« Idiss » ou l’horreur pétainiste alliée des nazis

15 février 2019

« Idiss » est un livre historique, trés pénible, tragique qui met en relief l’horreur pétainiste alliée des nazis. Oui la France a trahi ses citoyens Juifs.

Idiss, c’est la grand-mère juive de Roger Badinter, née en 1863 dans le Yiddishland, à la frontière occidentale de l’Empire russe où un antisémitisme virulent trouvait dans ces régions frontalières un foyer constamment prêt à s’allumer.

Idiss c’est ses deux fils Avroum (23 ans) et Naftoul (21 ans) qui quittent la Russie pour Paris. Ils deviennent des « citoyens français de confession israélite ».

Ce terme « israélite » montrait qu’ils étaient des Français, juifs seulement par leur religion, comme d’autres étaient catholiques ou protestants. La France était leur patrie, le judaïsme leur religion. La République laïque consacrait ces principes. Tout était clair pour ces Israélites français, ardents patriotes et républicains convaincus.

Idiss et sa famille c’est le grand amour pour Paris et la France mais …

Cet amour n’était pas toujours payé de retour. Les Français, en majorité catholiques et ruraux, ne connaissaient souvent des juifs que les clichés hostiles ou méprisants, répétés inlassablement à leur sujet : ils étaient riches, avares et étrangers à la « vraie » France, celle des villages et des églises dont les clochers se dressaient dans le ciel.

Mais bien des Français ne les considéraient pas comme de « vrais » Français, même s’ils l’étaient depuis des siècles. Pour eux, les juifs avaient beau donner tous les gages du patriotisme, ils n’en demeuraient pas moins des étrangers sur la terre de France, plus hospitalière dans ses lois que dans les cœurs.

Pour l’auteur, Robert Badinter, petit fils d’Idiss l’enfance prend fin le 10 mai 1940, lorsque les armées allemandes se ruèrent sur la Hollande et la Belgique et comme pour beaucoup d’immigrés naturalisés, la question se posait toujours : les Français d’origine me considèrent-ils comme un des leurs ?
C’est l’époque des grandes rafles. La population juive étrangère de Paris est plongée dans la terreur. Les juifs naturalisés français découvrent l’abîme qui s’ouvre devant eux.

Dès le mois de juillet 1940, alors que la nation connaissait le pire désastre militaire de son histoire, que le pays tout entier n’était plus qu’un corps blessé, à quoi en effet se consacrait en priorité à Vichy l’entourage du maréchal Pétain, chef de l’État français ? À rédiger des lois contre les naturalisés, les immigrés et les juifs.

Simon Badinter – père de l’auteur – fut arrêté à Lyon, le 9 février 1943, sur ordre de Klaus Barbie, et déporté au camp d’extermination de Sobibor, en Pologne, par le convoi no 53 du 25 mars 1943. Il n’est pas revenu
Naftoul Rosenberg – oncle de l’auteur- fut arrêté à Paris sur dénonciation, et déporté au camp d’Auschwitz-Birkenau par le convoi no 12 du 29 juillet 1942. Il n’est pas revenu.

Souvent, je me suis interrogé : que pensait-il lorsque, à Drancy, en mars 1943, il montait dans le train qui le conduirait au camp d’extermination de Sobibor, en Pologne ? Arrêté à Lyon par Klaus Barbie, et déporté sur son ordre, c’était aux nazis qu’il devait sa fin atroce, à quarante-huit ans. Mais au camp de Pithiviers ou de Drancy, qui le gardait, sinon des gardes mobiles français ? Tel que je l’ai connu, aimant si profondément la France, a-t-il jusqu’au bout conservé sa foi en elle ? On ne fait pas parler les morts. Mais cette question-là, si cruelle, n’a jamais cessé de me hanter.

Ce recit « Idiss » a valeur d’avertissement, 2019 peut reproduire 1939, il suffit de voir cette nouvelle vague antisémite dans les contours des Gilets Jaunes, les tags antisémites sur un magasin de bagels, la représentation de Simone Weil dégradée par des croix gammées, ect..ect. Paris fait peur mais en 2019 contrairement à 1939 il y a un refuge pour les Juifs, Israel.

