Les 8 salopards

16 janvier 2017

Il y a bien sur le film de Quentin Tarantino sorti en 2015, mais  si vous l’avez raté il y a la version 2017 qui ne vous ratera pas, elle comprend les patrons de Microsoft, Zara, Amazon, Facebook, Oracle, Blumberg, Buffet et Slim

Ils détiennent autant de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale, une situation « indécente » qui « exacerbe les inégalités », et que dénonce l’ONG britannique Oxfam.

8 multi-milliardaires mais on ne peut être aussi riche que si on est salopard.


la surprise du jour: BREXIT

24 juin 2016

 

Les Britanniques ont préféré croire aux promesses de reconquête de leur indépendance vis-à-vis de Bruxelles, mais aussi à celle d’arrêter l’immigration en provenance de l’UE

Le BREXIT c’est le retour à l’autonomie, du controle et de choix restreints mais plus réels, c’est la fin du bluff des fonctionnaires de Bruxelles qui donnent des ordres et consignes sans reflexion sur leurs conséquences désastreuses.
Le BREXIT c’est cultiver de nouveau son jardin, c’est chacun chez soi et le debut du combat contre la mondialisation sauvage des capitalistes qui detiennent 50% des avoirs sur terre.

Aujourd’hui il me semble qu’il y a plus d’espoir qu’hier sur terre.

Au suivant…. Trump, Marine Le Pen, au suivant … halte au pillage mondial au nom de la mondialisation

ob_022120_brexit-or-not-brexit

 


Sapiens 2016 ou Argent, Science, Croissance

30 avril 2016

 

La deuxieme partie de « Sapiens » de Yuval Noah Harari se ramène à notre époque celle de l’argent, de la croissance et de la science.

“La monnaie est le seul système de confiance créé par l’homme qui puisse enjamber n’importe quel fossé culturel et qui ne fasse aucune discrimination sur la base de la religion, du genre, de la race, de l’âge ou de l’orientation sexuelle. Grâce à l’argent, même des gens qui ne se connaissent pas et ne se font pas confiance peuvent tout de même coopérer efficacement.”

“Même aujourd’hui, les pièces et les billets de banque sont une forme d’argent rare. La quantité totale de monnaie dans le monde tourne autour de 60 billions de dollars, mais la somme totale de pièces et de billets est inférieure à 6 billions. Plus de 90 % de la monnaie – soit plus de 50 billions de dollars figurant sur nos comptes – n’existent que sur les terminaux d’ordinateurs.”
“Pourtant, si l’on veut comprendre l’histoire économique moderne, il n’y a en vérité qu’un seul mot à comprendre. Et ce mot, c’est « croissance ». Pour le meilleur ou pour le pire, malade ou en bonne santé, l’économie moderne a crû tel un adolescent gavé d’hormones. Elle avale tout ce qu’elle trouve et pousse sans même qu’on s’en rende compte.

“En 2015, le monde reste politiquement fragmenté, mais les États perdent vite leur indépendance. Pas un seul n’est réellement en mesure de mener une politique économique indépendante, de déclarer et de livrer des guerres à sa guise ou même de diriger ses affaires intérieures comme il l’entend. Les États sont de plus en plus exposés aux machinations des marchés mondiaux, aux ingérences des entreprises et des ONG mondiales ainsi qu’à la surveillance de l’opinion publique mondiale et du système judiciaire international. Les États sont obligés de se conformer à des normes internationales en matière de finances, de politique de l’environnement et de justice. Des mouvements terriblement puissants de capitaux, de main-d’œuvre et d’information font le tour du monde et le façonnent, avec un mépris croissant des frontières et des opinions des États.”

