Chronique Coronavirus

20 mars 2020

Je suis en confinement, en réclusion, et ça ne change rien si c’est volontaire ou imposé. L’impression est pénible, pessimiste car de mes décennies sur terre, je n’ai jamais imaginé un scenario coronavirus, certes j’imaginais depuis une décennie la fin du système économique capitaliste actuel, la chute des bourses, des faillites, des millions de chômeurs et l’anarchie dans beaucoup de pays mais pas dans tous.
Le switch déclencheur viendrait de la finance, mais l’histoire nous a surpris une fois de plus, le switch est venu du coronavirus. Double crise, sanitaire et économique, l’un entraînant l’autre comme si une était insuffisante.
Donc me voila confiné, ratatiné, c’est comme si j’ai recu un « boxe » direct et je suis encore tout étourdi, assommé. C’est donc ça nous les Occidentaux tout puissants, tout arrogants ,aujourd’hui confinés, impuissants face à ce nano-micron invisible et mortel. Et il faut se méfier de tous, l’enfer c’est l’autre, l’enfer c’est les autres. Du jour au lendemain notre monde connu et rassurant s’est effondré, nous vivons dans un autre monde, avec une autre logique, avec des inconnues, et beaucoup d’incertitudes quant à notre proche avenir.

Et pour en revenir au micro, ma vie au jour le jour sous la menace coronavirus, du réveil au coucher je suis confiné, inondé d’informations, radio, télé, internet, fake-news, conseillers, statistiques, modèles mathématiques, specialistes, professeurs et devineresses.
Alors je passe de l’optimisme maximal au pessimisme, je rigole de bon cœur des youtube humoristiques, puis je suis abattu, râleur et songeur. Je prends « la Peste » d’Albert Camus mais c’est trop dur car proche de ce qui peut nous attendre alors que dans ma jeunesse c’était théorique et représentait un scenario loin de la réalité que nous vivions lors. Je prends un autre livre que je feuillette, un troisième et je les rejette, je n ‘arrive pas a me concentrer, sortir du stress ambiant.

Chaque jour semble moins pénible que le suivant, hier encore j’ai pris ma voiture, puis arrivé au marché public en plein air, j’ai essayé de stationner prés d’un marchand de légumes pour rapidement faire ma commande mais vu le nombre de personnes présentes j’ai eu peur de cette populace, le virus doit se cacher entre eux et la salade de laitue me suis je dis, je suis donc reparti. Idem avant hier devant le distributeur de monnaie (caspomat) j’approche, j’épie, je mets mes gants bleus, j’ai l’air d’un braqueur de banques.

Je pense enfin à tout ces milliers de jeunes qui sont au chômage forcé, qui ont des dettes et plus de travail, c’est la bombe corona qui suivra le virus corona.

Allons me dis-je restons à la maison, écoutons Pascal

« Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre. » Blaise Pascal

…. et ce samedi, nous serons tous confinés, la terre entière sera en mode sabbatique …..

20200321_ldd001_0

Courage, Courage , fuyons , ah non ! Courage, Courage, Confinons nous!


En attendant le Corona-Messie

7 mars 2020

Depuis plus d’un mois, mon premier geste le matin est d’inscrire le nombre de malades, le nombre de décès et le nombre de guérisons.
Il y avait début février 20,000 contaminés, aujourd’hui plus de 100,000.
Mais l’inquiétude était loin tout comme Wuhan dans mon esprit géographique.
Un peu de râlerie lorsque je remarquais les méthodes dures employées à la communiste, un peu d’espoir lorsqu’il m’a semblé que le pic (58000 malades le 18 février) était atteint et que nous étions sur la bonne pente, mais depuis le virus s’est rapproché de nous, à grande vitesse, sans avertir d’abord en Italie, puis en France et maintenant presque partout dans le monde et jusqu’à ma porte en Israel .

