Donald ou Dollar, impressions américaines 2016, suite et fin.

28 janvier 2016

Invraisemblable, on ne trouve plus de VW volswagen sur les routes, évaporées tout simplement, je suppose que les propriétaires vu le scandale de VW les ont ramenées et èchangées contre des JEEP, KIA, et autres bagnoles.

A la télé les pubs sont principalement centrées sur les medicaments, on ne vit que par du chimique. Sur fond de belle demeure, feu de cheminée, le chien qui court au jardin et la radieuse compagne tout sourire, on vous propose des medicaments pour vivre heureux!
La clé du bonheur !!
Puisqu’on parle télé c’est toujours les mêmes émissions à répetition depuis des années, avec beaucoup de « gimmick » et de dollars, le but est de vous impressionner et de vous vendre un produit avec un grand sourire en fond d’écran. Une émission de désign m’a particuliérement plu « Fixer Upper » avec Joanna et Chips.  On y retrouve l’image de l’américain (Chips) des films des années 50 le grand blond et sa femme (Joanna) syle indienne, il ne lui manque qu’une plume sur les cheveux.

 

51qfiie8rxl-_sx940_

Le climat un peu dingue actuellement  donne fraicheur et tornades en Floride, un métre de neige à N.Y et un bon petit zéro degré à Montreal. Conclusion: dorénavant en janvier vous ne pourrez ni bronzer en Floride, ni aller skier au Mont Tremblant.

Les prix sont élevés sur les produits et services ainsi que pour les fruits et légumes, un macDo à 1$ mais un piment vert coute 2$. Il faut avoir les moyens pour un régime à base de fruits et légumes. On comprend donc qu’il y ait trop d’obéses chez l’oncle SAM, de plus on ajoute du « cheese » sur tout ce qui se mange. Conclusion: obésité, maladie, médicaments, dollars: la quadrature du cercle.

L’ Amérique de l’oncle Sam se porte bien, mais au pays no 1 des inégalités on n’expose pas ses pauvres, ses chomeurs et tous ceux qui vivent grace aux bons d’Etat, et ils sont nombreux.

Tout les produits  sont « made in USA », ce qui explique la chute de la Chine qui petit à petit a perdu son meilleur client.
L’Amerique a vécu grace aux obligations émises puis achetées par l’Arabie Saoudite depuis 1973 et par la Chine depuis les années 80. Le prix du petrole baisse et l’Arabie a besoin de dollars, de même la Chine. Ils se tournent vers leur banquier US, mais celui ci n’a pas les moyens de rembourser. Ca risque de faire pêter les plombs de toute la planête, pauvres de nous qui n’avons pas vu l’hurricane. L’Amerique elle, pourra s’auto suffire et se refermer sur elle-même.
Un mot sur l’eau contaminé au plomb dans le petit village de Flint au Missouri.
Si au USA, malgrè les plaintes on a laissé ce village moisir er continuer à être contaminé en reniant la gravité de la situation, alors il n’y a plus d’espoir sur notre terre surpolluée et contaminée. Les autorités pollueront et nieront. Nouvelle politique mondiale, quelle tragédie que le capitalisme sauvage et assassin du XXIeme siécle.
Un produit de base indispensable à la vie est contaminé, et vous n’avez d’autre choix que de le consommer. Flint ce n’est pas seulement un désastre américain, c’est un désastre mondial.

 

6bfce525deeed8a846418d5e5ff62753

Enfin, il y a eu le powerball avec un lot de 1.5 milliards de dollars. 3 gagnants, chacun empochera 500 millions de dollar, le premier est passé en grande trombe à la tèlé, la seconde a parlé aux journaux, le troisiéme ne s’est pas encore présenté, peut être est-il traumatisé car un recent gagnant d’un demi-million de dollars a èté abattu chez lui par des hommes masqués. Ca fait peur de gagner à la loterie américaine, j’ai cessé de jouer non par peur mais par calcul de probabilités: beacoup peu de chances de gagner, beaucoup de se faire deboulonner.

Je quitte l’Amerique qui n’a actuellement qu’une obsession: elle se nomme Trump.

Donald ou Dollar c’est exactement l’Amerique.


