Hollande, les Valeureux et Valerie

8 mai 2012

Voici les mots clefs économiques qui attendent Hollande, les Valeureux François et Valerie Francaises.
Pas de croissance, déclin de la compétitivité française , hausses d’impots, chômage , déficit public , déficit du commerce extérieur.

Quelques chiffres:
Chomage: 10% environ pour le taux de chômage national, un peu plus de 20% pour les jeunes de moins de 25 ans, et environ 40% dans certaines cités sensibles.
PNB de moins d’ 1 pour 100 (0.7%)
Un déficit du commerce extérieur de 70 milliards d’euros ou 100 milliards de dollars.

Au secours Valerie Trierweiler ! les Rottweiler de la finance sont deja la !

Publicités

3 idées pour un matin pluvieux sur l’amour, la haine et l’économie.

3 février 2012

Mais ce qui nourrit l’amour, c’est de relever le positif chez son partenaire. Ce qui marche bien est toujours plus important.
Danielle Quinodoz, psychanalyste

La banalisation de l’antisémitisme est aujourd’hui la contribution de l’Europe à l’idéologie d’intolérance et de haine qui s’installe peu à peu dans tous les recoins du monde.
Denis MacShane


Si vous vous levez le matin et aller dormir la nuit avec des titres de journaux que la zone euro s’effondre et se dissout, alors votre observation est très négative. 
D’autre part, quand vous regardez l’image globale, à savoir que l’Asie continue de croître à un  bon rythme, que la crainte d’un atterrissage brutal de la Chine s’est evaporée, que l’ Inde et l’ Amérique latine poursuivent leurs croissances et même l’economie des Etats-Unis se redresse, alors vous obtenez  une image un peu plus équilibrée, je ne dirai pas optimiste. « 

Yaacov Frankel, ancien gouverneur de la Banque d’Israel et Chairman de  JPMorgan Chase International.


Le retour du made in Usa

7 janvier 2012

De mon sejour 2011/2012  à  Miami en Floride, je retiens ces plages  infinies de sable blanc, cette mer mi bleu gris mi bleu nuit qui ressemble plus à un lac qu’à un ocean, ces gratte ciel de perfection construits entre mer et canaux, mais  je suis  particulierement impressionné  par les produits qui jusqu’à présent étaient à 100% made in China et sont desormais des produits made in Usa

Walmart est un microcosme de l’Amerique, c’est la chaine no 1 aux Etats Unis (et la plus grande au monde) .
On trouve des magasins Walmart dans tous les coins des Etats Unis,
On trouve de tout et à bon marche chez Walmart, de la nouriture aux habits, j’irai jusqu’a dire qu’il n’existe pas de  catégorie de produits que l’on ne trouve pas chez Walmart. Jusqu’à il n’y a pas trés longtemps Walmart était l’equivalent du made in China à 100%, mais il y a eu un changement ces dernieres mois, on y trouvait  un peu plus de made in Indonesia ou made in Egypt. Mais 2011 représente un tournant, une revolution silencieuse dirais-je, on trouve énormement de produits americains. Des pelotes de laine, des confitures de  qualité comparables aux « Grande Maman » francaises, des habits ect…,  mais à un prix inferieur,  
Donc les produits americains se retrouvent sur l’étagère, à des prix/qualités competitifs et cela m’amene a dire que les americains ont compris bien avant les autres que pour surmonter la crise mondiale actuelle et donner du travail, il fallait reconstruire toutes ces usines brodées et offertes aux chinois dans les annees 80.
Marche arriere, et les EU semblent bien remonter la pente et repartir sur le marché local et international.
Ajoutons la reprise des productions agricoles, blé, mais transformé  en ethanol  pour les voitures, ect….et voici une image certes subjective car c’est la mienne mais l’ image d’une reprise dans l’empire americain
Avec la chute de l’euro et les crises en Asie, l’Amerique reprend du push. Meme en activite politico-militaire les Etats reviennent en force un peu partout dans le monde.
Tout doucement sans faire de bruit le made in USA est le signe du reveil et du retour des Etats Unis en tête du peloton.
Les chiffres de 2011 sur l’ajout de plus d’un million deux cents mille emplois semblent confirmer cette hypothèse et nous revenons a l’economie reelle creative d’emplois et de productions par rapport à l’economie speculative des banquiers et boursiers de 2008.
Le retour du made in USA est ainsi le retour de la raison,et comme indiqué sur les étiquettes « Proudly made in USA » .


lauriers décernés à l’économie israélienne

24 septembre 2011

Je reprends intégralement ci-dessous cet article du Monde, j’y ajouterais qu’en réalité Israel est à cheval entre les économies occidentales en déclin relatif et les économies des pays du BRIC en hausse constante.
La raison me semble t’il est qu’en Israel on a une technologie de modèle occidental avec des salariés en modèle tiers-monde. Il n’y a pas de redistribution de la richesse, et cela explique le mouvement des tentes, des jeunes des classes moyennes qui travaillent à bas prix et n’arrivent pas à boucler leurs fins de mois ou acheter un logement décent.
C’est le nouveau modèle d’exploitation de la classe ouvrière moyenne.

