Le mot du jour: « Chez nous, à Québec ? Oui, oui… chez nous à Québec ! »

30 janvier 2017

«Chez nous, à Québec ? Oui, oui… chez nous à Québec ! »
Le monde est devenu fou, fou fou, plus de protection nulle part, on ne peut que se souvenir et de regretter ce monde en 1967, il y a 50 ans à peine, tout paraissait possible positivement, aujourd’hui tout est possible négativement.

Tout à commencé un jour, un 11 septembre, en 2001, et depuis c’est un tsunami sur terre. Citez moi un pays qui n’a pas connu le terrorisme.
Mais la nouveauté avec Quebec c’est que des musulmans sont victimes en terre chretienne alors que jusqu’à present nous étions témoins de victimes juives ou chretiennes en terre chretienne.

f228426d-ab04-4ff6-b4b1-bd7306a27a0b_16x9_web


L’age n’est pas une maladie, c’est un massacre.

28 mai 2016

Ce n’est pas que je me sente vieux, mais je prends de l’age. Et l’age ce n’est pas une maladie , c’est un massacre.
Je ne suis pas nostalgique mais ma jeunesse me manque.

Pedro Almodovar

spanish-director-almodovar

 

 

 

 


  Je me sens davantage en sécurité en Israel plutot qu’à Paris

17 juillet 2014

C’est désormais une habitude: dans les rues de Paris, on peut crier «mort aux Juifs». Des manifestants veulent exprimer leur colère et leur frustration: «Mort aux Juifs!».

« Je me sens davantage en sécurité dans un pays en plein conflit armé sur lequel s’abat une pluie de missiles chaque jour, plutôt que dans les rues de Paris. »
Marion Bernard

Oui, c’est bien vrai pour beaucoup de juifs francais, mais cela est aussi vrai pour les juifs originaires de Casablanca, Ankara, Teheran, Bruxelles, Oslo, Kiev, et j’en passe.
Depuis cette attaque incessante de missiles au dessus de nos têtes, je n’ai cessé de me repéter combien j’avais bien fait d’avoir quitté à temps  et il y a longtemps Casablanca puis Strasbourg. 

Dure réalitè mais on se sent tous davantage en sécurité dans un pays en plein conflit armé sur lequel s’abat une pluie de missiles chaque jour, plutôt que dans les rues qui nous ont vu naitre en terre arabe, musulmane ou maintenant en terre chretienne à resonnance islamiste. 
Israel, l’espoir, le refuge, la maison. Israel où la valeur suprême est synonyme de vie.

PS: lire l’article de Marion Bernard sur i24news

A LIRE OU A RELIRE SUR LE MEME THEME:
Le Hamas joue un jeu dangereux avec les vies des Gazaouis

Kippat Barzel (dome de fer) ou la frustation terroriste 

Vive la mort, version Hamas


le mot du jour

21 mars 2014

Plutôt que de transformer les machines en humains, l’automatisation nous transforme nous en robots.

pour preuve, essayez de faire fonctionner votre machine à laver 5 minutes à température 70 degrés.


Le mot du jour: nomophobie

11 août 2013

Nomophobie  c’est la peur excessive d’être séparé de son téléphone mobile, le terme vient de la contraction de l’expression anglaise no mobile-phone phobia.

Namophobe, c’est le terme désormais admis pour désigner les gens qui sont incapables de renoncer, ne serait-ce que momentanément, à leur cellulaire. Lorsqu’elles sont privés de leur cellulaire, ces personnes ressentent un sentiment de vide et d’anxiété.

Dans les années 2000, l’utilisation du téléphone portable était principalement réduite à passer des appels. En dix ans,  et surtout avec la revolution des premiers iphone, nous pouvons tout faire avec les smartphones : téléphoner, gérer ses mails, prendre des photos, aller sur les réseaux sociaux, jouer à des jeux vidéo et même faire des achats. Tout est possible ! 

 On est sans cesse connecté parce qu’on a  peur de louper quelque chose, alors qu’il y a tellement d’autres choses  sur Terre.
Dès que les gens n’ont plus cet outil entre les mains, « ils se sentent coupés du monde alors qu’ils sont simplement coupés du virtuel » 

Que faire ? S’imposer quotidiennement des pauses « zen » où l’on coupe une ou deux heures notre téléphone , c’est  urgent, cela est necessaire pour notre sante morale.
Choisissons:  ou on se derobe ou l’on devient nomophobe! 


le mot du jour: mastectomie

14 mai 2013

Jusqu’ aujourdhui je ne connaissais pas ce mot, je ne l’avais jamais entendu !
La mastectomie c’est-à-dire une ablation des seins pour prévenir les risques de cancer est une pratique rare.

Mais lorsque l’actrice américaine Angelina Jolie 38 ans nous révèle  avoir subi une ablation préventive des seins pour diminuer ses risques de développer un cancer du sein, le même qui a tué sa mère alors âgée de 56 ans, alors on comprend le sens et la portee de la mastectomie. Il faut du courage pour le faire et ainsi le risque de développer un cancer est quasi nul et très loin du risque existant chez n’importe quelle femme.

On fait une ablation des seins et on sauve sa peau, quelle chance! pourquoi? car on ne peut faire une ablation de la prostate ou du foie pour sauver sa peau!


Le mot du jour, entre virtuel et réalité.

6 mai 2013

Il y a beaucoup de réalité dans le virtuel, et beaucoup de virtuel dans notre réalité.