Ras le bol des gadgets électroniques auto

30 juin 2012

Fiables, oui, nos voitures tombent rarement en panne, elles tiennent bien la route, elles sont assez confortables et ont toutes plus ou moins une panoplie de gadgets ou accessoires électroniques. Gadgets électroniques la est le problème!

L’électronique installée dans nos autos pose problème: allumage sans clé, système de navigation, connectivité sans fil, etc, ainsi lorsque je dois adapter la clim et que je ne désire pas le systeme automatique proposé par le fabriquant, il me faut appuyer sur plusieurs boutons, certains contredisant d’autres, je dois me concentrer sur le systeme et me déconcentrer de la conduite.

En pleine autoroute, avertissement, un pneu est trop ou pas suffisement gonflé, il s’avérera que cela est du à la température. Je quitte Jérusalem ou il fait bon mais 50 km plus loin il y a une différence de 5-6 degrés en été et la ooops ça sonne subitement en pleine autoroute!
La première fois c’est la panique, la seconde c’est le souvenir de cette panique et la troisieme c’est surtout énervant, parce qu’on voulant annuler ce système électronique un autre se met en marche, cette fois des que je depasse les 50km/h, c’est la sonnerie d’alarme qui se met en marche.

Un ami m’a informé qu’à la sortie de Paris, juste à l’entrée d’un tunnel, alarme électronique car les senseurs de son véhicule ont repéré une petite différence entre le toit de l’auto et celui du tunnel. Tout le long du tunnel il a cru que c’était la collusion assurée!
Une autre qui avait égaré dans un centre commercial sa clé électronique n’a pu ouvrir la porte de son véhicule pour rentrer chez elle.
Combien d’autres ont éprouvé l’impérieux besoin d’installer un dispositif de détection d’empiètement de la ligne blanche sur la chaussée? Et qui d’entre vous aurait envie d’une caméra infrarouge pour rouler la nuit ou d’un assistant électronique pour garer votre véhicule ?

Tout ces gadgets sont d’une utilité contestable et cette complexité technologique, par ailleurs source de nouvelles pannes, fait encore grimper le prix d’achat du véhicule et surtout risque de déresponsabiliser l’automobiliste occupé ou préoccupé par les gadgets plutot que par la conduite et, de plus avec cette électronique, lorsque ça fait défaut, on tombe à la merci du concessionnaire qui s’en donne à coeur joie.

Et si je vous disais que cet article a été écrit dicté en conduisant et qu’il s’est auto-corrigé avant d’être publié, me croirez vous, non! Aujourd’hui c’est faisable au prix d’un accident de voiture, mais demain ce sera faisable au prix de quelques dollars/gadgets de plus et d’irresponsabilité que les Honda, Lexus, BMW, Mercedes et autres constructeurs nous obligent à consommer. Ral’bol des gadgets électroniques dans l’auto. Laissez nous choisir ce qu’on nous oblige d’acheter. Je regrette ma première voiture un audi 80: simple et pratique remplacée par sophistication et complexité.


Le vrai danger pour le football

28 juin 2012

Le vrai danger, pour le football, c’est que les gens modestes, le peuple, ne peuvent plus aller au stade, c’est devenu trop cher.

O


Lectures d’étè: Indignation de Philip Roth

27 juin 2012

C’est l’étè, un bon livre au bord de l’eau s’impose pour se rafraîchir les méninges.

Dans Indignation j’ai retrouvé tous les  motifs constitutifs de l’univers de Roth : l’histoire moderne des Etats-Unis, la société américaine d’avant la révolution sexuelle, les relations avec les parents, et l’Autorité, universitaire cette fois, en 1951 année symbolique pour moi.

En 1951 dans l’Amerique conservatrice, pour avoir son diplome de l’Université il fallait assister aux cours de catechismes une heure par semaine. Marcus le heros du livre ne se soumet pas. Il refuse d’y assister, les conséquences seront dèsastreuses.

