Philip Roth, le Freud du roman

28 mai 2018

Philip Roth, le Freud du roman

Philip Roth au New York Times, à propos du mouvement #metoo mais plus particulièrement sur les désirs ardents du mâle.

«Je ne suis pas entré seulement dans la tête du mâle, mais dans la réalité de ces désirs ardents dont la pression obstinée, persistante, peut menacer la raison, des désirs parfois tellement intenses qu’ils peuvent être vécus comme une démence. Par conséquent, aucune des conduites extrêmes que j’ai pu lire dans les journaux dernièrement ne m’a étonné.»

 
 
montgomery-roth-03-23
 
 
Philip Roth, c’est le Freud du roman, il ne s’agit pas du Juif dans ses romans, il ne s’agit pas de l’américain dans ses romans, il s’agit du mâle universel.
Grâce à Philip Roth on peut tenter d’expliquer – je dis bien expliquer et non comprendre – le comportement d’Harvey Weinstein, de DSK, de Bill Cosby et autres prédateurs.

 

Publicités

La citation du jour: Achtung frontière

15 mai 2018

« Le Hamas a poussé les masses palestiniennes à franchir la frontière et les Israéliens ont défendu la frontière »

Louis Aliot, député

Israel a défendu sa frontière.
Si une meute de 40,000 personnes fonçaient sur la frontiére franço-suisse ou sur la frontière canado-américaine ou sur la frontiére russo-suédoise, que feraient à votre avis les soldats suisses, français, canadiens, américains, suédois ou russes ?

image

En ce qui me concerne je n’ai jamais envisagé de traverser une frontière sans obtenir au préalable l’accord du garde-frontière, vous aussi je suppose.
Une frontière par definition c’est fait pour être défendue, sinon on aurait pas besoin de frontière. Les frontières internationales sont un concept du droit international qui défend leur intangibilité; elles ne peuvent être modifiées que par un accord entre les États.

PS: Peut-être que la France devrait instaurer un jour sans frontière, disons le 14 mai et ce jour là chacun sur terre serait autorisé à passer librement la frontière française. Bonne idée …..

mais

PS2: « En France nous commençons à subir, dans nos rues et dans nos villes, les mêmes modes opératoires de terrorisme que les Israéliens subissent depuis déjà longtemps sur leur territoire »
a ajouté le député.


L’urgence du jour: #deletefacebook

25 mars 2018

C’est une occasion unique, à ne pas rater, aujourd’hui il faut quitter facebook definitivement, sinon nous serons responsable de l’installation definitivre d’un despote nommé Zuckerberg et qui a reussi en les espionnant à formatter les esprits des jeunes generations.

Aujourd’hui il est encore temps, demain il sera trop tard !
#deletefacebook


L’homme du jour: Tim Berners-Lee, inventeur du Web

17 mars 2018

L’inventeur du WWW nous met en garde contre l’emprise grandissante des grands groupes sur internet:
«Le Web que beaucoup ont connu les toutes premières années n’est plus celui que les nouveaux utilisateurs trouvent aujourd’hui»

«Ce qui était autrefois une riche sélection de blogs et de sites Internet a été enseveli sous le lourd poids de quelques plateformes dominantes.»

Les «menaces» qui pèsent sur le World Wide Web «sont réelles et nombreuses» notamment «la désinformation» ou «la perte de contrôle» sur les données personnelles.

Ces plates-formes dominantes sont capables de verrouiller leur position en créant des barrières pour les concurrents. Elles font l’acquisition de start-ups concurrentes, achètent de nouvelles innovations et embauchent les meilleurs talents» du secteur.

La concentration du pouvoir est entre les mains de quelques plateformes – dont Facebook, Google et Twitter – donc elles peuvent «contrôler quelles idées et opinions sont vues et partagées».

berners-lee

Tim Berners-Lee, inventeur du Web.


