Madoff, cherchez la femme ou la Madoff Connection

11 décembre 2010

S’il est vrai que derrière chaque gangster se cache une femme, voici 2 ans après que l’affaire Madoff ait explosée, que le liquidateur américain Irving Picard vise la banquière autrichienne Sonja Kohn, qualifiée d’«âme soeur criminelle» de Bernard Madoff.
il espère récupérer la plus grosse somme dans une action menée contre la présidente fondatrice et principale actionnaire de la banque autrichienne Medici, Sonja Kohn. Le liquidateur lui réclame quelques 20 milliards de dollars de dommages et intérêts.

« En Sonja Kohn, Madoff a trouvé une âme soeur criminelle, dont l’avidité et l’inventivité malhonnête égalaient la sienne » a déclaré Irving qui l’accuse d’avoir été sa complice principale pendant 23 ans.

L’expression Cherchez la femme, pardieu ! cherchez la femme ! a été écrite par Alexandre Dumas en 1871 dans son roman Les Mohicans de Paris, et dans l’adaptation théâtrale il fait dire Il y a une femme dans toutes les affaires ; aussitôt qu’on me fait un rapport, je dis : « Cherchez la femme !

PS: J’apprends juste après avoir publié ce post que le fils de Madoff, Marc âgé d’une quarantaine d’année s’est suicidé. Tragique! Est ce que le père Madoff a considéré un jour dans sa course folle à l’enrichissement qu’il risquait de ruiner la vie de ses enfants.

Publicités

Chacun pour soi ou du G20 au 20 G1

5 avril 2010

Il y a un an, en avril 2009, les dirigeants du G20 tenaient, à Londres, leur deuxième réunion. Ils s’engageaient à rejeter le protectionnisme, à renforcer les organismes financiers mondiaux et à muscler la supervision, notamment en étendant « la réglementation et la surveillance à tous les instruments, les marchés et les institutions financières d’importance systémique ».

Un an après, où en est-on ?

Le protectionnisme a été évité de justesse. Le Fonds monétaire international (FMI) a  vu son autorité et ses moyens renouvelés.

Hormis la mise sous surveillance des paradis fiscaux et l’encadrement – relatif – des bonus des banquiers, rien n’a abouti.

Nul ne sait comment calculer les risques, ni vraiment dresser la liste des banques  « dangereuses », ni fixer les normes d’un système financier mondial concurrentiel mais équitable. En gros, la régulation bancaire internationale est inexistante.

Le constat est donc clair : un an après le sommet de Londres, nous sommes sur la même longueur d’onde qu’en septembre 2008,  la règle est au chacun pour soi et le même scénario catastrophe peut se reproduire à un Madoff près.
Du G20 nous voila donc au 20 G1.


Z’avez pas vu Bernie ?

12 octobre 2009


Ici c’est l’Action de grâce, la bas c’est le Halloween, mais la c’est bien moi Bernie, ça fait un an déjà qu’on ne s’est pas vu.


Votre mot de passe svp ou Madoff chez Gmail

11 octobre 2009

Des milliers de membres de Hotmail, Gmail, Yahoo ont vu leurs mots de passe publiés sur la toile. L’éditeur de solutions de sécurité pour sites web Acunetix s’est attardé sur la fameuse liste de mots de passe des comptes qu’il a réussi à récupérer. Et les résultats sont assez amusants:
Près de 60 % des gens ont des mots de passe bien trop simples:
les très populaires 123456, 1234567, 12345678.
Certains ont fait preuve d »originalité » en inversant les chiffres–>654321.
On retrouve le fameux 000000,
l’incroyable motdepasse comme mot de passe!
et beaucoup de prenoms: daniel, roberto, america, ect…
42 % des mots de passe étaient en minuscules et avec seulement des lettres (« gerardrouah » par exemple, mais n’essayez pas de me hacker sur ce blog !) et 19 % n’ont utilisé que des chiffres (123456).

Madoff chez Gmail


conclusions:
Evitez d’avoir le même mot de passe partout, on ne met pas tous ses oeufs dans le même panier.
Evitez les mdp bidon du style « azerty, qwerty,  123456 ″, etc.
Mixez chiffres et lettres car pour un mot de passe de 6 caractères alphabétiques il y a 26^6 mots de passe possibles, soit environ 300 millions de combinaisons, et si l’on ajoute des chiffres à son mot de passe on passe à 36^6 soit environ 2 milliards de combinaisons. Plus qu’au loto. Indispensable ! car n’oublions pas que les hackers utilisent des systèmes automatisés de mot de passe basés sur les annuaires de noms propres, albert, albertine, brigitte, caroline ect..

Il faut certes se protéger, le hacker n’arrivera pas a votre compte direct sur Gmail, mais rien ne l’empêchera d’aller se servir en hackant directement sur Gmail.
C’est la méthode Madoff, vous pensiez être protégé chez votre banquier du quartier, mais vous n’aviez pas considéré que votre banque avait affaire à Madoff !


L’escroc du siècle ou l’hamburger payé a l’avance

25 août 2009

Je viens de lire Bernard Madoff l’escroc du siècle de Peter Sander pour essayer de comprendre ce qui est arrivé dans cette incroyable histoire de 50 milliards de dollars évaporés. Mais le livre ne donne que des faits divers autour du sujet sans liens les uns aux autres.

