Sundays ou «Ce que tu peux imaginer dépend de que tu sais»

30 mars 2015

Ou suis je? Qui suis-je ? La réalité n’est pas ce qu’elle prétend être ! Surtout si le monde est au bord de l’apocalypse,
de plus dans notre monde de plus en plus virtuel, tout est donc remis en question, la vie, l’amour, la femme,….
Des images fortes à voir et à revoir pour encore plus douter du reel. Que sais-je donc ?

Si nos repères s’effondrent et ils peuvent s’effondrer un jour dans l’infini mouvement des astres ! Sundays est stupéfiant !


La phrase du jour: « Ouvre cette foutue porte ! »

30 mars 2015

« Ouvre cette foutue porte ! »
Et malheureusement la porte ne s’ouvrit pas, le capitaine n’étant pas Ali Baba mais il avait affaire non pas à 40 voleurs mais à un psychopathe à 40 dimensions de délire.

Mais pourquoi dans l’avenir la porte ne reconnaîtrait pas la voix du capitaine et que celle  du capitaine disant une phrase genre « Sesame ouvre toi » et la porte s’ouvrirait automatiquement. 
Cela est possible technologiquement ! 


Plus que jamais, la guerre sunnite-chiite.

27 mars 2015

Les attaques de l’aviation saoudienne au Yemen contre les insurgés d’obédience iranienne, la participation du monde arabe du Maroc à L’Égypte, l’appui même de la Turquie et du Pakistan, tous les sunnites se sont regroupés pour combattre l’expansionnisme chiite iranien avec ses alliés elle aussi en Irak, en Syrie ou avec le Hezbollah au Liban.  Plus que jamais, c’est la guerre  entre sunnites et chiites. Le monde musulman se retrouve comme en l’an 632. 

Le chiisme et le sunnisme sont les deux branches majoritaires de l’Islam. Elles sont apparues à la suite du schisme en 632, période au cours de laquelle les partisans de Mahomet se sont déchirés sa succession. Et aujourd’hui encore au nom du prophete, au nom de la religion, au nom d’un  dieu on se combat non plus avec des chameaux  mais avec des F16 sophistiqués et la bombe atomique pakistanaise d’un côté et la bombe des ayatollah de l’autre. Attention danger, au nom du prophète une bombe peut nous tomber sur la tête. Obama lui ne s’en apercevra qu’apres l’action! 


Elections Israel 2015: Non, non, rien n’a changé, tout, tout a continué

20 mars 2015

Certes Bibi est le grand vainqueur des élections 2015 et c’est lui qui formera le prochain gouvernement avec un absurde 25% de voix ou mandats. Il ne s’agit pas d’une victoire écrasante à 60-70% ni même un 51%, mais la formation la plus forte d’un système de 11 groupes parlementaires, une absurdité du système électoral israélien.

Mais au delà il s’avère que rien n’a changé en 2015 par rapport à 2013, chacun a continué et a voté à l’identique,
les camps droite, religieux, centre-gauche et arabes conservent leur force et leur électorat. En voici la preuve:


A droite, Likud-Liberman et Benet ont reçu 43 mandats(31+12) en 2013 contre 44 en 2015 (30+6+8) soit 1 mandat de plus.

Au centre-gauche, travaillistes + Tsipy Livni + Meretz + Kadima avaient 30 mandats (15+7+6+2) en 2013 contre 29 (24+5) aujourd’hui soit 1 mandat de moins.

Les partis arabes avaient en dispersé 11 mandats(4+4+3) et vu leur union se voient accrédités de 13 soit 2 de plus (du au fait que leur union crée un surplus de voix par mandat qu’ils perdaient dans le passé) l’union fait la force dans le système électoral israélien.

Mais la désunion fait la faiblesse car les religieux sont passés de 18 mandats à 13, soit cinq mandats de perdu du parti d’Eli Ishai qui n’a pas passé le minimum requis mais avait pratiquement presque 4 mandats.

Enfin les sociaux, Lapid avait 19 mandats en 2013, aujourd’hui il n’en a plus que 12 car Kahlon tout nouveau sur la scène en obtient 10. Donc ces partis que je dénommerai jeunes socialistes passent de 19 à 22 soit 3 mandats de plus.

Au total des changements mineurs car si Eli Ishai n’avait pas quitté Sash, les religieux auraient eu 17 mandats, et dans ce cas la droite aurait perdu 1 mandat, le parti arabe aussi ainsi que les jeunes-socialistes (vu que le nombre de voix requis par mandat aurait été plus élevé)

Nous aurions donc eu la droite avec un nombre identique de mandats, la gauche et les religieux en baisse d’1 mandat chacun, le parti arabe et les jeunes-socialistes avec chacun un mandat en plus.

1 de plus, 1 de moins, on le remarquera rien n’a changé, les électeurs sont restés sur leur position et télés sondages scandales et manipulations ne les ont guère influencés.

2015, des élections superflues rien n’a changé, tout, tout a continué….mais peut être que le cri du social a été entendu.


élections 2015

18 mars 2015

Pour savoir ou et qui ont voté quoi

http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/static.madlan.co.il/widgets/ynetElectionWidget/2015/mainMobile.html

D’une maniere generale, le rouge c’est la gauche, le bleu le likud, le vert le parti arabe et le jaune les partis religieux.