Google représente environ 87% des recherches en ligne dans le monde.
Facebook a plus de 2,2 milliards d’utilisateurs actifs par mois – plus de 20 fois plus que MySpace à son apogée. Ensemble, les deux sociétés (y compris leurs filiales Instagram et YouTube) concentrent plus de 60% des dépenses publicitaires numériques à travers le monde.

Oh rage oh desespoir oh web de ma jeunesse, les GAFA ont raflé la mise !
et le web n’a pas encore trente ans !


En theorie ou « ta deuxieme vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une »

12 février 2018

On a tellement parlé de ce livre de Raphaelle Giordano au titre si long et si bizarre que j’ai voulu le lire. Romancé à l’eau de rose, genre « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » et affirmant qu’il suffit de vouloir et perserverer pour changer son monde.

Mais l’auteur(e) bien sympatique se contredit, tout est possible en théorie mais beaucoup moins dans la dure réalité de la vie

De tout ce bouquin je ne retiendrais pas la methode du routinologue ( ….) mais quelques citations qui ont du vrai.

Bientot, le sourire sera en voie de disparation!  »

« Vous n’imaginez pas à quel pont votre pensée influence votre réalité »

« L’échelle du bonheur ou du malheur n’est pas la même pour tous »

« Vous n’imaginez pas à quel point c’est rare, quelqu’un qui sait vraiment écouter ! Je me dis souvent que celui qui sait écouter est le roi du monde.

Enfin l’auteur nous donne les raisons des divorces si frequents dans les jeunes couples contrairement à la generation baby-boom:
« Dans notre sociétè d’hyperconsommation, on prefere jeter plutot que reparer »

Oui bien vrai notre generation faisait tout pour reparer (psycho, conseilliers matrimoniaux, avis des parents ou des proches amis), la jeune generation prefere elle jeter le/la conjoint/e. Oh que diable mais ce sont les enfants qui paieront leur vie durant les pots cassés !

ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu-n-en-as-qu-une-raphaelle-giordano_5857593


Souvenez vous « dans les disputes, mieux vaut ne pas tout prendre pour argent comptant, mais apprendre à lire entre les lignes pour déceler les émotions authentiques…
Derrière un reproche, il se cache peut-être une peur, et derriére l’agressivité, de la tristesse ou une blessure encore vive…

« On récolte ce que l’on sème….Le vieil adage a du bon .
Semez du reproche et vous recolterez rancoeur et désenchantement. Semez de l’amour et de la reconnaissance, et vous récolterez tendresse et gratitude »

Enfin profitons du moment
« Aujourd’hui est un cadeau, c’est pour cela qu’on l’appelle « présent
« 

Voila avec ces citations théoriques en tête, vous n’aurez pas besoin de lire le livre ! Ah si la vie pouvait etre théorique on irait tous comme le dit l’auteur vivre en Théorie!

« En theorie c’est possible
En théorie, l’envie était là. Mais en pratique ? « Un jour, j’irai vivre en Théorie, parce qu’en Théorie tout se passe bien…« 

NOTE: 5 sur l’échelle RG

PS: il y a un autre livre au drole de nom de l’auteur « le jour où les lions mangeront de la salade verte », bref je ne le lirais pas, j’ai d’autres livres à fouetter !


Lectures hivernales III, Le garçon sauvage de Paolo Cognetti

22 janvier 2018

 

Cet hiver je me suis tourné vers la litterature étrangére, des auteurs hongrois, italien, chinois et américains et même islandais.

Voici donc l’auteur, un italien qui decide de quitter la ville, de s’eloigner des autres, pour passer un temps non determiné seul dans un petit chalet de montagne à plus de 2000m et écrire, observer la faune et partir à la decouverte de ce qui l’entoure.

« Je fus attiré par le destin de ceux qui, refusant le monde, avaient cherché à vivre dans la nature des experiences de solitude. »

 

thumb-large_cognetti_140x210_103

« Le jeune citadin que j’étais devenu me semblait tout l’opposé de ce garçon sauvage et l’envie d’aller à sa recherche s’imposa en moi. »

Le regard de l’auteur est donc le sujet du livre, un carnet de montagne avec observations, analyse, philosophie. Moi aussi j’ai fui la ville et trouvé refuge dans la nature … durant ces temps de lecture ….dommage que pas plus.