La science n’est pas une entreprise qui se situe sur quelque plan moral ou spirituel supérieur, au-dessus du reste de l’activité humaine. Comme toutes les autres parties de notre culture, elle est façonnée par des intérêts économiques, politiques et religieux

“Dans les cercles universitaires, beaucoup sont naïfs au point de croire à la science pure. Ils croient l’État et les entreprises assez altruistes pour leur donner de quoi poursuivre leurs projets de recherche au gré de leur fantaisie. Or, la réalité du financement de la science est bien différente.
La plupart des études scientifiques sont financées parce que quelqu’un estime qu’elles peuvent aider à atteindre quelque but politique, économique ou religieux

“Au cours des toutes dernières années, banques et États ont frénétiquement fait tourner la planche à billets. Tout le monde est terrifié à l’idée que la crise économique actuelle puisse arrêter la croissance. Aussi créent-ils de toutes pièces des billions de dollars, d’euros et de yens, injectant dans le système du crédit bon marché, tout en espérant qu’hommes de sciences, techniciens et ingénieurs parviendront à trouver quelque chose de vraiment géant avant que la bulle n’explose. Tout dépend des gens dans les labos.”     “Si les labos ne répondent pas à ces attentes avant que la bulle n’explose, nous allons au-devant de temps très rudes

Science sans conscience n’est que ruine de l’ame disait Rabelais il y a 500 ans
Science sans croissance c’est la ruine disent les capitalistes aujourd’hui.

Nous pouvons conclure que notre époque est au seuil du ciel et de l’enfer, passant nerveusement de la porte de l’un à l’antichambre de l’autre. L’histoire n’a pas encore décidé où elle finira, et une ribambelle de coïncidences pourrait encore nous propulser dans l’une ou l’autre direction.

 

 


Retour en terre sainte polluée

28 février 2016

Retour en terre sainte polluée

Ces derniéres années, presque toujours mon départ ou mon arrivée de/à Tel Aviv se font sur fond d’évenements tragiques, ainsi en 2006 et 2013 mes departs ont coincidé au guerres du Liban et de Gaza, mais aussi les arrivées, ainsi celle d’ octobre 2015 a coincidé au jour prés á la série des attaques terroristes palestiniennes contre des civils israeliens. Et mon retour 2016 a coincidé avec la publication de l’extreme pollution dans la baie de Haifa , qui touche maintenant les nouveaux nés qui ont une tête plus petite que les autres enfants d’Israel. Ajoutons le taux plus élevé de personnes qui ont des troubles respiratoires et des cancers et me voilá servi.
Haifa entre montagnes et mediterranée est la plus belle ville d’Israel, enfin disons plutot pourrait être la pls belle car cette pollution en fait plutot la ville la plus tragique d »Israel.

Il suffit de traverser la baie pour voir et sentir ce nuage polluant qui vous etouffe et vous brule les yeux. De voir tout ces usines fonctionner à plein tube pour servir non pas la population d’Israel mais plutot les Turques. Israel est devenu l’usine des turcs, elle leur raffine leur pétrole, Israel est devenu le vassal des turcs, et ce au nom des
‘Tycons » qui ont pris les rênes de l’économie, et pour qui dollar prime sur morale.
Et le pire n’est pas de voir les ministres de la Santé et de l’Ecologie mentir et dementir les conclusions des données statistiques.

Le pire c’est le silence radio, le silence total du Premier Ministre Benjamin Natanyaou qui ne se prononce pas sur le sujet qui fait plus de degats et de morts que toutes les guerres d’Israel depuis sa creation.
Natanyou est l’agent au service de ces tycoons, du capitalisme sauvage.
Ce capitalisme sauvage qui retire les valeurs morales d’un pays qui se voulait depuis sa creation comme un modele de valeurs universelles.
Ce que Natanyaou ne comprend pas, c’est que le jour ou le petit et jeune soldat prendra conscience que l »Etat et son gouvernement se fouttent perdument des valeurs alors Israel sera veritablement en danger.
Aujourd’hui l’ennemi du peuple ce ne sont plus les pays arabes environnants mais les tycoons et les dirigeants qui les couvrent et les couvent.

Nous vivons une époque où la mondialisation n’a pas rendu, comme cela était prévu au départ, le monde mieux gouverné, plus juste, plus clair, mais au contraire plus opaque, moins compréhensible et surpuissant.

