“Passions” déçues de Sarkozy

8 octobre 2019

Je reçois un coup de fil de la bibliothécaire de CSL,
“ BONJOUR / HI ”.
Je réponds “BONJOUR”.
De cette anodine et banale réponse la bibliothécaire en déduit qu’elle doit me parler en français, ainsi vit Montreal en cette veille d’élection fédérale, il ne faut surtout pas choquer quiconque.

– « J’ai pour vous « Passions » de Nicolas Sarkozy, vous pouvez passer le prendre, vous êtes le premier sur la liste, ça me semble un livre passionnant, bonne lecture ! »

Passionnant ! C’est trop dire !
Passions! peut être ! c’est un état affectif intense et irraisonné qui domine quelqu’un.
Sarko a deux passions la politique et Carla.
Première déception, je pensais trouver dans cette lecture l’histoire d’un quinquennat à l’Elysée, les idées d’un Président sur le Monde moderne surpeuplé et mondialisé mais le livre s’arrête avec son élection en 2007.
Seconde déception, c’est un règlement de compte politique au sein de la droite, avec Chirac, avec Villepin, avec Filion, avec …, avec…, et même un règlement avec Ségolène Royal non sur le duel entre les 2 candidats à la Présidentielle mais sur des affaires de famille.
Je pensais que les politiciens avaient une peau d’éléphant pour les protéger de ces combats perpétuels mais leur égo est au delà et leur rancune ne s’efface jamais.
Je croyais trouver de grandes idées de chef d’État, je n’ai trouvé que de la petite politique de partis.
La deuxième passion donc, c’est Carla “je peux maintenant dire que le coup de foudre existe! Il fut immédiatement, immédiat et sans appel.
Un coup de foudre bien sur ça existe chez les jeunes jeunes et les braves naïfs. Nous sommes en 2007, Sarko est quinquagénaire et politicien ! Bon si ça peut lui faire plaisir laissons le croire surtout qu’il me semble que ce livre est l’œuvre d’un nègre littéraire plutôt que de la plume de Sarko, je préfère encore lire Nicolas et Bonsoir les Enfants

Epilogue: Je prends mon téléphone
– BONJOUR / HI
– Library of CSL, HI !
– Can you please réserve me a film or a book on NICOLAS,
….. NO …. not SARKOZY, but NICOLAS AND PIMPRENELLE

Décidément on parle de moins en moins français à Montréal !


Sur la route de Madison,

9 septembre 2018

Une histoire c’est bien, une vraie histoire c’est mieux , une vraie histoire d’amour c’est encore mieux, une vraie histoire d’amour avec 2 personnages dans la force de l’age c’est sublime. Ce roman est simple mais c’est un rêve, nous suivons Robert et Francesca durant 4 jours – un éclair dans une vie- mais ce Love Story les marquera pour le restant de leur vie.

Sur la route de Madison de Robert James Waller (en réalité le titre est The bridges of Madison county, encore une fois les traducteurs déraillent) est un roman de 1991 que je découvre aujourd’hui et dont un film a été tiré avec non moins que Clint Eastwood et Meryl Streep comme vedettes, mais j’ai eu la chance de le lire et non de le voir, car je préfere les impressions que mon esprit conçoit aux impressions que l’on nous impose au cinéma. La lecture permet l’imagination au delà de tout autre média visuel.

Elle n’était pas timide, mais pas non plus audacieuse.
La seule chose qu’elle pouvait conclure c’est que Robert Kincaid l’avait attirée d’une manière ou d’une autre, un regard de quelques secondes avait suffi.

md8509745897

Note: 8/10  sur l’échelle RG


Couleurs de l’incendie de Pierre Lemaitre, un must à lire !

23 avril 2018

Voiçi un bon roman qui joint action, intrigue, personnages interessants, faits historiques qui sont aussi incroyablement les réalités que nous confrontons aujourd’hui (fraude fiscale, boursicotage par exemple), un bon style litteraire, des idées intéressantes, bref notre monde, la vie.