Un taux de croissance de 5,4 % prévu cette année, un taux de chômage (5,5 %) au plus bas depuis trente ans et un déficit public en baisse continue. Ces résultats, qui ont de quoi faire pâlir plus d’un ministre des finances, valent à l’économie israélienne une pluie de félicitations.
Le 7 septembre, le Forum économique mondial de Davos a modifié le rang du pays au classement mondial de la compétitivité, le faisant passer de la 22e à la 20e place.
Plus habituée, ces derniers temps, à tancer qu’à louer, l’agence Standard & Poor’s a pour sa part annoncé le 9 septembre qu’elle relevait de A à A+ la note du pays dont elle cite en exemple « la croissance forte et la gestion prudente ».

Les milliers de jeunes Israéliens et de membres de la classe moyenne qui, depuis la mi-juillet, campent et se mobilisent contre la vie chère et la pénurie de logements, n’apprécieront pas forcément cette série de louanges.
En Israël, les bons indices économiques et la bonne santé financière ne vont pas de pair avec les indicateurs sociaux, ce qui ne semble guère soucier – c’est le moins que l’on puisse dire – l’agence de notation. En cause : le manque d’efficacité des mécanismes redistributifs et d’indexation des revenus par rapport aux prix. Le 15 septembre, dans Les Echos, Yuval Steinitz, ministre des finances, affirme pourtant que « penser qu’il existe un écart important entre la macro et la microéconomie » constitue « un non-sens »


les américains au lendemain du 11 septembre (2011)

10 septembre 2011

Les Américains ont conscience de leur fragilité. Ils perçoivent que la reprise est très lente, que le chômage demeure fort, que l’économie stagnera ces prochaines années, d’autant que le marché immobilier se porte toujours mal et qu’il faudra au moins dix ans encore avant qu’il ne retrouve ses niveaux d’avant la crise. Beaucoup de gens ont perdu leur maison, beaucoup s’inquiètent pour leur retraite et constatent la baisse de leur niveau de vie, une précarité grandissante, notamment parmi la génération des baby-boomers. Ils ont perdu leurs illusions. Et pendant ce temps-là, les politiciens se disputent à Washington et les banquiers engrangent à nouveau des fortunes ! Tout cela alimente le pessimisme…

Francis Fukuyama, Institut Freeman pour les études internationales.

J’ajouterais que la classe politique n’est pas à la hauteur des défis actuels du pays, et pas seulement chez l’oncle Sam.


Vain G20

28 juin 2010

Un sommet pour rien ! Les promesses pour une réduction par deux des déficits pour 2013 n’engagent personne, d’ailleurs en 2013 que restera t’il d’élus de tous ces dirigeants, et pour preuve ceux qui ont une échéance électorale proche tel Sarkozy ou Obama choisissent plutôt la relance (« après moi le déluge ») , et les autres qui viennent d’être élu ou réélu tel Cameron ou Merkel choisissent la rigueur et la réalité.

Les 12 chefs d Etat (G20 non G8) n’ont pas eu leur mot à dire et certains ont préféré regarder la deuxième mi-temps du match de football de huitième de finale Angleterre-Allemagne. Bref, ils ont eu droit à un soirée festin et à la photo traditionnelle et, ont compris que le G8 veut rester celui qui décidera, eux ne devront que se féliciter d’être présent.
Donc ce G20 se termine par du flou à l’image des dirigeants actuels et avant tout du no1 mondial Obama.


Comment sera le monde en 2025? le rapport de la CIA

27 mars 2010

Comment sera le monde en 2025? Le rapport de la CIA évoque une économie qui se mondialise, une démographie discordante avec des populations en croissances, d’autres en déclin, le boom des retraites, les migrations, les nouveaux acteurs du BRIC, l’aube de l’ après pétrole, la vague terroriste qui s’essouffle, des conflits sur les ressources naturelles, et les capacités des EU qui diminuent, et encore beaucoup de points d’interrogations sur l’avenir de la démocratie, l’intolérance croissante, les pandémies, les armes atomiques et j’en passe , rien de bien spécial car la CIA a basé son rapport sur une extrapolation du présent avec l’aide de nombreux laboratoires d’idées et d’experts.
Mais les 10 ,15 ou 20 années à venir seront plus riches d’imprevus que de certitudes. Qui avait prevu le 11 septembre, qui avait prevu Facebook et leurs consequences.

L’avenir est un grand point d’interrogation

?