Blizzard 2016

23 janvier 2016

Ce blizzard qui frappe la côte-est des Etats Unis est la preuve que les records sont toujours battus par des nouveaux records.

88 millions d’américains sont concernés et sont sur la chemin de ce qu’ils denomment le monstre.

Et moi dans mon coin si je dis rien c’est qu’ici en Floride -fait rare en cette période-  il fait bien mauvais, tempêtes de pluies, vents violents, éclairs, tonnerres et tornades me paralysent et en même temps me prouvent qu’il a toujours pire ailleurs.
Tout dépend de la direction sur laquelle on porte son regard ….. et de la direction du vent.

PS: le blizzard est un vent du nord, glacial, violent et accompagné de tempêtes de neige, qui souffle sur le Canada et le nord des États-Unis en hiver et au printemps.

Et dire que je viens de lire Un oiseau blanc dans le blizzard de Laura Kaschicke ! J’étais donc prêt à affronter …. le mot blizzard!!

 

 

 

 


Un oiseau blanc dans le blizzard de Laura Kasischke

22 janvier 2016

Je suis toujours lecteur prenant quand il s’agit des romans de Laura K, j’ai donc lu en e-book ‘Un oiseau blanc dans le blizzard’, drole de titre mais il s’agit de son deuxième roman écrit au siécle dernier (1998) et il ressemble en bien des points au futur et chef d’oeuvre « Esprit d’hiver ».

Ce qui est marquant içi c’est la relation mère-fille analysée par la fille adolescente puisque la mére a disparue.

« Personne ne la voit s’en aller, mais elle est bel et bien partie. »
« Tu as l’air de ce que j’étais quand j’étais toi. »

La jalousie et l’amour d’une mère se juxtaposent.

« Ma mère était toujours au centre de sa propre agitation, comme si, au loin, une partie d’elle même était poursuivi sur un chemin de terre, par un essaim d’abeilles. »

« Elle était tellement méchante. Un cas très classique de ressentiment et d’ambivalence, qui vient cogner et frotter contre l’instinc maternel. L’amour et la haine, en elle, étaient aussi vastes que l’espace – rien que des météorites, pas d’atmosphère. »

« Et pourtant, chaque après-midi, ma mère. – prévisible, fiable- venait m’attendre. Et le matin, quant elle me lachait devant l’école, elle me serrait dans ses bras, elle m’embrassait les cheveux 2 ou 3 fois, puis la joue et le haut de mon crâne.
« A tout à l’heure, aprés l’école » disait-elle, en me regardant avec douceur, comme une chanson triste que l’on a entendue tant de fois à la radio que l’on n’en perçoit plus la tristesse. »

« Je lui ai parlé (nb: à la psychologue) de la nuit où ma mère est entrée dans ma chambre et a tiré violemment les draps et la couverture dans lesquels je dormais, pour me demander si je baisais avec Phil, elle m’avait ensuite traitée de putain en ajoutant que j’étais trop grosse et trop moche pour plaire à un garçon comme ça. »

Mais quelle mère peut faire une chose pareille ? répond la psychanaliste.

Il n’empêche que c’était mon premier rendez vous et que j’étais sa fille unique, son double plus jeune, tout ce qu’elle avait, tout ce qu’elle avait jamais eu, et qu’elle aurait jamais, j’étais toute sa vie qui se poursuivait sans elle ….
Deja, elle commencait à s’évanouir et à disparaitre.

Je portais peut-être sa jeunesse comme une echarpe aérienne, comme un accessoire, tout en éclats nerveux et en perles collantes, et c’est peut etre pour cela qu’elle passait autant de temps à me regarder avec cette expression mélancolique dans les yeux.
Je portais qq chose qui lui appartenait, qq chose qu’elle voulait récupérer. C’était écrit partout sur son visage.

Relation mére-fille, sujet connu et souvent classique mais içi et avec Laura Kasischke il est poussé à l’extreme puisque la mére lui piquera son petit copain.
Comme elle le dit si bien « En une tentative d’exprimer comment on vit tous, à la merci du hasard, des accidents de nos propres pulsions et de l’aléatoire de nos désirs individuels. »

Un fascinant roman et un talent incroyable et je n’évoquerai pas içi le denouement du roman, ça c’est une autre histoire, du Hitchcock !