Note: 5 sur l’echelle RG

Citation:
« La faculté qu’a le temps de se comprimer ou de se dilater, une année pouvait filer en un clin d’oeil et une seule nuit ne jamais vouloir finir. »


Lectures hivernales II, Attachement féroce de Vivian Gornick

21 janvier 2018

Cet hiver je me suis tourné vers la litterature étrangére, des auteurs hongrois, italien, chinois et américains.

Une mére, une fille. Elles s’aiment profondément. Se haissent éperdument. Impossible de vivre ensemble, impossible de se separer pourtant. Voila, tout est dit c’est le coeur du probléme, tout le roman autobiographique se deroule autour de cette relation.


« Nous sommes toutes deux prisonnières d’un étroit tunnel intime,passionné et aliénant. »

La mére a 77 ans et la fille 45 , les Drucker, Zimmerman, Rosemann et autres personnes autour ne sont que le decor autour duquel la relation mére-fille, amour-haine gravite.

‘Des qu’elle m’aperçoit, elle me dit: « tu me hais. Je sais que tu me hais. »
Elle est tout autant capable d’arreter un inconnu dans la rue et lui lancer; « c’est ma fille, elle me hait » . Puis elle se retourne vers moi et me dit d’un ton suppliant: « qu’est ce que je t’ai fait pour que tu me haisses autant? « . Je ne réponds jamais. Je sais qu’elle brule et je suis contente de le voir bruler. Pourquoi? Parce que, moi aussi, je brule intérieurement
.

51tqt1bs0pl-_uy250_

La force de Vivian Gornick est que malgré sa prison interieure elle arrive à analyser objectivement ce tunnel infernal

Pour definir l’auteur je ne peux que reprendre sa citation ( sur Mrs Kerner)
« Elle est une narratrice fascinante, une veritable conteuse: avec elle, grace au miracle de la narration, chaque petit bout d’experience prenait forme et signification ».

Ses envies sont simples mais imperatives.Elle vit ses desirs comme une necessité. Et là, maintenant il lui faut une tasse de café.

Elle ne comprend pas. Elle ne comprend pas mon ironie. Elle ne comprend pas non plus qu’elle me detruit. Elle ignore que je prends son angoisse sur moi, que je suis dévastée par sa dépression. Comment peut-elle le savoir? Elle ne se rend même pas compte de ma présence.

Et ce combat ne depend pas de l’age des belligerants:
« J avais 17 ans, elle 50. Je n’étais pas encore une belligérante aguerrie, juste une adversaire respectable, tandis qu’elle était au summum de son art. Les lignes de front étaient bien tracées, et ni l’une ni l’autre ne se dérobaient au combat. On se jetait sustematiquement sur l’appât de l’autre. Nos crises n’étaient pas sans impact sur l’appartement: la peinture cloquait, le linoléum se craquellait, les vitres tremblaient. Nous n’étions jamais trés loin d’en venir aux mains et, à plusieurs reprises nous avons frisé la catastrophe.

Oui narratrice fascinante, veritable conteuse et analyse en profondeur font que ce roman autobiographique est un chef d’oeuvre publié en 1987 mais traduit en français qu’en 2017, 30 ans plus tard. Un must donc à decouvrir.

Note: 7 sur l’échelle RG

PS: Une citation humouristique mais vibrante pour un laique:

Le fait qu’il soit rabbin à Jerusalem prouve à quel point il s’est perdu, non à quel point il s’est trouvé
.

Enfin un fait plutot insolite
Le jeune frere de ma grand mére qui avait le meme age que l’aine de ma grand mére
Pas si insolite, mon oncle avait le meme age que son oncle, c-a-d que mon arriere grand mére et ma grand mére ont accouché ensemble un certain mois de 1925.