À quoi va ressembler le monde ?

28 novembre 2013

Fuite face à la Syrie, fuite face à l’Iran….c’est la chute d’un empire, l’empire américain, chute précipitée par son président… mais le prochain se réveillera lorsque la Chine prendra la place…..
L’histoire nous promet du grabuge pour ce 21ieme siècle, 100 ans après la 1ere guerre mondiale, 70 après la seconde, 40 ans après la guerre de Kippour, 20 ans après la chute du mur de Berlin et du communisme, 10 ans après le 11 septembre, tout juste après les printemps arabes, et avant la bombe perse.
«À quoi va ressembler un monde dans lequel la seule superpuissance proclamée se retire, sans avoir préparé le terrain?»

Des bombardiers américains ont pénétré dans la zone de défense aérienne mise en place par la Chine sur les îles Senkaku, fermement revendiqué par Pékin à Tokyo, mais ne craignons rien Obama ne fera rien, son successeur certainement. 2016 c’est demain ……


Arik Einstein, le génie de la musique hébreu

27 novembre 2013

Le génie, l’ âme de la musique hebreu Arik Einstein n’est plus.
J’ai fait connaissance  avec la musique hebreu ou israelienne moderne dés 1969 à mon arrivée en Israel avec Arik Einstein, je l’ai adoré depuis et toujours.
Sa simplicité, sa voix épurée et sincère, son calme, son humour des mots, sa gaucherie sur scène m’ont toujours ému, et pour moi il était l’équivalent des Beatles pour les anglais, de  Brel ou Brassens pour les francais.

Enfin aujourd’hui avec sa disparition je m’apercois qu’il porte le prénom de Sharon et le nom d’Albert, 2 génies mais Arik Einstein n’en est pas moins le génie de la musique, musique israélienne qui est en fin de compte la continuation de la musique hébreu.
Arik Einstein en ce sens est un poète et chanteur hebreu. Un géant hebreu disparut aujourd’hui.

כשהתבקש לאפיין את שיריו במשפט אחד, ענה: « הייתי אומר שהשירים שלי הם בדרך כלל יותר שקטים ומופנמים, כי אני לא רוצה להפריע לשכנים

 « לא קשה לי לסרב למיליונים, לא קשה לי לסרב לכל סכום שיציעו לי. כי אני פשוט יודע דבר אחד: אני לא מסוגל יותר לעשות את זה. לא מסוגל להופיע. כשאתה יודע שאתה לא יכול לעשות משהו, מאוד קל לך להגיד לא. אם היו מבטיחים לי שהשלום יגיע אחרי הופעה שלי, הייתי עושה את זה גם בלי בגדים, באיצטדיון בלומפילד. אבל את זה לא הציעו.  »

Lorsqu’on lui a demandé de caractériser ses poèmes en une seule phrase, il a répondu: « Je dirais que mes chansons sont généralement plus calmes et introverties, parce que je ne veux pas déranger les voisins »

« Il ne m’est pas difficile de refuser des millions, pas difficile pour moi de refuser toute somme qui m’est offerte parce que je sais juste une chose:…. Je ne peux plus faire l’impossible de paraître sur scène. Quand vous savez que vous ne pouvez pas faire quelque chose,il est très facile pour vous de dire non. Si on me garantissait que la paix viendra après mon show, je le ferais, même sans vêtements, à Bloomfield Stadium., mais on ne l’a pas encore proposé. »


Ere ou erreur historique ?

24 novembre 2013

Cet accord provisoire entre les « grandes » puissances et les ayatollah (via leurs souriants délégués) nous mènera vers une ère nouvelle de paix et coopération sur terre ou vers un Iran atomique et belliqueux ?
Difficile de juger et de donner un avis aujourd’hui, tout simplement car que je comprends pas les subtilités de la physique nucléaire, les différences entre plutonium et uranium, les jeux d’enrichissement entre 5, 20 et 90% (et la plupart des ministres des Affaires Etrangères aussi!).
L’accord signé à 4h du matin n’est pas du au hasard du timing mais bien voulu pour nous surprendre et nous présenter à notre réveil non pas le document original de 4 pages (qui l’a vu ?) qui venait d’être signé mais la voix lointaine d’Obama qui s’est superposé et a dominé par son discours celui des 7 ministres présents a Genève.
L’oncle Sam voulait cet accord, l’oncle Sam a donc imposé cet accord.
Cet accord n’est pas aussi bon que ce qu’Obama veut bien nous baratiner et moins catastrophique que ce que Bibi veut bien critiquer. Les grands gagnants sont pour l’instant les ayatollah qui contre un gel de leurs activités interdites et condamnées par la communauté internationale depuis 10 ans, vont jouir de dizaines de milliards de dollars qui leur permettrront de mieux asservir les laïques, les femmes, les opposants et de continuer à alimenter la terreur chiite et iranienne a travers de nombreux foyers dans le monde.


Les ayatollah du bazar ont prouvé qu’ils sont de grands marchands et de fins analystes, il suffisait de voir l’exemple d’Assad pour comprendre qu’Obama a peur de la guerre et que c’est la force qu’on lui oppose qui fixe les règles du jeu.
L’accord signé n’a-t’il que valeur de tromperie dont nous risquons tous d’en subir un jour les pires conséquences, rend t’il « le monde plus dangereux » (même si pour les 180 jours à venir « le monde est moins dangereux « , profitons-en ha-ha-ha ). Bref allons nous vers une ère ou une erreur historique ?