corona_virus_3514845

Il y a tellement d’informations sur le sujet mais pas encore de solution, alors je lis, j’essaie de comprendre, de trouver des points de comparaisons, pourquoi beaucoup de fidèles, évangélistes et qui voyagent dans des autobus, pourquoi cette prolifération en Italie justement, comment les jeunes enfants sont épargnés, pourquoi les personnes âgées sont particulièrement vulnérables (c’est quoi une personne âgée ? c’est moi , c’est ma tranche d’age ou bien c’est les vieux de plus de 80 ans), pourquoi ?, comment ?, et la chaleur offre t’elle la solution, et peut être que les lieux de cultes offrent un contact, une promiscuité et des toilettes qui favorisent la transmission du virus, pourquoi considérer un taux de mortalité de 3% alors que les données de la Corée (du sud bien évidemment) plus serieuses indiquent un bon 0.5 à 0.6%, du ciel à la terre.

Pourquoi ? Comment ? Comment ? et encore Pourquoi…….

Grande inconnue, avenir incertain qui accentue l’inquiétude et la crise économique adjacente qui menace plus que le virus. Je n’ai jamais vu l’aéroport de Ben Gurion déserté de la sorte. Chaque nouveau cas recensé nous rapproche d’une pandémie et d’une perte de contrôle des origines et de la transmission du virus.
Aujourd’hui on tient encore, on contrôle la situation plus ou moins selon les pays, mais un rien et tout peut basculer dans la pandémie, l’anarchie et la catastrophe économique. Le seul espoir c’est le vaccin, on l’attend on l’espère ce Corona Messie.
Mais l’homme attend le Messie depuis 5780 ans. Sera t’il au rendez vous cette fois-ci ?
Il faudra bien qu’il se fasse voir un jour sinon il n’y aura plus personne sur Terre pour l’espérer et l’attendre.


problème fondamental, la voiture individuelle à essence

14 décembre 2019

Dan Ammann – ancien président de General Motors -, veut voir disparaître les voitures à essence, le « problème fondamental » à l’origine de la pollution, des accidents et des embouteillages.

Pour lui, il faut changer les habitudes, alors que plus des trois quarts des automobiles roulent aujourd’hui avec un seul occupant à bord.

simca-fiat-publicite-1936

En realité les constructeurs automobiles produisent de plus de grandes cylindrées, des VUS, alors que nous aurions plutot besoin de la P.A à l’idem du P.C, c-a-d une voiture de petite dimension d’une à deux places qui polluera moins, se faufilera plus facilement, trouvera une place de stationnement plus aisement. Bref il faut tendre vers la taille S alors qu’on nous offre du XXL.

Au lieu de parler bla-bla du rechauffement climatique, les responsables politiques devraient évoquer un problème de source, plus profond, mais Trump avec l’impeachment, Macron avec les gilets jaunes, Johnson avec le Brexit, Angela avec ses tremblements n’ont ni la volonté ni les moyens de résoudre un probleme fondamental: la voiture individuelle à essence, et comme les voitures autonomes c’est pas pour demain ni pour après demain ….. nous continuerons à polluer et à evoquer le rechauffement climatique.

A LIRE OU A RELIRE SUR LE MEME THEME:
Les voitures autonomes c’est pas pour demain ni pour après demain, ni avant …… l’arrivée du Messie


Saison touristique

29 juillet 2019

Il n’y a plus de saison touristique, il y a toujours trop de touristes dans les lieux touristiques, et d’ailleurs il suffit que Dupont publie une photo de site sur Instagram pour que les Dupond du monde entier s’y precipitent. C’est le tourisme de masse version XXI ieme siécle.

On ne peut plus apprecier en solo la Joconde, on ne peut plus plonger dans la fontaine de Trevi, on ne peut plus flaner dans les vieux quartiers de Lisbonne, dans la vieille cité de Quebec, on ne peut deguster un porto en toute tranquilité… Tout est tourisme, partout et tout le temps.

