Un homme une femme 1966, un homme seul 2018

21 juillet 2018

Que dire lorsqu’on compare ce qu’était Jean Louis Trintignant et ce qu’il est devenu. Ce saut d’un homme une femme de 1966 à cet homme de 87 ans aujourd’hui.

2270124-trintignant-aimee-jpg_1968762

Vous vous battez contre un cancer…..

Comme tout le monde.
Le mien, 60 % des hommes l’ont. La prostate.
Mais enfin, ce n’est pas le plus grave. Et puis, je ne me bats pas. Je laisse faire.
Je ne fais pas de chimio, même si j’y étais prêt.
Mais ne parlons pas trop de ça.


Vous dites aussi qu’il n’est pas si dramatique de mourir. Faut-il vous croire?

On est fait pour ça. Pour vivre et pour mourir.
C’est vrai, vous ne trouvez pas?
Moi, j’ai une fin assez difficile. C’est-à-dire qu’il y a plein de choses que je ne comprenais pas et que l’on comprend en vieillissant

video-ca-m-a-completement-detruit-jean-louis-trintignant-parle-avec-douleur-de-la-mort-de-sa-fille-marie

Oh rage, oh désespoir, oh vieillesse ennemie ! …. rien de changé depuis Corneille, mais quelle lucidité chez Trintignant.

A LIRE OU A RELIRE SUR LE MEME THEME:

– La vraie émotion, c’est celle qui est proche des larmes


l’équation du jour

2 janvier 2015

Plus les cellules saines se renouvellent dans un tissu, plus le risque qu’elles mutent en cellules cancéreuses est grand.

 
C’est logique, c’est la loi des probabilités, cela équivaut à dire que plus je traverse à pied une autoroute plus j’ai des chances de me faire écraser. Idem pour la cellule, à chaque nouvelle division, il y a un risque de mutation génétique donnant naissance à une cellule fille cancéreuse.

Deux tiers des cancers sont le fruit de cette « malchance », c’est-à-dire de mutations aléatoires; un tiers des cas resteraient dus à des facteurs environnementaux. « Ceux-là sont évitables et les efforts de prévention doivent se poursuivre« .

En gros je peux donc affirmer en me basant sur l’article écrit par Bert Volgenstein et Cristian Tomasetti que je peux me prévenir à 1/3 mais que les autres 2/3 sont une question de chance ou de malchance. Un tiers c’est énorme pour que je cesse de fumer, d’ingurgiter des produits chimiques dans mon alimentation, et que je me mette immédiatement au jogging.

S’il fallait retenir un passage de l’article:
VARIATION IN CANCER RISK AMONG TISSUES CAN BE EXPLAINED BY THE NUMBER OF STEM CELL DIVISIONS

Some tissue types give rise to human cancers millions of times more often than other tissue types. Although this has been recognized for more than a century, it has never been explained. Here, we show that the lifetime risk of cancers of many different types is strongly correlated (0.81) with the total number of divisions of the normal self-renewing cells maintaining that tissue’s homeostasis. These results suggest that only a third of the variation in cancer risk among tissues is attributable to environmental factors or inherited predispositions. The majority is due to “bad luck,” that is, random mutations arising during DNA replication in normal, noncancerous stem cells. This is important not only for understanding the disease but also for designing strategies to limit the mortality it causes

.


La prostate, ce qui a changé

16 septembre 2010

Le cancer de la prostate m’inquiète pour des raisons heriditaires et familiales, mon père, mon cousin Elie, mon oncle Haim.  C’est le type de cancer le plus commun chez l’homme.  Le PSA est présent dans le sang de tous les hommes. Le dosage de son taux sanguin est utilisé pour le diagnostic du cancer de la prostate.

L’antigène prostatique spécifique (PSA pour Prostate Specific Antigen) est une protéine fabriquée exclusivement par la prostate; il sert à liquéfier le sperme afin de faciliter le déplacement des spermatozoïdes.

Le taux considéré normal de PSA est 4 ng/ml. Des taux entre 4 et 10 ng/ml étaient  considérés comme suspects (de cancer) . Au dessous de 4 vous pouviez souffler  tout allait très bien, pas de cancer.

C’est fini!!!

L’AFU précise sur son site qu’une « valeur normale de PSA n’est pas une certitude de l’absence de cancer (faux négatif) » et qu’à l’inverse, « un résultat de PSA élevé ne signifie pas qu’il y ait obligatoirement cancer (hypertrophie, infection). »

Plus d’évidence!  on en vient à laisser entendre qu’il vaut mieux laisser les gens vivre avec leur cancer qui d’ailleurs ne  se développe que très lentement  dans la plupart des cas et particulièrement chez les personnes très âgées.

Les seins et la prostate ! Et dire que depuis la puberté ce sont nos organes vitaux sexuels, et qu’ensuite ils se transforment en cancer no 1 chez la femme et l’homme. C’est le secret de la vie, tu reproduira et tu disparaîtra, comme si le but suprême sur Terre n’est pas la vie, mais donner la vie.



