Google 2012 ou Microsoft 2002

31 janvier 2012

2002, Microsoft est à son apogée, nous ne l’aimons guère quand nous ne le detestons pas pour son arrogance et son ingérence dans notre PC.
2002 un sympathique site tout simple dans sa presentation se fait jour,  et instinctivement nous l’adoptons, il se nomme Google.


2012, dix ans plus tard Microsoft est revenu sur terre à sa place naturelle
en grande partie grace à Steve Jobs et Apple, mais Google a plus que pris la place de Microsoft,
Google est partout dans notre vie sans notre avis
et je me demande si il ne lis pas nos emails privés et il me semble qu’il ne doit pas s’en  priver, sécurité americaine oblige. Google fait peur à ses utilisateurs.

Notre seul espoir est qu’en 2012 naitra si ce n’est deja fait celui qui viendra détroner Google, nous venger de ce qu’il nous a abusés.
Mais en informatique tout comme en politique, les rois naissent, régnent et disparaissent, et nous bedaux et idiots les choisissons pour qu’ils nous régissent.

Publicités

Le mur comme frontière

28 janvier 2012

C’etait connu depuis longtemps surtout dans les milieux diplomatiques, c’est maintenant officiel:
Israël propose de faire du mur de séparation en Cisjordanie une frontière avec un futur État palestinien, ont indiqué vendredi deux responsables palestiniens, selon leur interprétation des principes présentés par Israël dans des pourparlers à Amman en Jordanie.
Ainsi de facto, aujourd’hui deja et sans accord de paix nous avons Israel d’un cote et la Palestine de l’autre. 2 Etats pour 2 peuples. Tout le reste ne sera que ratification si les palestiniens désirent la paix ou continuation si les palestiniens dans leur inconscient conscient ne la désirent pas.


Rattrapées par le bas, distancées par le haut, les classes moyennes sont les seules à faire les frais depuis vingt ans des évolutions de la sociétè

27 janvier 2012

Definissons la classe moyenne comme les 60% de la population se situant entre les 20% les plus modestes et les 20% les plus aisés.

Les classes moyennes ont l’impression d’être les grandes perdantes: de plus en plus dépassées par une petite minorité d’ultrariches qui, selon l’expression du journaliste Thierry Pech (Le Temps des riches, Seuil), a fait « sécession » d’avec le reste de la société; ne bénéficiant pas des aides et allocations qui permettent aux plus pauvres de garder la tête hors de l’eau. « Rattrapées par le bas, distancées par le haut, les classes moyennes sont les seules à faire les frais depuis vingt ans des évolutions de la société française », soutient Laurent Wauquiez dans son ouvrage (La Lutte des classes moyennes, Odile Jacob), qui pointe « un contrat social à bout de souffle ».  

Ainsi, en France, 37% des plus de 50 ans estiment vivre mieux que leurs parents, contre 30% des 35-50 ans, et seulement 25% des moins de 35 ans. Mais vu par leur complement cela veut dire que 75% des moins de 35 ans vivent moins bien que leurs parents et c’est à mon avis un aspect tragique mais bien reel.

Les classes moyennes en ont conscience: elles seront peut-être les dernières pour qui l’ascension sociale fut un phénomène automatique. D’où le rapport très particulier qu’elles ont à la génération suivante: 55% des Européens se déclarent préoccupés pour l’avenir de leurs enfants, et 70% d’entre eux font déjà des sacrifices pour 

Pour la première fois en période de paix, la situation globale de la jeune génération est moins favorable que celle de ses parents, et cette situation pourrait perdurer. » Le mode de vie des Trente Glorieuses semblait voué à prospérer: accès à l’université, salaire mensualisé, propriété du logement, vacances, acquisition d’une automobile, retraite… Mais, constate alors Chauvel, pour une partie de ces nouvelles classes moyennes, cette évidence est battue en brèche. Une découverte d’autant plus difficile à admettre.

PS: les résultats de l’enquête de l’Observatoire Cetelem/TNS Sofres, sur leurs priorités dans 12 pays européens de l’Ouest et de l’Est sont plutot barbants à analyser mais si ca vous dit les voici


Huffigton Post français, premieres impressions

24 janvier 2012

Gueant « aime » les musulmans mais les surveille de prés.
Avec un titre pareil pour une premiere le premier jour , le Huffigton Post francais n’ira pas loin, ressemblera plus à un Nous Deux qu’a une edition d’opinions.

