Destin ? oh rage, oh désespoir.

25 juin 2010

J’ai decouvert cette plage par hasard, Destin ?

Destin

C’est le nom de la ville!

Cette plage m’a inspiré et m’a donné envie d’écrire et d’ouvrir ce blog.
C’était il y a 2 ans, sur les routes d’Amérique, sur la cote ouest de la Floride juste après la frontière avec l’Alabama, il fallait s’arrêter, ce fut Destin… une merveille de la nature avec son sable blanc argenté, et sa mer d’un vert turquoise resplendissant.
C’était il y a deux ans, aujourd’hui Il y a du pétrole dans l’eau et dans le sable, il est interdit de s’y baigner …..oh rage, oh désespoir, quel destin pour Destin, quel destin pour la faune aquatique.


Obama n’assume plus rien, il semble dépassé par les événements

25 mai 2010

Frustration d’Obama vis-à-vis du géant pétrolier BP.
Frustration d’Obama vis-à-vis de ses alliés symboliques, Israel, Corée du Sud.
Frustration d’Obama vis-à-vis des pays alliés en Afghanistan, Canada, Pologne, Angleterre et la France.

Au lieu de prendre les cartes en main, d’envoyer l’armée américaine s’occuper de la marée noire, Obama préfère s’en remettre à BP.
Avec la Corée du Sud attaquée par le nord, Obama s’en remet aux chinois.
Avec l’Afghanistan, Obama s’en remet à un nouvel ordre mondial
Avec l’Iran Obama s’en remet à Lula le brésilien et au turc Erdogan.
Avec Israel et les palestiniens, Obama s’en remet aux menaces et contacts indirects, drôle de diplomatie.


A lire ce titre du Figaro, je me demande ce que veut/peut assumer seul Obama, même le roi tout sourire des shows de télévision de sa première année a disparu. Son mandat prend les allures d’une débandade de la diplomatie américaine sur tous les fronts.

Au moment où un imam américano-yéménite ose appeler les soldats musulmans américains à frapper leurs compagnons d’armes «infidèles» Obama qualifie les radicaux d’al-Qaida «de petits esprits placés du mauvais côté de l’Histoire»
Mais ou est le Grand Esprit placé du bon coté de l’histoire ?


Obama et le méchant loup

21 mai 2010

En rappelant régulièrement la responsabilité du « méchant loup » la compagnie pétrolière BP, Barack Obama a ainsi su, repousser les critiques qui auraient pu se faire jour sur lui même.

En d’autres termes: Si le loup c’est l’autre, celui la que je fustige, donc moi Obama je suis comme vous, une victime de ce loup.