Mais c’est aussi et surtout la vengeance d’une mère pour venger son fils devenu handicapé suite à des sevices sexuels.
« Elle céda à la rancune. Comme toujours. »
Peut-on le lui reprocher, après qu’elle ait été trahie par ses proches et collaborateurs sensés la servir ?

A une époque où il est devient de plus en plus difficile de trouver des bons auteurs français, des veritables écrivains et non des inventions d’editeurs de best-sellers, Pierre Lemaitre est là pour nous signifier qu’il y a encore de l’avenir et des surprises dans la litterature française, heureusement car ces derniers mois, deçu je me suis retourné vers la litterature italienne, americaine ou hongroise.
Couleurs de l’incendie un must à lire !

Quelques citations interessantes:

Un enfant est comme un bloc de pierre dont l’enseignant est le sculpteur.

– Sur le lecteur et le journaliste:

2 qualités indispensables au métier de journaliste: être capable de discourir sur un sujet auquel on ne connait rien et décrire un evénement auquel on n’a pas assisté.

– Si un evénement est grave , les journaux ne parleraient que de ça!
– Ils ne sont pas payés pour en parler, voilá tout! Paye-les, ils en parleront. Paye-les à nouveau, ils se tairont. Ils ne sont pas là pour informer, les journaux, où te crois-tu ?

Une chose que les lecteurs adorent, c’est d’imaginer que les gens plus intelligents pensent les mêmes choses qu’eux, ça les flattent. Mais aussi pour être lu, il faut de la simplicité. C’est affaire de dosage.

– Sur l’état du monde hier comme aujoud’hui d’ailleurs:

Ils pensaient que l’on traversait une crise, par définition passagère, et ne comprenaient pas que c’était un nouvel état du monde qui s’était installé durablement.

– Sur les relations humaines:

Plus vous êtes respecteux avec les subordonnés, plus ils vous craignent, ils sont impresssionnés, ils se sentent presque menacés par cette politesse, c’est une loi de la psychologie.

C’est dans les moments difficiles que se jugent les âmes fortes.

On en veut toujours un peu à ceux qui nous ont fait du bien.

– Enfin sur ce qui fait marcher les hommes: l’argent et les femmes

La conversation suivait un parcours immuable. La politique d’abord puis l’économie, l’industrie, on finissait toujours par les femmes. Le facteur commun à tous ces sujets était évidemment l’argent.
La politique disait s’il serait possible d’en gagner, l’économie, combien on pourrait en gagner, l’industrie, de quelle manière on pourrait le faire, et les femmes, de quelle façon on pourrait le dépenser.

Et pour conclure,

Il la porta sur le lit où il la baisa longuement, calmement et en détail

Vous conviendrez que c’est bien dit, poetique et sensuel. Pierre Lemaitre, quel maitre!

Note: 7/10 sur l'échelle RG


En theorie ou « ta deuxieme vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une »

12 février 2018

On a tellement parlé de ce livre de Raphaelle Giordano au titre si long et si bizarre que j’ai voulu le lire. Romancé à l’eau de rose, genre « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » et affirmant qu’il suffit de vouloir et perserverer pour changer son monde.

Mais l’auteur(e) bien sympatique se contredit, tout est possible en théorie mais beaucoup moins dans la dure réalité de la vie

De tout ce bouquin je ne retiendrais pas la methode du routinologue ( ….) mais quelques citations qui ont du vrai.

Bientot, le sourire sera en voie de disparation!  »

« Vous n’imaginez pas à quel pont votre pensée influence votre réalité »

« L’échelle du bonheur ou du malheur n’est pas la même pour tous »

« Vous n’imaginez pas à quel point c’est rare, quelqu’un qui sait vraiment écouter ! Je me dis souvent que celui qui sait écouter est le roi du monde.

Enfin l’auteur nous donne les raisons des divorces si frequents dans les jeunes couples contrairement à la generation baby-boom:
« Dans notre sociétè d’hyperconsommation, on prefere jeter plutot que reparer »

Oui bien vrai notre generation faisait tout pour reparer (psycho, conseilliers matrimoniaux, avis des parents ou des proches amis), la jeune generation prefere elle jeter le/la conjoint/e. Oh que diable mais ce sont les enfants qui paieront leur vie durant les pots cassés !

ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu-n-en-as-qu-une-raphaelle-giordano_5857593


Souvenez vous « dans les disputes, mieux vaut ne pas tout prendre pour argent comptant, mais apprendre à lire entre les lignes pour déceler les émotions authentiques…
Derrière un reproche, il se cache peut-être une peur, et derriére l’agressivité, de la tristesse ou une blessure encore vive…

« On récolte ce que l’on sème….Le vieil adage a du bon .
Semez du reproche et vous recolterez rancoeur et désenchantement. Semez de l’amour et de la reconnaissance, et vous récolterez tendresse et gratitude »

Enfin profitons du moment
« Aujourd’hui est un cadeau, c’est pour cela qu’on l’appelle « présent
« 

Voila avec ces citations théoriques en tête, vous n’aurez pas besoin de lire le livre ! Ah si la vie pouvait etre théorique on irait tous comme le dit l’auteur vivre en Théorie!

« En theorie c’est possible
En théorie, l’envie était là. Mais en pratique ? « Un jour, j’irai vivre en Théorie, parce qu’en Théorie tout se passe bien…« 

NOTE: 5 sur l’échelle RG

PS: il y a un autre livre au drole de nom de l’auteur « le jour où les lions mangeront de la salade verte », bref je ne le lirais pas, j’ai d’autres livres à fouetter !


Lecture d’étè avec « Arrête avec tes mensonges » de Philippe Besson

31 juillet 2017

Il y a dans ce roman , la dimension de l’homosexualité qui m’a choqué, un peu, disons plutot très dur à lire cette bestialité pour le puritain 68 que je suis, puis vient l’histoire bien concue du roman en 3 phases bien distinctes, 1984 l’auteur a 17 ans, 2007 retour en arriére et enfin 2016 l’epilogue.

Nous sommes dans l’autofiction (entre la fiction et l’autobiographie), est ce veridique ou simplement ce que la memoire veut bien eclairer ?

« Mais l’histoire est problablement recomposée, elle n’a peut-être jamais existé « .

arrete-avec-tes-mensonges-par-philippe-besson_5794197

Besson joue certainement un peu pour enrichir son roman, sa version mais c’est cela le roman, une composition de veridique et de fiction, et n’allons pas chercher la verité.
J’ai compris cela en lisant « d’après une histoire vraie » de Delphine de Vigan.

Au final, si j’avais su au depart qu’il s’agissait de l’histoire homosexuelle de l’auteur je n’aurais pas ouvert ce bouquin.
J’accepte et conçois qu’il y ait des homosexuels sur terre, que faire si la Nature n’est pas parfaite, mais de là à s’exposer en public sans nous avertir est choquant. Comme on avertit au ciné ou à la tèlé qu’il y a des scénes violentes qui peuvent choquer les mineurs ce livre aurait du avoir la bienséance de preciser sur la couverture du livre « attention scenes d’homosexualité, âmes fragiles s’abstenir » .
« Arrete avec tes mensonges » commence par un mensonge et celà fort certainement pour mieux se vendre à tous les public.


Eux de Joyce Carol Oates ou Apocalypse Now

6 avril 2017

Partir, c’est mourir un peu disait le poète, surtout lorsqu’il faut se separer de ce qui m’est inséparable: mes livres.
En emballant, je suis tombé par hasard sur un livre, ni à prendre à tout prix, ni à donner, mais tout simplement oublié dans ma bibliothéque. Eux de Joyce Carol Oates, 534 pages en petites lettres presqu’illisibles. Le nom Joyce me disait quelque chose, mais rien de plus. Un defi que de lire cet equivalent de 1000 pages dans la pagaille de mon avant-départ.

eux

Eux c’est l’histoire chaotique d’une famille blanche et pauvre, que l’on suit de la Grande Dépression des années 1930 aux émeutes raciales de 1967. Des drames, de la violence, dans un milieu defavorisé noir de Detroit. C’est un defi constant pour les membres de la famille pour sortir de cette pauvreté, et à chaque fois se retrouver au bord du gouffre.
Dur à lire, si ce n’etait le style et la puissance de l’ écriture de Joyce Carol Oates j’aurais laché prise mais nous passons de surprise en surprise tout le long du roman style Balzac par ses menu details des choses de la vie.
C’est la fin du roman qui m’a particuliérement choqué, Maureen qui a reussi à epouser son proff de fac ne veut plus voir son frère Jules le héros du roman, qui lui malgré ses efforts ne reussit pas à sortir de son milieu pauvre. Les classes sociales sont plus fortes que les liens familiaux!