En ce qui me concerne j’ai toujours été prêt (et heureux) à vivre en Terre Sainte mais je ne suis pas prêt à vivre en Terre polluée.

PS: 
Tycoon est un mot anglais dérivé du mot japonais taikun (大君) signifiant « grand seigneur » ou « grand prince », le terme est lui-même d’origine chinoise.
En anglais, tycoon signifie magnat ou homme d’affaires prospère (appelé autrefois également nabab).


Tragédie grecque

4 juillet 2015

Giorgos Chatzifotiadis est devenu le symbole de cette tragedie en Grèce en proie à une trés grave crise économique.
Les établissement banquaires sont presque tous fermés vu les risques de fuite des capitaux et en consequent de l’éffondrement du systeme bancaire.

En  larmes,   à l’extérieur d’une agence de la Banque nationale, assis à même le sol, son livret d’épargne et sa carte d’identité par terre.

 Lorsqu’à la quatrième banque, ouverte celle-là, « on m’a dit que je ne pouvais obtenir l’argent, je me suis effondré »


Diagnostic DSK

11 juillet 2013

Laissons les jupons de cotê, parlons pognon, sur ce plan  DSK  reste le spécialiste mondial de l’économie.

« Le principal problème est que l’Europe n’est plus concurrentielle. (…) Les dirigeants ne sont pas à la hauteur. La plupart d’entre eux ne comprennent pas vraiment ce qu’est la mondialisation. Ils ont été éduqués, formés, ils ont eu une vie politique dans un seul pays, et ils ne se rendent pas compte que l’Europe n’est pas très grande, qu’une petite partie du monde. (…) Il y a une crise de leadership en Europe. 

Vous savez, il y a un dicton arabe qui dit qu’une armée de lions menée par des moutons sera toujours vaincue par une armée de moutons menée par un lion. Nous en sommes là en Europe (…). Le système européen est construit de manière à ce qu’aucune décision difficile ne puisse être prise. »


Tragèdie ou le monde actuel a besoin de ralentir

1 juillet 2013

Ce n’est pas la premiere fois, ce n’est malheureusement pas la derniere fois qu’un père qui prend son jeune enfant à l’ecole l’oublie dans sa voiture. Tragedie! avec les chaleurs énormes qui regnent en Israel,  30 degres à l’ ombre soit un 69-70 degres dans une voiture fermée et très vite l’enfant impuissant se deshydrate et décède.
Aujourd’hui encore un nouveau drame, premier jour de vacances, le père transporte ses 3 enfants en colonie de vacances, dépose les 2 jumeaux et continue sa route.
Il recoit un coup de fil (du boulot) et se coupe de la realité, se gare dans un parking ou il a l’habitude de continuer en moto son trajet pour rejoindre son travail et oublie sa fille de 9 mois dans la voiture.
EN lisant cette nouvelle, et en la retransmettant ici, j’ai la chair de poule,
je n’arrive pas a concevoir une telle tragedie même avec des pères soucieux et aimant leurs progénitures?

Cet oubli tragique aux consequences encore plus tragiques se reproduit chaque mois au moins une fois, on pense que les parents ont tirè des conclusions mais ça recommence !
Pourquoi  ?  Pourquoi cela arrive même à des pères responsables au travail et soucieux du bien être de leurs enfants ?
Il me semble que la reponse est la situation de stress et de competivité sauvage dans laquelle sont soumis les jeunes au boulot. Aucune consideration des employeurs pour la famille de l’employé. D’ou des situations stressées et des consequences imprévisibles.
A mon époque nous étions des « ovdim » des travailleurs, aujourd’hui les jeunes sont des « avadim » des esclaves.
La mort de ces innocents n’est que la consequence du capitalisme sauvage qui ravage le monde au XXIeme siecle, siécle de décadence des valeurs et du respect de l’homme. Cette tragedie est la preuve que le monde a besoin de ralentir. Nous courons où au fait ?