

On s’attache à ce chat qui pousse les humains dans leurs contradictions, sans méchanceté, sans perversité, un chat toujours en situation, d’où sa crédibilité, un chat qui sait nous faire réfléchir sans superficialité à l’amour, l’égoïsme, la trahison, la violence, la transgression et les conflits toujours latent entre les générations et les différentes cultures.

Le chat est la conscience critique que chacun porte en soi. «On a tous quelque chose en nous d’un chat du rabbin», un chat qui parfois se tait par ignorance ou par manque de courage, par prudence ou par respect des anciens, jusqu’au jour où l’on s’aperçoit que les anciens peuvent, certes être sages et savants, mais somme toute qu’ils sont humains comme nous, fragiles, avec leurs peurs, leurs désirs, leurs frustrations, leur bêtise et leurs colères. Qu’ils peuvent aussi être prisonniers de leur propre idéologie et devenir de simples perroquets de la tradition, sans innovation, sans confrontation à la modernité, aux changements sociaux, technologiques, philosophiques et politiques. Ce jour là, notre chat intérieur s’éveille, prend son courage à deux pattes, mange le perroquet et commence à parler.


voir article precedent le chat du rabbin
lire l’article de MAO sur le Figaro


Oh Jérusalem

31 mai 2011

Jerusalem, capitale ancestrale du roi David il y a 3000 ans, centre du monde monothéiste, fête ces jours-ci sa réunification de 1967.

Voici donc quelques statistiques intéressantes sur Jérusalem :
Jérusalem est située sur les monts de Judée (dont le mont Sion), à 745 m d’altitude moyenne.
Sachez qu’on appelle hiérosolymitain(e)s les habitants de Jérusalem.

Au 31 décembre 2010, la population de Jérusalem était de 789000 habitants, dont 62% (492.000) de Juifs, 35% (273.000) d’arabes musulmans, environ 2% (15.000) de chrétiens et environ 1% (9.000) d’une religion non-déterminée.

A Jérusalem, une famille moyenne compte quatre enfants ( due en partie aux familles religieuses juives d’une part et arabes d’autre part
Ce taux – presque deux fois supérieur à celui de Tel-Aviv (2,2) et sensiblement supérieur à celui de Haïfa (2,5), le chiffre moyen national étant de 2,96.

Pour l’anecdote un jour il y a plus de dix ans j’ai assisté a Jérusalem à l’émission « Bouillon de cultures » de Bernard Pivot faite sur le thème Jérusalem. Il a commencé ainsi son émission:
Il y a trop de places pour les Dieux à Jerusalem et pas suffisamment pour les hommes:

En ce moment 31 mai 2011, 21 h à Jerusalem (18h GMT) il fait un agréable 18 degrés après un 27 degrés à midi, un temps idéal.
Oh Jérusalem! Oh Yerushalaim!

Je recherche sur Google une photo de Jérusalem pour la placer ici mais sans religion/religieux c-a-d sans synagogues, sans mosquées, sans églises, il n’y en a pas beaucoup! voici donc le nouveau tramway de Jérusalem. Serais ce trop demander qu’un peu moins de religion et un peu plus de laïcité à Jerusalem ?


Kadhafi : partira ? partira pas ?

31 mai 2011

« Connaissant l’homme, je ne crois pas qu’il va partir« , a déclaré à Deauville le patron sortant de la Ligue arabe, Amr Moussa.


le concombre, hier aujourd’hui et demain

30 mai 2011

hier le plus diététique légume : le concombre.
aujourd’hui le concombre tueur.
demain le concombre flingueur.


méditation d’un lundi

30 mai 2011

S’irriter d’un reproche, c’est reconnaître qu’on l’a mérité écrit Tacite dans les Annales


Milou, Bob, OBL et DSK en Mai

29 mai 2011

Mai, le mois des révolutions depuis 68 a été cette année le mois des émotions, d’abord avec OBL et DSK , et pour l’un comme pour l’autre croira qui voudra au montage d’une mort et pour l’autre au complot, les deux pour les besoins de la cause.

Quand on ne veut pas croire à quelque chose, on ne lit que certains éléments. C’est une réaction qui se rencontre dans tous les faits divers, même si on la comprend d’autant mieux dans ces drame extraordinaires. La conclusion est que la presse ne fait pas son travail. Déjà soupçonnés de collusion avec les élites, les journalistes font aujourd’hui figure d’accusés, coresponsables d’une omerta que nous découvrons. Ce mot d’omerta me plaît et je ne l’ai appris qu’à la suite de ces 2 événements.

Mais très vite dans la vitesse supersonique du flux info, ils tomberont dans l’oubliette, OBL mort depuis 2001 ou depuis 2011 peu importe, DSK 5 ans de prison ou 10 ans ça ne changera pas grand chose. Et la vie continue avec Milou en Mai , Kadhafi finira par partir remplacé par son fils, un président ivoirien remplace un autre pas moins immoral ….. et nous continuerons de fêter Bob en Mai, la mémoire de Bob Marley et l’anniversaire de Bob Dylan. Les deux me ramènent à mai 68, à cette époque ou nous changions le monde, aujourd’hui le monde change sans que nous puissions agir. Allez (re)voir Milou en Mai pour comprendre l’état d’esprit de l’époque comparé aux émotions virtuelles d’aujourd’hui.

Esprit mai 68