Il me semble que Madoff a agi plus ou moins suivant les normes d’investissements jusqu’au jour (quand? , personne ne le sait) ou il a commencé à offrir des interets fixes à deux chiffres à ses grands clients, et bon an mal an il fallait les maintenir. Pour cela, il aurait fallu une bourse sans fluctuations qu’avec des gains ( chose impossible), et que l’afflux de nouveaux clients soit lui aussi en hausse pour permettre de reverser ces gains aux anciens( la aussi c’est impossible). On allait donc vers une explosion certaine, mais……

voler....les copains d abord

voler.....les copains d'abord


Madoff a réussi sa vicieuse stratégie parce que les autorités d’inspection en particulier la SEC (Securities & Exchanges Comission) ont échouées.
Pourquoi? parce que nous étions dans une logique de gains, de laisser faire le grand capitalisme, ensuite parce que les employés de cette institution ont eu peur ! Peur d’affronter les grands, les riches, en un mot les puissants. Cela rappelle la police qui préfère s’attaquer à un petit délinquant plutôt qu’aux maffieux de la drogue. La SEC est un employeur de choix au sein du gouvernement fédéral, des cerveaux y travaillent mais vu leurs trop bons salaires ils préfèrent théories et planques à pratiques et collusions frontales.

Aujourd’hui encore, impossible de savoir ce qui se mijote avec notre argent, c’était vrai avant Madoff, c’est vrai après Madoff. Vous investissez puis c’est la boite noire, l’argent qui s’investit à travers les marchés boursiers, se confond avec l’argent des autres et donne un resultat.

C’est un peu le même système fonctionne lorsque vous commandez au restaurant un hamburger, vous payez et vous attendez. Le cuisiner peut le réussir, le brûler, l’épicer, le polluer, vous faire croire que c’est de l’agneau alors que c’est de la vache enragée. Et hop voila votre hamburger, faites en ce que vous en voulez, il a été payé d’avance. Maximum on vous en refera un autre ou on vous remboursera mais ce qui est vrai pour le steak n’est pas valable pour l’investissement. Si c’est brûlé ou trop épicé, c’est vous qui en subirez les conséquences: c’est la loi du capitalisme.
Investir son argent c’est un peu le mettre dans une boite noire au grill. Encore aujourd’hui, pourquoi ? parce que jusqu’à présent et malgré Madoff rien n’a changé.


150 ans, Bernard Madoff et les moutons de Panurge

30 juin 2009

Malgre le procès, malgre la peine insensée de 150 années, des questions restent sans reponses:
Comment Madoff a-t-il réussi à convaincre autant d’investisseurs chevronnés de se séparer de leur fortune sans poser de questions ?
Comment a-t-il pu échapper aux organismes de réglementation pendant toutes ces années ?
Et surtout, quelle sorte d’être humain peut être capable de tromper, totalement, cyniquement, son entourage le plus proche en le regardant droit dans les yeux ?

Les psychiatres évoquent un psychopathe, pervers narcissique, que rien ne touche si ce n’est la gloire de son propre égo.
Elie Wiesel, l’une des principales victimes de Madoff et qui a connu la Shoah, ne veut pas s’en laisser compter : « Cet homme n’est pas un malade. C’est un voleur, un escroc de la pire espère. Un point, c’est tout. Une fois que l’on entre dans le mal,  ce n’est pas statique, c’est dynamique. On entre dedans, toujours plus loin. »

Madoff aurait il reussi car nous ne sommes tous que des moutons de Panurge? Nous suivons la masse, les medias. Ou est le vrai? Ou est le faux ? Nous n’arrivons pas trop à le savoir. Il est devenu difficile ou presque impossible de s’y retrouver en économie avec nos produits dérivés , en chimie avec nos produits consommés, et dans beaucoup d’autres domaines en somme.
Impossible de s’y retrouver ! nous voila donc et malgré nous, moutons de Panurge.

moutons de Panurge

moutons de Panurge


PS: les moutons de Panurge: cette expression est de Rabelais. L’auteur y décrit la vengeance de Panurge, qui voulait acheter un mouton au négociant Dindenault. Celui-ci refusa et se moqua longuement de son interlocuteur. Panurge finit par réussir à acquérir un mouton et pour se venger, le jeta dans la mer. Tous les autres moutons du vendeur en firent autant. Dindenault, tentant de retenir le dernier, fut emporté et se noya, tout comme ses bêtes. On emploie aujourd’hui cette expression pour désigner une personne qui de plie à un règlement sans réfléchir à son bien fondé.


La photo du jour: madame Madoff

26 juin 2009

«Ça vous fait plaisir de me mettre dans l’embarras et de ruiner ma vie?» a demandé Ruth Madoff sur un ton rageur à un photographe du New York Post qui a suivi la femme de l’ex-financier Bernard Madoff dans le métro de New York hier pour la prendre en photo sous une affiche publicitaire annonçant un téléphone portable à 99¢.

madame madoff

madame madoff

On pourrait lui retorquer: Et qu’est ce que cela vous fait Madame Madoff de savoir que votre conjoint a ruiné la vie de milliers de personnes. Leur avez vous demandé pardon ?