Tunisie, un an après: la démocratie ne tient pas seulement à des élections libres

14 janvier 2012

Des élections libres se sont déroulée en Tunisie, mais je remarque:

Une islamisation rampante de la société.
Les islamistes placent leurs pions dans l’appareil d’État.
L’économie a plongé dans le rouge: 700.000 chômeurs.
Les touristes occidentaux ont disparu.
Un million de Tunisiens sont dans la précarité, soit un cinquième de la population.
Les pratiques d’antan reprennent: ainsi la nomination surprise par le pouvoir, des directeurs et rédacteurs en chef des principaux médias publics. 
On constate une recrudescence du niqab, le voile intégral, peu visible jusqu’alors dans les rues tunisiennes.
Des slogans  » Il faut tuer les Juifs, c’est notre devoir», mollement dénoncé par les autorités.

 L’an II de la révolution pourrait être celui de l’explosion sociale, mais le pouvoir islamiste qui a pris démocratiquement le pouvoir ne le perdra pas démocratiquement. Ainsi sont les  islamistes ! «L’appareil de sécurité», qui a marqué de sa signature noire les années sombres de la dictature risque de réapparaitre.

C’est que «la démocratie ne tient pas seulement à des élections libres» . Il faut aussi une presse libre, des institutions civiles fortes, des droits civiques raisonnablement respecté, des enfants éduqués librement.

Publicités

Grazie Lampedusa

16 février 2011

Il y a eu l’espoir, puis la rumeur du naufrage, puis des « pourparlers » entre l’Europe et la Tunisie.
Depuis lundi, plus aucun bateau en provenance de Tunisie n’est signalé.

Le naufrage! adieu veau, vache, cochon, couvée.
De tout cet épisode il ne reste que des banderoles: Grazie Lampedusa
Merci Lampedusa


Silence on coule!

15 février 2011

5 morts et 30 personnes portées disparues dans les eaux internationales.
5 morts et 30 personnes portées disparues lorsque les gardes côtes tunisiens ont d’après l’un des 8 survivants « délibérement foncé » sur l’ embarcation de migrants tunisiens qui fuyant le chaos tunisien espéraient le paradis européen.
Nous pensions que le bateau rebroussait chemin, mais soudain il a foncé sur nous ». « Nous avons entendu des gardes nous dire de ‘baisser les têtes’, et ensuite ils ont foncé sur nous et ont brisé en deux notre bateau« .
Dans les eaux internationales et c’est un silence international à ce sujet.
Les autorités tunisiennes sont débordées, l’Europe est inondée et ne sait comment rabrouer ces migrants. Alors on coule ce bateau et puis c’est le silence.

Cette histoire est peut être un montage (prob 5%) de migrants pour attirer la sympathie du monde, mais cette histoire rapportée par l’AFP est plutôt vraie (prob 95%) et le silence des médias, des télés, des « humanitaires » est criminel autant que le silence des politiciens des 2 cotés de la Méditerranée.

lire la dépêche AFP


L’inconscient américain sur la puissance chinoise

14 février 2011

Pour 2010 et en PIB (produit interieur brut) la Chine se retrouve en 2eme position mondiale – certes bien loin derrière les Etats Unis (14 500 milliards de dollars)- et détrône ainsi le Japon, mais attention la Chine est certes une puissance mais par tête de pipe le chinois est bien loin en bas de l’échelle avec un revenu de 3744 dollars. A titre comparatif un tunisien d’avant la révolution en avait un peu plus de 4000.

Mais dans l’inconscient américain d’après un sondage Gallup quelque 52% des Américains ont déclaré que la Chine était «la première puissance économique du monde en ce moment»

La Chine est donc 2eme et les analystes lui prédisent la 1ere place à l’horizon 2025. D’ici la tout peut basculer, quoi de plus incompétent que les conseillers / analystes. Ils affirment prédire 2025 mais ne peuvent prédire une petite révolution 24 h à l’avance.

Bourguiba ( 2 prénoms Habib mais ironiquement aussi Ben Ali!) le président tunisien disait d’ailleurs qu’il était capable de voir et prédire une montagne de pierres mais qu’il ne voyait jamais les petits cailloux sur lesquels il chutait.