PS: ajoutons et c’est terrible
Insultes antisémites contre Alain Finkielkraut en marge de la manifestation des « gilets jaunes » à Paris ce samedi.
« Barre-toi, sale sioniste de merde », « grosse merde sioniste », « nous sommes le peuple », « la France elle est à nous », ont crié plusieurs manifestants qui défilaient boulevard du Montparnasse, et qui venaient d’apercevoir l’académicien. Oui, encore une fois Paris fait peur!

Note: un livre historique pénible et tragique, on ne peut noter un tel livre sur l’échelle RG.


Statistique macabre

28 octobre 2018

Les personnes qui ont été tuées dans la tuerie macabre et antisémite de la synagogue de Pittsburgh sont des personnes trés très avancées dans l’age.
2 étaient presque centenaires
4 autres avaient entre 84 et 88 ans
2 autres étaient septagenaires
2 sexagenaires
la plus jeune victime avait 55 ans.
Une moyenne d’age de 77 ans.

L’assassin agé de 40 ans n’a pas considéré une seconde que ces vieilles personnes qui priaient avait l’âge de ses grands parents.
L’antisémitisme aveugle une fois de plus…..

Les victimes
Dan Stein (71)
Joyce Feinberg (75)
Richard Gotfried (65)
Rose Malinger (97)
Jerry Rabinovitz (66)
Cecil Rosenthal (59) et son frère David Rosenthal (55)
Bernice Simon (84) et son époux Sylvan Simon (86)
Melvin Wax (88)
Irving Younger (96)


Qui a piqué ma kippa ?

26 avril 2018

Des milliers d’Allemands portant la kippa ont participé à la « marche de la kippa ».

La kippa a toujours été mon baromètre pour savoir si une ville est sécure ou pas envers ses Juifs.
Ainsi j’ai remarqué qu’à Montreal et à New York, on pouvait se promener tranquillement avec une kippa sur la tête, par contre Paris et Strasbourg (dans mes années de collége c’était possible, mais c’etait au siécle dernier avant les immigrations massives) sont des villes dangereuses et si vous osez porter une kippa, vous êtes en danger de mort.
Berlin aussi vient de le prouver grace à un arabe athée qui a voulu sentir le terrain et a porté une kippa ne croyant pas qu’on le molesterait.

La kippa est donc un barométre.
Qui a donc piqué ma kippa ? Les antisemites voyons, autrement elle aurait été sur ma tête, bon disons que puisque j’ai des tendances laiques et athées dans mon cas elle aurait été dans ma poche.


Les juifs ne sont pas en sécurité en France

27 mars 2018

Le meurtre de Mireille Knoll, 85 ans, rescapée de la Shoa horrifie.
Le meurtre de Mireille Knoll, 85 ans, rescapée de la Shoa, horrifie la France.
Le meurtre de Mireille Knoll, 85 ans, rescapée de la Shoa, horrifie tout homme et toute femme dignes
sur Terre.

Née à Paris en décembre 1932, Mireille Knoll avait échappé dix ans plus  tard de justesse à la rafle des Juifs du Vél d’Hiv’ de juillet 1942 en  s’enfuyant de Paris avec sa mère. 

 

« Ce qui était terrible, c’est que l’un des auteurs disait à l’autre “c’est une juive, elle doit avoir de l’argent”. »

Le meurtre de Mireille Knoll n’est que la suite de l’assassinat de Sarah Halimi il y a un an, dans le même arrondissement de Paris.

Les juifs ne sont pas en sécurité en France, c’est un fait, c’est une certitude.

Malheureusement le gouvernement de Bibi Natanyaou ne s’interesse que peu à eux. Ces Juifs n’ont pas les moyens de se payer un appartement en Israel vu les prix exorbitants. Il faut plus d’un demi –
million de dollars pour avoir un logement decent en Israel. Ceux qui avaient les moyens en France ont tous acquis un appartement refuge en Israel même si parfois ils continuent d’habiter en France. Les autre Juifs, que j’appellerais les Juifs pauvres sont condamnés à vivre en France.
C’est la devise du gouvernement Bibi, le sionisme du fric, si t’as pas les moyens tu ne nous interesse pas.
Les Juifs ne sont pas en sécurité en France. Pauvres Juifs. Condamnés malgrè eux à vivre en France.

