Humour H1N1

12 novembre 2009

Pour être prêts plus rapidement, les vaccins H1N1 sont à base de reins de chiens plutôt qu’à base d’œufs de poules ! ( c’est vrai ,voir le monde)

Comment donc savoir si le vaccin est efficace et que vous n’avez pas contracté le H1N1 ?
Si vous n’aboyez pas durant les premières 48h ! le vaccin est efficace , sinon prière de s’adresser au vétérinaire du coin.


H1N1, on fait marche arrière !

8 novembre 2009

Fini l’hysterie, fini les paniques pour pousser les masses à se faire vacciner, on a confondu le virus de la grippe saisonnière (A) et le dangereux virus (H1N1), on commence à se rendre compte de l’absurdité dans laquelle on nous a mis et on se fait plus rassurant.
L’OMS qui nous a paniqué en août dernier annonce « qu’il est clair que le virus pandémique est le virus de la grippe dominant dans tous les pays ». Et « jusqu’à 70 % des prélèvements analysés se sont révélés positifs au virus de la grippe A ». En gros cela veut dire que rien de particulier ne s’est produit, nous sommes dans tous les pays dans une situation normale de grippe saisonnière, le virus dominant est celui de la grippe A , un point c’est tout !

que ferais-je sans toi

que ferais-je sans toi


D’ailleurs en France, au Quebec ou ailleurs la grande majorité des décès sont celles de personnes à risques, des personnes vulnerables vu leur âge avancé et souffrant de problemes sérieux de santé. Ils décèdent à la suite de complications. Ces personnes ne meurent pas a proprement dit de la grippe, mais de complications dues à la grippe et à leur état particulièrement vulnérable au départ.



Je noterais 4 points d’ambivalences:
On a mélangé le A et le H1N1: or, si vous êtes atteint du A (saisonier) cela ne veut nullement dire que vous avez le dangereux H1N1.

Les hopitaux ne détectent pas le H1N1 ! Il existe bien un test de détection quasi infaillible, toutefois, sa mise en oeuvre constitue une opération de biologie moléculaire complexe et coûteuse (aux alentours de 200 euros), Si on veut vraiment savoir, il faut se rabattre sur le test dit de «diagnostic rapide», que pratiquent de nombreux laboratoires d’analyses, mais il permet juste de détecter l’infection par une grippe de la famille A.

Si il y avait pendemie nous aurions du avoir des foyers avec des dizaines de morts tous les jours à Montreal, à Bruxelles ou à Paris. Nada, tant mieux, oui mais NADA!

L’afflux vers les hopitaux, si l’on veut parler d’afflux il faut présenter pour chaque hopital combien de patients se présentent chaque année à la même periode automnale, y ajouter un coefficient due aux craintes dénoncées par les medias et qui font courir au moindre bobo les gens vers les hopitaux, et comparer ce chiffre au nombre réel, mais aucun hopital n’a fait ces statistiques et en gros, il n’y a pas plus de personnes hospitalisées que les normales saisonnières.

En conclusion, après nous avoir alarmé on se fait rassurant: le virus en circulation est le même que celui qui sévissait au printemps dernier, donc « peu virulent ».
Si peu virulent et identique à celui de l’an dernier; alors pourquoi nous avoir demander de nous faire vacciner ?

On a suivi les speciaistes de l’OMS, les politiciens, les médias, on en est arrivé a l’absurde: il est temps de faire marche arrière, l’OMS commence à bagayer, les politiciens se taisent, les medias retransmettent.
Le H1N1 est l’exemple type de la maniere dont on nous embobine tous les jours d’infos pas serieuses, pas vérifiées mais ayant un fort impact médiatique.
Oui nous gobons toutes les infos véhiculées par les agences de presse genre AFP, Reuters et retransmises immediatiement comme un virus par les chaines radio/télés/presse et internet.
Pour une fois la réalité du terrain a prouvé que tous se sont trompés. A la prochaine !


Le vrai danger de la non vaccination

28 octobre 2009

Pourquoi se faire vacciner ? Voici une raison non scientifique.
Aucun responsable sanitaire ne peut certifier qu’il n’y ait aucun risque à se faire vacciner mais supposons que l’endémie devienne épidémie, cela entraînera des milliers de personnes qui afflueront en même temps vers les urgences médicales des hôpitaux. Mais hic, l’hôpital faute de place ne pourra recevoir tout ces malades et les envoyer vers des soins intensifs, donc il faudra choisir qui envoyer et qui refuser, ce qui équivaudrait à une « condamnation à mort ». Imaginez un docteur faisant le tri, vous madame entrez (y’a de l’espoir), vous monsieur désolé pas de place rentrez chez vous !

Voila le danger réel, c’est pourquoi le vaccin est une mesure de sécurité sanitaire justifiée médicalement. Il s’agit de vous vacciner pour que vous ne transmettiez pas la maladie, qu’on en vienne pas à ce problème de conscience.

un probleme de conscience
lire aussi le vaccin de la confusion et sur le H1N1