Le vrai danger de la non vaccination

28 octobre 2009

Pourquoi se faire vacciner ? Voici une raison non scientifique.
Aucun responsable sanitaire ne peut certifier qu’il n’y ait aucun risque à se faire vacciner mais supposons que l’endémie devienne épidémie, cela entraînera des milliers de personnes qui afflueront en même temps vers les urgences médicales des hôpitaux. Mais hic, l’hôpital faute de place ne pourra recevoir tout ces malades et les envoyer vers des soins intensifs, donc il faudra choisir qui envoyer et qui refuser, ce qui équivaudrait à une « condamnation à mort ». Imaginez un docteur faisant le tri, vous madame entrez (y’a de l’espoir), vous monsieur désolé pas de place rentrez chez vous !

Voila le danger réel, c’est pourquoi le vaccin est une mesure de sécurité sanitaire justifiée médicalement. Il s’agit de vous vacciner pour que vous ne transmettiez pas la maladie, qu’on en vienne pas à ce problème de conscience.

un probleme de conscience
lire aussi le vaccin de la confusion et sur le H1N1

Publicités

rapido, sur la mise à mort du travail (suite)

28 octobre 2009

le poinçonneur des lilas version2009

Saviez-vous qu’une caissière de super porte près d’une tonne de marchandises à l’heure ?


Le travail c’est la santé ou la mise à mort du travail

27 octobre 2009

Le travail c’est le vivre ensemble, il est essentiel et central pour l’homme. La chanson d’ Henry Salvador dans les années 70  » le travail c’est la santé  » évoquait
Les prisonniers du boulot,
Ces gens qui courent au grand galop,
En auto, métro ou vélo
Vont-ils voir un film rigolo?
Mais non, ils vont à leur boulot!

Prisonniers du boulot, et pourtant cela semble aujourd’hui une belle époque révolue, les temps ont changé.
Mondialisation, réduction de personnel, exigences de productivité accrues, capitalisme dévoué à la finance ont tout changé, le travail de nos enfants n’est pas aussi calme et serein que celui qui est/fut le notre.

Dans un monde où l’économie n’est plus au service de l’homme mais l’homme au service de l’économie, les objectifs de productivité et les méthodes de management poussent les salariés jusqu’au bout de leurs limites. Mais l’humanité n’est pas fabriquée pour aller a ce rythme !!

Les call-center sont l’exemple de ces nouvelles sociétés d’incarcération de l’homme ou l’on engage une vague de guerriers qui s’effondre et qui est remplacée par des suivants.

a bout de souffle

a bout de souffle

Je n’ai pu voir le documentaire « La mise à mort du travail », mais les échos transmis sur le web et les titres de chacun des épisodes – La Destruction, L’Aliénation, La Dépossession – donnent sans ambiguïté la tonalité générale de l’enquête : alarmante. L ‘humanité n’est pas fabriquée pour aller à ce rythme !!

La prochaine fois que je parlerais à une personne d’un call center, je songerais plus à « ces guerriers malgré eux », à ces personnes
chronométrées à la seconde, ces victimes du capitalisme sauvage. Nous ne pouvons accepter qu’une société commerciale dont nous payons les services puisse opprimer ses employés pour mieux nous servir !


rapido, les découvertes vu par Yeshayahou Leibowitz

26 octobre 2009

Toute découverte comme le moyen d’agir qui en découle, peuvent constituer aussi bien une bénédiction qu’une malédiction.
Ce moyen est neutre en soi, qu’il s’agisse de la hache de pierre de l’homme paléolithique ou d’une bombe.

la voix prophétique

la voix prophétique

Source: Israël et judaïsme, ma part de vérité par Yeshayahou Leibowitz (1903-1994), ed. Desclee de Brouwer.


Je vous avertis ou le leitmotiv des responsables actuels

25 octobre 2009

Pourquoi cette psychose du H1N1 ?
Nous voila installés depuis quelques mois dans une logique de peur, attention au méchant loup qui se nomme pour l’occasion H1N1.
Mais pourquoi cette peur, cette psychose qui allie scientifiques, bureaucrates et politiciens et se retrouve à la une de votre journal et dans les bulletins infos tous les soirs.

Pourquoi nous avoir installé dans cet état psychotique alors que de la grippe normale A, H, asiatique et espagnole nous ne savions rien ni de son nom, ni des milliers ou millions de ses victimes à travers le monde ?
Qu’est ce qui a changé ?

Souvenons nous de Chernobyl, du nuage radioactif qui parti de Russie a traversé l’Europe et l’Asie, il y a eu un silence voulu par tous, il s’agissait de ne pas inquiéter.
Il y a eu l’été meurtrier en France ou plus de 1000 personnes âgées sont décédées dan des maisons de retraites et hôpitaux suite à la vague de chaleur. On n’a pas voulu inquiéter mais on a enquêté pour savoir qui en était responsable.
Il y a eu ensuite l’ouragan Katrina en Louisiane, on n’a pas voulu s’inquiéter mais il a bien fallu se mettre a l’évidence, les responsables n’avaient pas agi outre mesure et ils ont été désignés responsables.
RESPONSABLE, voila le mot. On s’est mis à chercher des responsables de dégâts naturels ou dégâts causés par la nature. Or personne ne veut être tenu pour responsable, donc chacun se fait « petite tête » ou « esprit étroit ». Chaque bureaucrate du plus petit agent de l’ Etat en passant par les chercheurs, conseillers et en arrivant en haut de la pyramide aux PDG et conseil d’administration. Chacun ne se sent pas responsable, pour cela il suffit de faire un papier ou l’on avertit ses supérieurs hiérarchiques du problème. On se jette la balle de bas en haut, et arrivé en haut de la pyramide on la rejette sur les politiciens qui eux aussi préfèrent dire « on vous a avertis ».

de lun a lautre

de l'un a l'autre


Les médias retransmettent cette info inquiétante et nous voila tous dans l’engrenage. C’est ainsi que je decrypte la panique de l’OMS( organisation mondiale de la santé) de l’été dernier et c’est ainsi que l’on peut expliquer qu’Obama ait décrété l’ Etat d’urgence.
Il s’agit avant tout de se proteger contre de futures accusations de n’avoir pas fait suffisamment. Alors on en fait trop quitte a inquiéter, paniquer et même causer des dépenses énormes et illogiques.
« Je vous l’avais dit » ! , « Je vous ai avertis » tel sont les leitmotiv des responsables irresponsables actuels.
le but est d'avertir

je vous l'avais dit


rapido, que sais-je?

24 octobre 2009

Il est impossible de savoir aujourd’hui ce que l’on saura plus tard, sinon nous le saurions aujourd’hui déjà .


Notre chariot de courses nous révèle

23 octobre 2009

« Le supermarché est finalement le seul lieu public où l’on dévoile autant de sa vie privée. Qui n’a pas regardé le chariot de son voisin à la caisse ? On voit qui vit seul, en couple, avec des enfants…

mon chariot me révèle

mon chariot me révèle

Le chariot révèle également une part intime de nous : notre façon de nous nourrir. Un domaine personnel où chacun a ses règles et ses principes. Le supermarché est d’ailleurs aussi un lieu d’éducation pour les enfants, où l’on tente de leur transmettre ce qui est bon ou non.

Quand on fait ses courses, inconsciemment, on est sans cesse sous le jugement de l’autre, de soi-même. »

Martyne Perrot , sociologue et auteur de «Faire ses courses»