Parce que la vie n’est que nostalgie ….

24 juin 2018

Publicités

la lettre du jour: P comme Protectionnisme

16 juin 2018

P comme Protectionnisme, P comme Puissance.

Le protectionisme est de retour aprés plus de 30 ans, lorsque l’Amérique decida de s’ouvrir à la Chine et d’en faire son usine à tout faire. La super-Puissance força la reste du monde à la suivre.
Aujourd’hui retour en arrière, taxes douanieres, le protectionisme car la puissance américaine le veut, America First.  Avec un deficit énorme (130 milliards d’exportations contre plus de 500 d’importations avec la Chine uniquement) les Etats Unis (ou le loup affamé du conte de la Fontaine) n’ont rien à perdre.
Il me semble qu’ un petit retour en arrière ne fera pas de mal à la folle mondialisation que nous vivons, mais au final dans les relations internationales la raison du plus fort est toujours la meilleure.

le-20loup-20et-20l-20agneau

.


Les buts au Mundial politique 2018

14 juin 2018

Résultats du Mundial politique 2018

Il fut un temps où le foot était tout sport, les politiciens l’ont politisé dans leur pur intérêt , et aujourd’hui avant l’ouverture du Mundial 2018 en Russie, ils se comportent en footballeur et essaient de marquer des buts  (but dans les 2 sens du terme) politiques.

what-is-a-goal .
Voici donc les derniers resultats:
– Trump – G6 : 6-0

Trump a reussi à les mettre au pilori, prouvant que Markel, Macron, May, Conti , plus les arriéres de l’Union Européene se comportent en joueurs individuels et ne sont en aucune manière une Equipe.

Trump – Trudeau :1-0
T contre T ou Tete contre Tete, c’ est simple, Justin cherche tout simplement à impresssionner ses spectateurs, pas à combattre sur le terrain car l’adversaire est trop fort.

Trump- Kim : 1-1
Bon résultat, tout les spectateurs mondiaux sont satisfait et souffler un peu, à la prochaine ….

Macron- Giuseppe Conte: 0-0
Guerre psychologique , chacun critique l’autre pour prouver à ses partisans qu’il fait bien le boulot, mais en tête à tête on se serre les mains.

Poutine – reste du monde: 3-0
Gros succés de Poutine, oublié l’annexion de la Crimée, les tensions en Ukraine, le tout pouvoir en Syrie, bienvenue à Moscou.

Israel – Iran: 1-0
Bibi reussit son pari et montre que l’Iran en Syrie est en hors-jeu. Reste à savoir si l’arbrite Poutine l’acceptera.

 

Pas mal de but à ce mundial politique 2018, et maintenant passons aux vrai sport, aux buts qui font rêver:  Gooooaal !

 

 


La photo du jour, l’impuissance des six contrains

9 juin 2018

Photo symbolique du G7, Trump assis, tous les autres debout, tous impuissants face au G1, tous isolés face à T1, six contrains , impuissants.

trump-g7-6


Le mot du jour, sur le dernier G7

8 juin 2018

Comment  définir ce dernier G7 qui se tient à ou au Quebec ?

G7 six contre 1 ou six contraints.

Les 2 definitions sont vraies mais la seconde semble plus proche de la réalité géo-politique et économique du monde.

logo-du-sommet-du-g7-au-quebec_0

N’oublions pas aussi que ce sommet se tient à La Malbaie, lieu priviligié de l’ours noir (Ursus americanus) , le seul probléme est que Trump est un ours blanc (Ursus maratimus), mais noir ou blanc  notre ours est affamé  ….. nos six compères sont donc une proie de choix.

 

 

 


Je suis malade complètement malade. Qui suis-je ?

6 juin 2018

On estime que 5000 milliards de sacs en plastique sont consommés chaque année dans le monde.
Donc chacun de nous consomme 5000/8 milliards d’habitants = 625 sacs par an.
Terrible, décourageant, depuis ma naissance au siécle dernier la production de plastique a dépassé celle de tous les autres matériaux.
Le monde est malade de sa consommation de plastique.
Nos océans sont envahis, nos canalisations bouchées, et on retrouve des particules dans nos assiettes de viandes et poissons, dans l’eau de nos robinets.

4bf1f9c47c_121804_contamination-eau-bouteille-plastique

Et on me demande de recycler ma bouteille d’eau minérale alors qu’il faudrait recycler nos politiciens et producteurs. Ce sont eux les véritables pollueurs.

Je suis malade complètement malade. Je suis la Terre.

La solution ce n’est pas le recyclage, c’est de consommer moins de bouteilles en plastique, de pailles, de sachets au super et ailleurs, privilegier le verre et le papier, réutiliser son esprit de smart-consommation, sinon ce sera notre estomac fragile qui servira de recycleur.


Un homme, de Roth à Camus

4 juin 2018

Roth a 73 ans lorsqu’il publie « Un homme ».
Un homme, c’est vous, c’est moi, c’est l’experience du corps humain de la naissance à la mort. Retrospective:

24roth-guide-image-popup

La mort …..

Le plus accablant, c’est de constater une fois encore la réalité écrasante de la mort.


mais auparavant …..

« Le terme de l’échéance te laisse tout loisir de t’angoisser quant à la catastrophe ultime! »

« 22 ans s’écoulèrent, 22 ans sans croiser l’adversaire qu’est la maladie, ni la catastrophe qui guette en coulisses ». On peut donc continuer à jouir de la vie.

La mélodie du bonheur …….

« Ils avaient passé un mois fabuleux à se baigner, à marcher, et à faire l’amour en toute liberté à toute heure du jour. Ils traversaient la baie à la nage pour gagner une chaine de dunes à l’abri des regards, et ils baisaient sous le soleil, puis se tiraient de leur torpeur, enfilaient leurs maillots et retraversaient la baie pour ramasser sur les rochers des grappes de moules qu’ils rapportaient dans un petit seau plein d’eau de mer et mangeaient le soir même. »

mais l’age faisant ….

« Il faut prendre la vie comme elle vient. Tenir bon, et prendre la vie comme elle vient. Il n’y a pas le choix. »

« C’est la douleur ou toi qui commande, choisis. »

« A moins que le meilleur de la vieillesse ne soit justement cette nostalgie de l’enfance. »

On retrouve donc dans ce roman les thémes récurrents de Roth, sexe, vieillesse, et religion bien sur…...

« Il avait cessé de prendre le judaisme au sérieux dès l’age de 13 ans. »

« La Religion était une imposture qu’il avait démasquée très tôt dans sa vie; elles lui déplaisaient toutes; il jugeait leur folklore superstitieux, absurde, infantile; il avait horreur de l’immaturité crasse qui les caractérisait, avec leur vocabulaire infantilisant, leur suffisance morale, et leurs ouailles, ces croyants avides.
Ce n’était pas lui qui serait dupe de ces balivernes sur la mort et sur Dieu, ou de ces fantasmes de paradis d’un autre âge. Il n’y avait que le corps, né pour vivre et mourir selon des termes décidés par les corps nés et morts avant nous. »

Avec « Un homme » Roth a touché juste, là precisement sur ce qui nous terrifie tous: la mort, mais en attendant dit-il vivons, prenons notre sort en main, avec courage et sans le parapluie des superstitions et religions.
J’ai l’impression de retrouver Albert Camus.