Tel Aviv et Haifa c’est la gauche, Jérusalem et les villes le Likud, et la Galilée le parti arabe.


Bye Bye Bibi

15 mars 2015

D’après les derniers sondages, après 6 années insupportables, vu la cherté de la vie et du prix astronomique des maisons puisqu’un bidonville en terre sainte est plus cher qu’un condo des quartiers chics de Montreal ou sur les cotes de la Floride, donc d’apres ces sondages Bibi est à la traine même si il a encore et malgré tout des chances de pouvoir former une coalition d’extreme droite.

Mais mes sondages personnels plus issus de voeux que de statistiques me laissent percevoir une surprise pour ces élections 2015 et la possibilité de pouvoir crier bye bye bibi. Elle se nomme Kakhlon ! 
Il ne fait aucun doute qu’une partie de l’électorat classique du Likud est deçu par les manieres, methodes capitalistes, caprices, faiblesses et mensonges de bibi.
Les sondages officiels accordent 22 mandats à Bibi contre 26 au parti d’ Herzog (ex parti travailliste).

Generalement l’electorat de Bibi ne peut voter pour le parti travailliste mais il  me semble qu’une partie des mandats du Likud ira vers le parti de Kakhlon, car il est d’origine sepharade et socialiste de droite, cela le menera donc  à 12-13 mandats ou plus et en consequent seulement 19 ou moins pour Bibi.
20 est le chiffre fatidique, avec 20 mandats Bibi cherchera une coalition même avec Herzog (ex parti travailliste), mais avec moins de 20 mandats Bibi sera contraint de se retirer de la direction du Likud. Direction sa belle villa de Ceasaree avec pour nouveau maitre Sarah.

A nous la liberté, l’espoir et l’avenir. Bye bye Bibi, permettez moi donc de rever jusqu’a mardi car dès mercredi fini les rêves. La réalité même avec Herzog au pouvoir ne sera pas clemente mais elle nous offrira de nouvelles opportunités. 
Bye bye bibi! 


Le fils de Philipp Meyer ou la raison du plus fort

13 mars 2015

Pour la premiere fois j’ai lu un long roman de plus de 1200 pages en édition e-book, cela change de la sensation du livre. Il faudra s’y faire mais pas de bon coeur…. Ipad oblige.

Le roman « Le fils » de Philipp Meyer est l’histoire d’une dynastie les McCullough qui ressemble étrangement à la série Dallas, elle se situe au Texas depuis les années 1850 avec le patriarche Elie lorsque les indiens qui étaient la bien avant pouvaient vous scalper ou vous kidnapper, avec son fils Peter encore au Texas de 1917 où l’on pourchassait les mexicains qui étaient eux aussi la avant et devenaient en 1950 les serviteurs de la petite fille J.A texane moderne enrichie par la découverte des puits de pétrole.

Mayer nous présente cette dynastie via trois volets, le patriarche Elie au comportement indien, son fils Peter son contraire avec son amour et respect pour les mexicains que son père aura pourchassé tué ou expulsé, et la petite fille J.A richissisme texane. Les trois auront affaire aux conséquences du dépouillement du voisin mexicain.
D’ailleurs le titre Le fils fait allusion au petit fils mexicain qui revient sur les lieux d’où son arrière grand père a été tué et sa famille dépourvue de ses terres du Texas par les McCullough.

et pendant que le Christ allait au Calvaire, les Indiens Mogollons se tapaient dessus avec des haches de pierre. À l’arrivée des Espagnols, il y avait les Sumas, les Jumanos, les Mansos, les Indiens de La Junta, les Conchos, les Chisos et les Tobosos, les Ocanas et les Cacaxtles, les Coahuiltecans, les Comecrudos… mais savoir s’ils avaient éliminé les Mogollons ou s’ils en descendaient, mystère. Tous furent éliminés par les Apaches, éliminés à leur tour – au Texas du moins – par les Comanches. Eux-mêmes éliminés par les Américains.

Un être humain, une vie – ça méritait à peine qu’on s’y arrête. Les Wisigoths avaient détruit les Romains avant d’être détruits par les musulmans, eux-mêmes détruits par les Espagnols et les Portugais. Pas besoin d’Hitler pour comprendre qu’on n’était pas dans une jolie petite histoire. Et pourtant, elle était là. À respirer, à penser tout cela. Le sang qui coulait à travers les siècles pouvait bien remplir toutes les rivières et tous les océans, en dépit de l’immense boucherie, la vie demeurait

Philip Mayer nous présente là un roman historique touchant et revoltant, par les monstruosité humaines mais aussi par la tendresse des sentiments, tout cela changeant suivant les membres de la dynastie. Une histoire de l`Amérique à travers le Texas, mais pas sur n’importe quelle Amérique, sur celle des vainqueurs, les perdants étant destinés aux oubliettes de l’Histoire. La raison du plus fort sur Terre!

Les Américains… Il laissa son esprit vagabonder. Ils croyaient que personne n’avait le droit de leur prendre ce qu’eux-mêmes avaient volé. Mais c’était pareil pour tout le monde : chacun s’estimait le propriétaire légitime de ce qu’il avait pris à d’autres.

Note: 7/10 sur l’échelle RG