Eux est donc un roman sur la lutte des classes, sur fond du grand rêve américain aujourd’hui ce rêve n’existe plus mais l’Amerique sous Trump est en guerre civile contre les favorisés du systéme Obama-Clinton.

Donc, 1937, 1967, ou 2017, la lutte des classes se poursuit, chaque fois sous un autre visage, sous un autre angle. Il y a toujours eu et il y aura toujours ceux qui profittent du systeme et ceux qui n’arrivent pas à s’en sortir. Seulement en 2017 c’en est fini du grand rêve amèricain. Je crois même que ce rêve n’existe plus sur terre. « Eux » en 2017, c’est plus de la moitiè de la planète en pleine Apocalypse.

PS: en fait d’apocalypse, j’ai fait l’innimaginable, à la fin de la lecture j’ai jeté le livre à la poubelle. Pas question d’apocalypse, laisser moi rever, esperer que le monde est encore en accord.


« L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante tome 2, « le nouveau nom »

16 décembre 2016

Aprés la saga du premier roman, je me suis mis à lire la suite. Encore et toujours perdu par tous ces personnages du roman en O, Enzo, Stefano, Antonio, Alfonso, ect.. mais c’est le triangle Elena la narratrice avec son amie d’enfance Lina et son amour secret d’enfance Rino qui sont au centre du roman.

Par frigidité affective, Elena cache son amour et laisse se developper un roman entre Lina , qui à 16 ans est dejà marié et Rino. Relations à l’italienne, mode Napolitaine au début des années 60.
Qq citations interessantes que j’ai relevé:

– sur Lina, l’amie qu’on admire, qu’on craint ou qu’on hait

Des mots : avec des mots on fait et on défait comme on veut.

Mais par nature c’est une rebelle, et soit on fait comme elle veut, soit elle te torture.

Son insatisfaction et son besoin de domination n’avaient jamais cessé de causer des problèmes.

Elle avait éprouvé la nécessité de m’humilier afin de supporter sa propre humiliation.

Son plus grand défaut, c’est qu’elle ne supporte pas qu’on puisse avoir des idées différentes des siennes.

T’es comme cette goutte d’eau qui tombe : ploc, ploc, ploc. Et tantqu’on fait pas ce que tu veux, t’arrêtes pas.

– sur Rino l’intello,

Tous des pillards! ils saccagent tout, ils nous saignent et se fourrent un tas de fric dans les poches, sans jamais payer d’impotts: promoteurs, avocats de promoteurs, camorristes, monarco-fascites, démocrates-chretiens, ils se comportent tous comme si on fabriquait le béton dans le ciel et si Dieu en personne, avec une énorme truelle, le lançait en gros tas sue les collines et le long des côtes.

Plus on produit de richesses, plus la misère grandit !

 

51tutbzvm6l-_sx339_bo1204203200_

Finalement il y a celle qui ose et se permet tout sans songer aux conséquences et celle qui avance prudemment, n’ose pas s’exprimer et ne prends aucun risque donc râte beaucoup d’opportunités.  Ainsi va la vie même de nos jours.

Un bon roman pour fuir les atrocités d’Alep en 2016 et se refugier à Naples de 1966. On comprend donc une partie du succés de ses romans. Comme le dit si bien Elena:

Les gens se racontent des histoires pour se défendre de la réalité.

Il ne reste plus qu’a attendre la traduction du vol 3 et vol 4
* Storia di chi fugge e di chi resta, L’amica geniale, vol. 3
* Storia della bambina perduta, L’amica geniale, vol. 4
ou les lire en version originale.

Note: 7/10 sur l’échelle RG