« J’y étais opposé non parce que j’étais un Juif pratiquant, mais parce que j’étais un athée convaincu » 

Et il explique au doyen de la fac:
« Je n’ai pas besoin des sermons des moralistes professionnels pour me dicter ma conduite. Je n’ai certainement pas besoin de Dieu pour cela. Je suis parfaitement capable de mener une existence morale sans en attribuer le mérite à des croyances impossibles à prouver, défiant la raison, des croyances qui, pour moi, ne sont de plus que des contes de fées pour enfants auxquels adhèrent les adultes et qui ne sont pas plus fondées, en réalité, que le fait de croire au Père Noel. »

C’est court, logique et coherent. Je ne peux que saluer la véritable indignation de Philip Roth avant que tous les Stéphane Hessel, journalistes ou manifestants ne lui piquent son mot et son idée tout en la vidant de son véritable sens.


Italie à defaut de mieux

25 juin 2012

Pour être le meilleur, il suffit bien souvent d’être le moins mauvais, c’est l’impression que j’ai eu en regardant les deux équipes finir sur un petit zero-zero.

Italia de son vrai nom, c’est toujours le melange entre la petite Fiat et les grands noms  comme Ferrari et Maserati.
Italia est aussi la référence mondiale dans le domaine de l’élégance et du design.

Et c’est beaucoup de foot surtout Milan avec la Juventus, A.C, et l’Inter, des clubs de renommée historique.  La victoire au penalties sur l’Angleterre est une affaire de joueurs qui vivent et travaillent ensemble, leur jeu representant l’èlégance latine. Elegance mais pas forcemment productivité  puisque les italiens n’ont pas prouvé qu’ils étaient les meilleurs, mais plutot les moins mauvais.


L’Espagne ou l’art de la corrida.

23 juin 2012

Les joueurs de foot espagnols en maillots rouge ont réussi à faire foncer les taureaux francais aveuglement pour mieux les déboussoler et les abattre.

Que faire si la corrida est par excellence un sport, un art et un plaisir espagnol. La corrida est  aussi une activité cruelle et immorale  sans nous rappeller que la 1ere Shoah  de l’histoire est espagnole. Imaginez qu’en 2012, pardon en 1492 on vous oblige de vous convertir au christianisme ou bien d’abandonner vos biens et partir, fuir sinon c’est le bucher.  Tout cela au nom, je tiens à le preciser pas au nom de Jésus (*) mais de  la religion fondamentaliste et totalitaire du 15eme siecle.

Jusqu’ aujourd’hui la religion prime en Espagne, et  il n’y a pas encore longtemps  les joueurs se signaient avant d’entrer sur le terrain de foot, aujourd’hui les stars du Real de Madrid ou de Barcelone ne se signent que devant les millions de dollars que ces clubs leur offrent. Nouveau dieu, le dollar a remplacé Jesus et Viva Espana.
Mais victoire ne résoudra pas la dette de 100 milliards des banques espagnoles. Cet Euro décidément nous permet de fuir la réalité.

(*): rectificatif suite à une remarque justifiée reçue.
J’ai fait une erreur de présentation, c’est bien au nom de Jesus que l’Eglise a commis ces crimes contre les Juifs et l’humanité, mais Jesus ne lui a pas donné procuration.


Germany ou le Goliath de l’Europe.

22 juin 2012

Je ne sais pas pourquoi en francais, Germany est traduit par Allemagne.
Germany ou Goliath lui convient bien mieux, et en regardant son équipe de foot face au dernier en faillite économique, la Grèce, j’avais l’impression de voir fonctionner ma machine à laver Bosch ou rouler dans la derniere BMW.

Tout était programmé, huilé, chaque joueur connaissait parfaitement son rôle, sa place et ses limites. Il manquait un côté humain à cette équipe informatisée.
La seule, sentimentale et humaine était la chancelière Angela Merkel applaudissant chaque but, avec son veston qui rappellait l’Allemagne de l’Est de l’époque Soviètique, mais Angela était là pour nous rappeller qu’Euro du foot ou Euro économique, les pays de l’Union Européenne avancent, agissent et vivent à 2 vitesses différentes, celle de Goliath d’une part, et celle des autres David.


Bleus : Blanc est optimiste, mais l’Espagne voit Rouge

22 juin 2012