Note 8/10 sur l’echelle RG 

 

A LIRE OU A RELIRE SUR LE MEME THEME:

– Esprit Laura Kasischke

Lectures d’étè, lectures de guerre ou lectures de fuite

 

 


INEGALITES

18 janvier 2016

Les 1% les plus riches au monde possèdent plus que les 99% autres.

«62 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale»

PS: qui a dit que l’egalité entre hommes était preferable? Massacrer ces 62 mega-riches ne rendra pas plus riche cette moitié pauvre de la population.

 

 


L’humiliation

13 janvier 2016

Oblabla aura beau parler dans son discours sur l’Etat de l’Union que l’Amerique est la plus forte puissance économique et militaire, ce qui compte ce sont toujours les petits details et eux ne trompent pas. A voir ces marines humiliés, les mains derriére la tête, cela prouve qu’Oblabla aura beau jaser, l’Amerique n’est plus ce qu’elle était avant la venue au pouvoir d’Obama en 2008. Quelle tragédie!


Saturday night fever

9 janvier 2016

La fiévre du samedi soir est rivée sur le gros lot de la loterie américaine Powerball qui a encore grimpé ce samedi à 900 millions de dollars.
Somme inimaginable et il y a des queues devant les bureaux de loterie.
Au fait celui qui gagnera devra se contenter que de 558 millions de dollars car Oncle Sam prélève au niveau fédéral et de l’État concerné prés de 40%.
Encore heureux, mais le gagnant a 20% chance d’avoir une crise cardiaque en apprenant la nouvelle de son gain, 30% qu’un proche lui pique son billet gagnant, 50% qu’un de ses heritiers desire sa disparition, 60% de finir deprimé, 70% de devenir fou, 80% de tout perdre, 90% de se voir poursuivi ou attaqué lors de ses apparitions dans la rue, et malgré tout presque 100% des gens espérent être l’heureux gagnant(e).


Impressions américaines 2016

9 janvier 2016

De ce  séjour à Clearwater Beach ou plutot à Indian Rocks Beach (et oui, les indiens vivaient là bien tranquillement lorsque la raison du plus fort les a jetés à la mer) je retiens une impression de prix élevés partout sauf sur l’essence même si les statistiques manipulées ne vont pas dans le même sens.
Douce impression sur les plages semi-sauvages avec la multitude de coquillages et d’oiseaux du héron blanc à l’aigrette bleue, et les couchers de soleil rougeoyant dans un ciel multicolore qui attirent une multitude de spectateurs obnibulés par Mere Nature.

image

Mais impression de ravage á la télé avec ses pubs infinies sur le bien etre sous medicaments.

Le Tamiflu reduit le temps de la maladie, Zquill -not a medicament just for sleep-, Boost -complete nutrition drink-, Eliquis -reduced risk of broke-, Prevagen -for health brain-, Prevar13 -preventive je ne sais quoi – ect.. ect..
Nous ne sommes plus dans les  médicaments qui soignent mais plutôt dans la categorie douteuse des médicaments qui vous donnent l’impression de vivre, de bien vivre alors que ce ne sont que des poisons venus remplacer l’ère des fast-food et McDo qui les ont rendu malades. D’ailleurs ces pubs sont toujours sur fond d’ambiance de famille (riche) avec le chien et la cheminée en arriére fond. Vous voulez leur ressembler bourrez vous de medicaments: l’image américaine du bonheur en 2016!!

Le mot clé á la télé c’est le DOLLAR oui le $!! On ne parle pas philo, sens de la vie, sensations comme dans les télés françaises mais de la valeur marchande des personnes et des choses. Soit vous avez de quoi vous payer ces marchandises (même humaines) ou vous ne valez rien! L’étalon est le dollar et on ne parle que de la super loterie Powerball avec pour ce week end un prix de 800 millions de dollars! J’ai participé pour le plaisir mais le soir j’ai fait des cauchemars. J’aimerais bien gagner 1-2 millions de dollars mais gérer 800 millions ce serait ingérable et me ménerait à la depression. Trop dangereux et je suis certain que le grand gagnant finira par perdre le sens de sa vie!
Merci l’Amerique je préfere les petites loteries!

A suivre ……


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.