PS:hasard? Ce mois ci est décédée à Casablanca la mére d’une cousine, Annette S za »l et qui physiquement ressemble terriblement à Mireille Knoll. Annette aussi avait environ 85 ans. Elle a toujours vécue au Maroc et malgrè nos inquiètudes, Annette y vivait en sécurité.
Donc, soit que les arabes marocains vivant au Maroc ont plus de convivialité envers les Juifs -qui ont 2000 ans de présence- que les arabes marocains vivant en France, soit qu’ils sont mieux tenus dans un regime monarchique et autoritaire.


Où va la France ?

31 janvier 2018

Où va la France si un enfant de 8 ans se fait agresser tout simplement parce qu’il portait une kippa ?


La symétrie entre islamophobie et judéophobie relève de l’escroquerie intellectuelle et morale

1 mars 2015

Car,
Point de musulmans assassinés en France parce que musulmans, point d’enfants musulmans tués en tant que musulmans. Point non plus en France, même après les tueries de janvier 2015, de manifestations islamophobes violentes avec des slogans comme «Mort aux musulmans!»ou «Musulmans assassins!».Ni même avec un slogan du type: «Musulman, casse-toi: la France n’est pas à toi!».

La symétrie entre islamophobie et judéophobie relève de l’escroquerie intellectuelle et morale.

Pierre-André Taguieff


Je suis charlie le juif

11 janvier 2015

JE, c’est moi, aussi ma compagne, mes enfants, mon voisin, mon collègue de travail, les français et les françaises.

JE SUIS, je sens, je ressens, j’exprime ce que je suis.

JE SUIS CHARLIE, je m’identifie à Charb, à Wolinsky, je m’insurge contre le crime horrible, odieux commis contre les journalistes et caricaturistes de Charlie Hebdo, on a attaqué une des valeurs suprêmes de la République: la Liberté. Je suis horrifié, déstabilisé, et je viens participer à la grande marche pour marquer mon attachement aux valeurs républicaines, liberté de la presse, égalité des citoyens, fraternité, la preuve est que je suis dans cet immense rassemblement.
Ensuite je rentrerai chez moi, tout reprendra son cours normal, la probabilité que je sois touché personnellement est infime, une chance sur 60 millions. Demain aprés le boulot, j’acheterai ma baguette et mon camembert, un peu de rouge et allumerai la telé, on est pas couché, ça plaisante, tout est donc plus ou moins normal, la vie continuera.

JE SUIS CHARLIE LE JUIF, encore un horrible crime antisémite, un autre, encore un autre, ça n’en finit pas, je reviens de la marche nationale, j’ai retiré depuis belle lurette mes signes distinctifs mon maghen david, puis ma kippa, puis mon chapeau.
Je n’envoie plus mes enfants à l’école republicaine, avant hier on m’a conseillé de fermer mon magasin, une premiere depuis 1945, et je n’ai pu me rendre à la synagogue: portes closes ! fermé !. J’ai retiré ma mezouza de la porte d’entrée de l’appartement, c’est le signe que je suis charlie le juif.
Demain la vie reprend son cours en France, pas pour moi, je ne peux plus aller dans un magasin casher  acheter ma baguette et mon rouge de peur et des risques d’une attaque antisémite, j’y risque ma vie,  je ne peux pas marcher en groupe de la synagogue à la maison de peur que nous soyons reconnus et attaqués, je ne peux acheter à la Fnac un livre de Zemmour ou Houellebecq de peur d’être signalé, je ne peux ouvrir ma porte à celui qui sonne de peur d’être cambriolé et ma compagne violée. Je n’ose plus rien, je ne vis plus!
Surtout je n’ose penser que la probabilté que je subisse une attaque antisémite est proche de 1. 
JE SUIS CHARLIE LE JUIF,
Etre CHARLIE c’est dur dans la France de 2015,
Etre CHARLIE LE JUIF c’est l’enfer dans la France de 2015.