Le (sur) tourisme, mon Dieu quelle horreur, quelle densité, quelle pression, Il y aura toujours un chinois pour vous marcher sur le pied, un allemand pour vous pousser, ou un français pour vous railler, et un américain pour tout bouffer.

Ah le bon temps quand tourisme était synonyme de dépaysement, de découverte, de surprise et de flanerie.

Il est grand temps d’aller en masse sur la Lune et de redonner à la Terre et ses sites la tranquillité bien mérité du siécle dernier, le nombre de touristes se comptait en quelques millions, aujourd’hui c’est en milliards, on ne decouvre plus les sites, la nature, les musées, les églises, on decouvre les autres, tous, uniformisés et googelisés.

Je me suis souvent demandé pourquoi ces touristes payaient à prix fort avions, hotels restaurants et même les entrées dans les églises pour se retrouver compressé, fauché et abusé ? Pour changer d’air !


Papa, je veux la Lune! ou les 50 ans de l’homme sur la Lune

17 juillet 2019

Jusqu’en 1969, on avait coutume de dire des personnes gâtées qu’elles désiraient la lune, c’est à dire l’impossible.
Puis vint le 21 juillet 1969 2h:56 GMT, je m’en souviens encore , je me suis réveillé en pleine nuit, j’ai allumé la télé, c’était un direct, chose peu coutumière à l’époque et là miracle, un homme, un amerloque, Neil Amstrong fait les premiers pas sur la lune « un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité » et puis il n’y avait pas de luniens ou d’extra terrestres pour le surprendre.

50 années se sont écoulés, durant lesquelles l’homme a oublié la lune, il n’y avait pas de richesses à exploiter, et puis que pouvait-on demander de plus que la lune à l’époque ?

En fêtant cet événement marquant, un demi siècle plus tard c’est la concurrence ou la guerre froide technologique entre la Chine et les États Unis qui ramène la course à la Lune sur Terre. Que voulez vous, la terre est si polluée et surpeuplée que la Lune redevient un espoir et un refuge.

61bedhwqgzl._sx368_bo1204203200_

PS Quiz: Le premier homme a marché sur la lune un 20 ou un 21 juillet 1969 ? Faites vos jeux! Les américains l’ont emporté sur les russes.
mais qu’importe, Tintin lui a atterri en 1950 bien avant Neil Amstrong, encore une fois la preuve que l’imagination de l’homme précède toujours la réalité.

PS2: Pourquoi vouloir à nouveau marcher sur la Lune ? Ce ne sera pas si simple, on comprend mieux pourquoi on a cessé pendant prés d’un demi-siécle d’y aller.


Vasco de Gama version Iphone.