Shusaku Endo, douleurs exquises

23 novembre 2013

Recueil de nouvelles, livre passionnant, « douleurs exquises » est avant tout  la découverte  d’un grand ecrivain japonais  Shusaku Endo, due au hasard de « fouines » chez mon (fameux) bouquiniste de Jerusalem.

Endo, l’auteur est gravement malade  « Quelle pitié d’être aussi faible devant la douleur physique », et son recueil est un retour sur sa jeunesse, mais aussi sur la souffrance des kakuré ces chrétiens qui furent persécutés au Japon. Le christianisme fut en effet interdit pendant la période Edo, en 1614 (les persécutions ne finirent qu’à la fin du XIXème siècle).

Les kakuré (chrétiens clandestins)  mènent une double vie, mentant au monde sans jamais montrer aux autres le fond de leur coeur. Devant les fonctionnaires, les kakuré prétendaient bien sûr être boudhistes.
Les kakuré c’est finalement la version des marranes juifs persécutés un siécle plus tôt par les chrétiens, rien de différent, l’autorité locale forcant à renoncer aux croyances, pourchassant, massacrant et les croyants obligés de cacher leurs rites et les appliquant en secret. Au final les boudhistes appliquant aux chretiens les mêmes méthodes que ces derniers utilisaient contre les Juifs. Ah l’homme cette bête!

Mais « douleurs exquises » est plus que ce compte rendu du passé, dans chaque recueil l’auteur réussit en quelques lignes à créer le décor de l’action, à créer l’ambiance et lorsque nous l’imaginons il nous conte à travers la vie de  Nosé et Egi (et leurs souvenirs) la faiblesse de l’homme, faiblesse face à la maladie, à la souffrance.
L’homme n’est donc que cette lutte éternelle entre le courage et la lâcheté.

Citations:
Ce genre de chose, c’est comme une catastrophe naturelle. Plus on résiste, plus on le paie cher.

Il n’est pas possible d’éprouver du déplaisir ou de l’agacement envers quelquechose qui, au fond, vous est indifferent, que vous n’aimez pas.

La famille, on ne peut compter dessus. On a beau être soeurs, une fois mariées, cela ne veut plus rien dire.

Note 8/10 sur l’echelle RG, et si vous ne connaissiez pas Shusaku Endo, courrez l’acheter, le plaisir de sa lecture vaut la course.


Il y a 50 ans, le 22 novembre c’était aussi un vendredi ….

21 novembre 2013

Il y a 50 ans, le 22 novembre 1963 c’était aussi un vendredi tout comme cette année 2013. J’étais encore un jeune adolescent mais déjà indépendant et vers 18 h, heure de Casablanca je me dirigeais vers la synagogue comme tous les vendredis. Dans la rue des radios, un brouhaha, les rumeurs annoncent une attaque contre le Président américain, mais rien de plus.
De retour à la maison toute la famille est attablée avant le repas, la radio nous annonce la mort de Kennedy. Tout est tragique, incompréhensible mais de là date mon baptême et mon intérêt pour la politique, un événement qui marquera l’histoire car Kennedy n’est que le début d’une série tragique qui incluera entre autres Anouar Sadate et Itsak Rabin.
Décidément, les assassinats politiques qui veulent et changent le sens de l’histoire, la preuve est que Lyndon Johson s’est embourbé au Vietnam et qu’avec Sadate et Rabin le Moyen-Orient aurait eu un autre visage aujourd’hui, mais ainsi est faite l’histoire d’imprévus, de drames et de nouveaux espoirs.

50 ans, cela semble être hier, mais c’est un temps – qui semble si lointain et presque irréel aujourd’hui – où un homme politique pouvait faire rêver en évoquant l’espoir d’un monde meilleur, en incitant ses concitoyens à l’effort et tout cela en étant cru et suivi !

Mon histoire aussi a changée depuis 1963, les vendredis soirs je ne me dirige plus vers la synagogue, je ne crois plus ni aux politiques ni aux religieux, mais je ne rate jamais l’occasion de me mettre à table pour le repas familial du Shabbat.


Assad à Tel Aviv ou le graffiti de rue de Dioz

19 novembre 2013

A Tel Aviv, tout n’est pas que start-ups malgré les 67 sociétés israéliennes cotées au Nasdaq de New York.
Un graffiti de rue de Dioz est la pour pousser le public à entrer dans une galerie d’art.
Rien de moins que le chimiste Assad, il faut dire que l’on avait tendance à l’oublier ces derniers temps et qu’on peut le voir de toutes les couleurs suivant les couleurs gaz utilisés.
Le problème aujourd’hui n’est pas ce que l’on doit faire d’Assad mais plutôt que faire avec les gaz d’Assad, personne n’en veut et même l’Albanie refuse de les recevoir pour les détruire.


désastre, fiasco, disaster or Obamacare

15 novembre 2013

La réforme de l’assurance-santé ou « Obamacare », mesure phare du premier mandat d’Obama tourne au fiasco.

Pour preuve la une du NEW YORK POST
 » Le president a finalement admis hier ce que chacun en Amerique savait: Obamacare est un total et incontestable DESASTRE  »

Finalement je me demande dans quel domaine Obama n’a pas échoué ? printemps arabe, éviction de Moubarak, élimination de Khadafi, abandon pur et simple de l’Irak, Edward Snowden, Poutine, utilisations armes chimiques en Syrie, Corée du Nord, et maintenant la reddition devant l’Iran.

Tout sourire l’Obama 2008 on s’en souvient, pur produit artificiel véhiculé par la presse.
La presse nous a vendu un sourire sans ligne directrice.