Un  partenariat international qui  réunit Le Monde, les Nouvelles Éditions Indépendantes et  madame Huffington Arianna est une drole de bete a plusieurs patrons

Anne Sinclair n’est plus la Sinclair que nous avons connu, veillissante, soumise a Dsk, au parti socialiste, elle n’a plus l’eclair que nous lui connaissions, il n’y a qu’a lire son 1er editorial pour s’en apercevoir.

Avec des contributeurs genre Rachida Dati qui court entre les circonscriptions de Paris et le pére de son enfant, nous n’avons pas nous lecteurs à attendre grand chose.

Enfin et surtout le blogueur americain est differend du francais, le blogueur americain c’est d’abord 300 millions potentiels, c’est tous les sujets sans considerations de vie privée du président, des enfants secrets du président, des sujets tabous , des secrets des gens importants, du qu’on dira t’on, du ca ne se dit pas, ect, ect… Retirez tout cela, il ne reste pas grand chose, Avec cela on veut créer un nouveau style: Huffigton ! Eoeuf Figue Thon!


Souriez Kodak

21 janvier 2012

La société américaine Kodak, leader de la pellicule photo est en faillite après 130 ans d’existence marqués par de nombreuses innovations : appareil photo grand public, caméra «super 8»…
Ironie du sort, l’entreprise a été victime de l’une de ses propres inventions. A l’origine du premier appareil numérique, en 1975, Kodak n’a pas su s’adapter au déclin de la pellicule. 
 En 1975, l’appareil conçu par un ingénieur de Kodak, Steven Sasson, prenait des photos d’une résolution de 0,01 mégapixels, de quoi nous faire rire avec nos appareils 1000 fois plus puissants aujourd’hui.

Mais il n’y a pas si longtemps avant le digital, nous ne jurions et nous ne photographions que par Kodak,  les boîtes de pellicules Kodakchrome  ont bercé l’enfance de plus d’une génération. Acheter les pellicules, les introduire et les retirer avec attention pour ne pas bruler le film, les amener chez le photographe pour les developper et imprimer, puis quelques jours plus tard avec les amis ou la famille nous decouvrions le resultats et pas moyen de les trafiquer ou de les effacer..
Souvenez vous c’était Souriez Kodak, aujourd’hui c’est faillite Kodak.


good news, les heros  du Costa Concordia

18 janvier 2012

Le plus surprenant dans le naufrage du Costa Concordia, est le nombre restreint de morts ou disparus.
Avec plus de 3000 passagers à bord, on aurait pu s’attendre à des centaines de noyés/disparus. Bien entendu le fait que le bateau était pratiquement sur l’ile a contribuè à envoyer des renforts rapidement  mais les véritables  héros, ce sont des  Colombiens, Honduriens,et Chinois.

«Nous avons sauvé entre 500 et 600 personnes», a raconté Edgard Lopez Sanchez, un serveur qui, avec neuf autres membres d’équipage colombiens, a secouru les passagers du bateau de croisière Costa Concordia lors de son naufrage.

«J’ai fait une dizaine de voyages avec le canot de sauvetage, il faisait froid, il y avait du vent», a indiqué ce Colombien de 48 ans.

Les membres d’équipage contrairement à leur capitaine ont fait leur travail, good news, no ?


Les mots clés anti-crise: relocalisation, production et création d’emplois.

18 janvier 2012

D’une part, le président américain Barack Obama qui promet de nouveaux avantages fiscaux réservés aux entreprises créant des emplois aux Etats-Unis, et des pénalités pour celles qui delocalisent 

D’autre part cette analyse de Max Gallo 
« L’Europe est en crise parce qu’elle consomme mais ne fabrique plus » 
Les pays qui souffrent le plus de la crise ne sont pas ceux qui ont les déficits budgétaires les plus marqués, mais ceux dont la balance commerciale est la plus déficitaire. C’est là que se situe l’origine de la crise: l’Europe est consommatrice en dernier ressort et ne fabrique plus.


Les Etats Unis ont compris les causes de la crise et agissent vite , on trouve ici en Amerique de plus en plus de « made in USA ».  L ‘Europe  dort encore et ne sortira de la crise que si l’on recommence à produire mais avec une productivité accrue, ce qui suppose du temps et de grands bouleversements économiques dans les pays de l’Union européenne.

La devise americaine « Time is money »   est toujours d’actualité.