Complétez la phrase: Jamais 2 sans 3 ou 2 mais jamais 3

9 février 2011

M.A.M était en vacances en Tunisie pour les vacances de Noël / fin d’année. La Tunisie a eu sa révolte, la Tunisie est tombée

F.Fillon a passe ses vacances de Noël / fin d’année en Egypte. L’Egypte a eu sa révolution, l’Egypte a basculée.

Sarko a passé ses vacances Noël / fin d’année au Maroc. Le Maroc a eu/ n’a pas eu sa révolution. Choisissez entre ‘Jamais 2 sans 3‘ et ‘2 mais jamais 3‘.

L’année prochaine je peux vous garantir que les pays arabes interdiront l’entrée de ministres français de Noël au Reveillon.


La chute précipitée de Ben Ali en Tunisie ou « Prends l’oseille et tire toi » !

17 janvier 2011

Je me pose la question non sur la chute de Ben Ali en Tunisie mais sur la chute précipitée.
En général ou toujours un dictateur tient, combat jusqu’à la mort ou juste avant quand tout est perdu il fuit ou se suicide, mais il combat, il n’est qu’a suivre Pinochet, Saddam Hussein, le Chah d’Iran ou même Laurent Gbagbo en Cote d’Ivoire ces jours derniers.
Donc que s’est il passé en Tunisie ? Cet enchaînement d’événements qui a dépassé même les services de renseignements américains et français. Comment décide t’on subitement de fuir, mais vraiment subitement alors que la situation est certes critique mais pas irrémédiable.

D’abord l’ambiance au palais,  je cite le Monde:  « en septembre, il y a eu un accrochage très sérieux entre le président et sa femme, et, à partir de là, la présence de son frère Belhassen et de son fils Imed est devenue de plus en plus forte« . Mais aussi et surtout le fait que le Président s’aperçoit que les militaires fraternisent avec la population. N’ayant plus l’appui de l’armée, le président sous l’influence et la panique de sa femme préfère prendre la fuite car un coup d’Etat est de plus en plus probable. Prends l’oseille et tire toi !
Il est vrai que madame la présidente est passée à la banque retirer 1 tonne 1/2 d’or avant de fuir. Aucun doute le film de Woody Allen a du les marquer au Palais.


Tunisie, c’était inscrit dans Wikileaks

15 janvier 2011

La corruption est un problème énorme et flagrant, mais nul n’est prêt à en reconnaître publiquement l’existence.

DATE : 23 juin 2008
ORIGINE : AMBASSADE DES ETATS-UNIS A TUNIS
CLASSIFICATION : SECRET
SUJET : CORRUPTION EN TUNISIE : CE QUI EST A VOUS EST A MOI

Ce qui est intéressant dans ce cable de l’ambassade des Etats Unis c’est la conclusion ou commentaire qui laisse entendre un mécontentement grandissant qui ne peut mener qu’au resultat que l’on voit aujourd’hui, ainsi que le silence ou l’aveuglement de l »Occident car l’option islamiste ne pouvait être que pire. A mon avis la relève du pouvoir aujourd’hui ne veut pas dire forcement que l’avenir sera plus clément pour la majorité des tunisiens.

Voici la conclusion du cable, vous pourrez le lire en entier sur Le Monde

COMMENTAIRE
13- Si les Tunisiens digèrent déjà mal a corruption courante, les abus de la famille du président Ben Ali suscitent leur fureur. Alors que la population fait face à une montée de l’inflation et à un fort taux de chômage, l’étalage de richesses et les rumeurs persistantes de corruption ne font qu’alimenter son ressentiment. Les récents mouvements de protestation qui ont agité la province minière de Gafsa (en janvier 2008) constituent un puissant rappel du mécontentement sous-jacent. Le gouvernement a fondé sa légitimité sur sa capacité à assurer la croissance économique, mais un nombre croissant de Tunisiens trouvent que ceux qui occupent le sommet de l’échelle en gardent les bénéfices pour eux.

14- La corruption est un problème à la fois politique et économique. Le manque de transparence et de responsabilité qui caractérise le système politique tunisien porte aussi gravement tort à l’économie en dégradant les conditions de l’investissement et en alimentant une culture de la corruption. En dépit de ce que l’on entend dire sur le miracle économique tunisien et les statistiques positives, le fait que les investisseurs tunisiens eux-mêmes se tiennent en retrait en dit long. La corruption est un problème énorme et flagrant, mais nul n’est prêt à en reconnaître publiquement l’existence.