19 avril 2019

Méli-mélo, je voulais connaitre le pays de mes ancêtres, à commencer par Lisbon ou Lisboa pour un Roua. Mais mondialisation oblige, nous voila partout innondé par ce tourisme de masse et des pickpockets qui font partie intégrale du paysage.
Sur le chemin du retour Av de la Liberdade, ma liberté prend fin, on a piqué le Iphone, les cartes de credit et le cash de ma chère conjointe. Et moi qui avant mon depart ait refusé un abonnement tel/internet et des assurances dégâts, me voici bien embarassé, je ne peux rien contacter si ce n’est ma betise. On rentre donc à l’hotel d’où on annule d’abord les cartes de crédit, mais avant d’annuler les banquiers via leurs porte-paroles ne cessent de répéter qu’une nouvelle carte arrivera dans 4 jours. Oh rage! ce qui m’interesse c’est de bloquer ma carte, ce qui les interesse avant tout c’est de me vendre une carte !
Bref on arrive au principal probléme, le Iphone qui est devenu notre nouvelle maison, tout y est installé, banque, documents, les photos souvenirs, les enfants, les petits, la famille, les amis et le perdre c’est se sentir subitement sans liens. Oui, il y a « Find my Iphone« , on essaye donc mais rien, car le télephone perdu/volé n’est pas relié à l’internet. Mais c’est oublier que Big Brother Apple qu’on le veuille ou pas nous traque sans cesse et subitement le télephone est localisé dans un jardin public entre un hotel et un bordel Place de Alegria, vraiment la joie de l’espoir. Je saute dans un taxi et me rend au jardin, mon chauffeur de taxi m’attend et je me mets à rechercher presqu’aveuglement puisque mon propre télephone  aussi n’est pas relié à l’internet dés que je quitte l’hôtel.
Des dizaines de poubelles et prés de chacune je fais sonner mon telephone sur le Iphone  perdu pour pouvoir le localiser d’après le son. Peine perdue et il commence à faire nuit. Mais là, le chauffeur de taxi me signale qu’il a un wi-fi dans son taxi et grace à cela on peut mieux localiser le iphone, on s’y rapproche en taxi mais on ne peut dire si il est à l’interieur du jardin ou en dehors, puisque la localisation est approximative. La encore mon chauffeur de taxi que je nommerais Vasco de Gama, souvenez vous Vasco le portuguais a découvert la route des Indes par mer en 1499 et mon Vasco m’a aidé à découvrir  mon Iphone et ma bêtise  en 2019.

mhq-gama-960x640
Donc  Vasco me signale qu’il a un router mobile et grace à cela j’ai l’internet au jardin et je peux mieux localiser, je continue de téléphoner et là, surprise, j’entends la sonnette, j’ouvre une des poubelles et juste au dessus le Iphone volé est retrouvé. Joie, extase, j’explose. Incroyable mais vrai, puisque le policier qui recoit notre déclaration de vol le lendemain reste penaud et refuse d’y croire, c’est la premiere fois qu’on retrouve ainsi un Iphone volé. Oui, mais c’est grâce à Vasco de Gama! Quant au policier il ne cesse de reclamer  des Pasteis de Nata le gateau national. Qu’un policier réclame ainsi semble drole mais il est sympathique, plaisante et surtout l’ambiance est celle des bureaux de police des années 60 ou genre Louis de Funes bien differente des polices blindées de l’après 11 septembre 2001. Donc on lui a offert de bon coeur ses Pasteis de Nata qu’il a du avaler sous l’oeil des dizaines de touristes venus faire une déposition de vol.

reader-pasteis-de-nata-2Conclusion de tout ce meli-melo, le tourisme des villes est à eviter, on ne peut plus se dispenser de lignes internet où que l’on soit, on s’en fout deja de perdre sa carte de crédit mais on devient impotent et malheureux des qu’il s’agit de son télephone.
Enfin il faut toujours tenter l’impossible, c’est ainsi et sans ligne internet que j’ai pu retrouver le Iphone. C’est vrai j’ai eu la chance de tomber sur un chauffeur particulier et compétent. Merci cher chauffeur de taxi qui m’a montré la gentillesse des portuguais qui vivent semble t-il plus relaxe que dans les pays plus développés genre Etats Unis ou Israel.
Mon chauffeur m’a raccompagné à l’hotel, j’étais trop excité par cette journée et je n’ai pu lui demander son nom, un anomyme que je nommerais Vasco de Gama.


🚩lorsque Paradise devient l’Enfer

16 novembre 2018

Difficile d’imaginer une ville de 27000 habitants, Paradise ou le Paradis en Californie qui disparait totalement sous les flammes comme si une bombe atomique l’avait frappée.
Paradise n’est plus qu’un enfer avec ses dizaines de morts brulés et des centaines d’autres disparus ou en cendres sous leurs habitations.

1594132-pompier-cherche-victimes-parc-maisonsCroire que tout va bien aujourd’hui ne garantit nulle part au monde un demain semblable.
Si Paradise devient l’Enfer c’est que sur terre le meilleur et le pire peuvent s’interchanger l’espace d’un hasard.

1172961-california-wildfire