Du café contre le cancer ou du café contre la connerie

25 juin 2010

Encore une étude « scientifique » sur les effets de la consommation de…

D’après une nouvelle étude américaine la consommation fréquente de café (plus de 4 tasses par jour) diminue les risques de cancer de la tête et du cou et les risques de cancer de la prostate de 60%, ainsi qu’une baisse des risques de tumeurs au cerveau.
On peut y croire, en rire, l’accepter ou le nier mais lorsque des chercheurs suédois ajoutent que la façon dont le café est préparé joue un rôle important pour prévenir les cancers, alors on nous prends pour des cons!

Filtrer ou ne pas filtrer? Telle est la question, selon cette étude.
Leur conclusion est que «chez les femmes qui buvaient du café bouilli plus de quatre fois par jour, les risques de cancer du sein étaient moins élevés, comparé aux femmes qui buvaient du café moins d’une fois par jour».
Chez «les femmes qui buvaient du café filtré, il y avait un risque accru de cancers du sein précoces (avant 49 ans) et une baisse des risques de cancers du sein tardifs (après 55 ans).»

La j’y perds mon latin! qu’en est ils de ces malheureuses entre 49 et 55 ans!!! et la suite de la recherche est carrément grotesque: bouillir le café n’est peut-être pas la meilleure solution pour tout le monde: «Les buveurs de café bouilli, contrairement aux buveurs de café filtré, avaient des risques accrus de cancers du pancréas et du poumon, chez les hommes».

Je crois que tous ces chercheurs devraient combattre la connerie, et pour cela rien de mieux qu’un cafe bouilli puis fitré et refitré, et plus ils en boiraient moins ils nous assommeraient de leurs conneries.

——————————
Sources: Etude de Mia Hashibe: http://intl-cebp.aacrjournals.org

Etude complète intitulée «Consumption of filtered and boiled coffee and the risk of incident cancer: a prospective cohort study»: http://www.springerlink.com/


Aucun aliment ne suffit à donner le cancer, aucun ne le prévient à coup sûr

7 mai 2010

Encore un livre ( Le vrai régime anticancer de David Khayat ), encore un dossier spécial (N.Obs) sur le lien nutrition-cancer, encore des évidences d’hier qui s’avèrent fausses, encore des évidences d’aujourd’hui qui s’avéreront erronées. Qui croire? Que croire ?

Il y a 25 000 biocomposés dans l’alimentation. Isoler le pouvoir de chacun d’entre eux est déjà compliqué, mais cela devient impossible quand ils sont mélangés – comme toujours dans nos assiettes -, car «les combinaisons sont infinies ».

Il ne suffira pas de changer ses menus ou d’inscrire thé vert et curcuma sur sa liste de courses pour prévenir un cancer, et ce n’est pas parce qu’un homme boit des litres de jus de grenade qu’il empêchera la cellule cancéreuse qui est en chemin de s’arrêter.

De plus, nous ne sommes pas égaux, chaque individu a sa chimie personnelle, qui dépend de son patrimoine génétique.

Ce qui perturbe nos cellules jusqu’à les rendre malignes est aujourd’hui incontesté : certains pesticides, polluants, conservateurs ou additifs alimentaires. Ainsi le thé ou le saumon peuvent être protecteurs pour la santé mais peuvent basculer a cause des pesticides ou du mercure.

A l’évidence aujourd’hui,
– Aucun aliment ne suffit à donner le cancer, aucun ne le prévient à coup sûr.
– Nous ne sommes pas égaux génétiquement.
– Pesticides, polluants, conservateurs ou additifs alimentaires nous tuent.

En d’autres termes, nous sommes ce que nous naissons, nous devenons ce que nous mangeons, et un capitalisme immoral et excessif se paye de notre santé.


La mort devant soi ou le courage d’une mère

16 mars 2009

J’ai vu sur France2 le récit de cette mère magnifique de 37 ans atteinte d’un cancer du foie et qui se surmène, se dépasse pour résoudre l’ après sa mort et trouver une solution a ses 4 enfants âgés de 2 a 11 ans.
Elle vient de publier sa biographie. Les droits du livre iront à ses 4 enfants.

« Je vais bientôt mourir. Le médecin est formel : il me reste quelques mois, au mieux. Aussi-tôt je pense à mes quatre enfants. Il est hors de question qu’ils soient séparés. Je veux qu’ils conservent leurs copains d’école, les gens qui leur sont proches. C’est après mon départ qu’ils en auront le plus besoin. Organiser la vie après soi, c’est un droit essentiel que tous les parents devraient avoir. Maintenant, je peux profiter des moments qui nous restent. Partir Tranquille. »

le courage dune mère

le courage d'une mère


Un bonne dose d’humour, une volonté sans faille, pour affronter la vie:
« La mort personne n’en parle , je suis la seule a en parler »
Kol akavod, j e n’ai pas d’autres mots, nous ne pouvons que l’admirer pour tirer le meilleur de la vie. C’est pour des personnes pareilles qu’Aznavour a écrit:
Il faut savoir encore sourire quand le meilleur s’est retiré et qu’il ne reste que le pire dans une vie bête à pleurer.