Des gens trés bien

6 mai 2012

Si nous ne sommes pas coupables des actes de nos pères et grands-pères, nous restons responsables de notre regard.
Alexandre Jardin a le courage de « tirer » sur son grand père, le « Nain Jaune », chef de cabinet de Laval le matin de la rafle  du Vel d’Hiv, le 16 juillet 1942.
Voici ses definitions des gens trés biens


Des gens trés bien,
Des gens trop habitués à congedier le rèel,
Des gens qui ont l’habitude de s’exhiber pour se cacher, 
de mettre du plein soleil la il y avait eu trop de nuit et de brouillard.
Des gens préferant le refuge du flou à l’horreur de la netteté,
Comme des millions de familles francaises anxieuses d’ouvrir les placards moisis de la collaboration.

C’est la peut être ce qu’il y a de plus diabolique: les collabos ne furent pas diaboliques , mais des gens trés bien, dotes de vertus morales solides.
La criminalite de masse reste par definition le fait d’hommes éminemment moraux.
Pour tuer beaucoup et discriminer sans remords, il faut une ethique.

J’ai fini par admettre avec terreur qu’il y a chez tout homme, ou presque, un invicible besoin de rester un type bien à ses propres yeux.

Un livre à lire à tout prix, d’ailleurs il a obtenu le prix des lecteurs 2012.
A suivre……demain.


Raymond Samuel alias Raymond Aubrac: la judéité m’a rattrapé avec les nazis

12 avril 2012

Grande figure de la Résistance, Raymond  s’est éteint à l’age de 97ans.

De son vrai nom Raymond Samuel, Raymond Aubrac est né le 31 juillet 1914,  dans une famille juive au debut de la 1ere Guerre mondiale  et  a étè grand resistant  durant la Seconde.
Raymond Aubrac était l’une des dernières personnalités de la Résistance à avoir connu Jean Moulin
Je retiens son desir de ne pas reafficher  son nom juif après la guerre comme beaucoup d’autres juifs francais. Pourquoi ce besoin,  pourquoi cette peur, pourquoi cette fuite ? Retour sur une enfance:

« Je suis né à Vesoul, en Haute-Saône, d’où mon père était originaire. Mais toute ma famille vient des environs de Metz. J’ai une lignée d’ascendance dans cette région depuis 1780. La famille de ma mère, elle, vient de Suisse. On a dit que mes ancêtres étaient de Pologne, en réalité, on n’en sait rien. C’était une idée de Lucie. Enfant, je n’ai jamais éprouvé de sentiment religieux, la judéité m’a rattrapé avec les nazis. Mon père respectait les fêtes juives, il m’a traîné un certain nombre de fois à la synagogue. Mais ça n’a jamais été au-delà « .

PS: je tiens à preciser que mon interet sur le sujet porte la judéité de Raymond, et pourquoi il n’est pas revenu apres la guerre à son nom d’origine.
L’histoire de ce résistant, son attache au parti communiste, ses prises de positions plutot anti israeliennes, et surtout les accusations non prouvèes du nazi Klaus Barbie le mettant en accusation dans la polemique de Caluire sont trop complexes.
Je présente une facette de Raymond, et je m’apercois que mille et une autres ne suffiraient pas pour percevoir l’homme et sa complexité.
J’ai même considerer effacer ce post mais sa phrase émotionnelle « la judéité m’a rattrapé avec les nazis » m’en empêche.


Qu’est ce qui a changé ce Pessah 5771 ?

17 avril 2011

60 ans que je fête Pessah bon an- mal an, d’abord enfant avec mes parents, puis parent avec mes enfants.
60 ans, cela me ramène d’abord aux années 50 , juste après l’horreur ou l’on t’envoyait au four parce que tu avais un proche ou lointain parent juif, puis j’ai vécu l’antisémitisme des francais du Maroc qui se sentaient supérieurs aux « indigènes » juifs ou arabes.
Les années 60 c’est le réveil arabe, le pan-arabisme avec Nasser ou il fallait se cacher lorsqu’il venait en visite au Maroc, et surtout malheur à celui qui osait portait une chemise blanche sur un jean bleu.
Les années 70 ont été le début cette longue poursuite européenne contre tout ce qui touchait à Israel. Israel et les Juifs étaient responsables du prix du pétrole et de l’inflation mondiale. Il fallait être de gauche, détester le juif que l’on commençait à amalgamer avec Israel.
Puis la force du pétrole montante inversement à la faiblesse de l’Occident, cet antisémitisme est devenu l’ apanage du monde arabe, du monde musulman, des pays d’Afrique. Il fallait un bouc émissaire: Israel.
Depuis le nouveau millénaire, il ne serait pas faux de dire que sur terre 1 milliard et demi de musulmans et bien d’autres -pas tous mais à 99.99%- ne veulent que la disparition d’Israel, comme si tous les malheurs de cette Terre disparaîtront magiquement si Israel venait à disparaître.
Donc je reviens à ma question: qu’est ce qui a changé ce Pessah , eh bien rien, c’est même pire. Si dans les années 50 il y avait 100 millions top qui en voulaient aux Juifs, aujourd’hui il y a au minimum 2 milliards qui focusent sur un petit peuple qui a subi les foudres de l’homme depuis qu’il a osé exister et prendre son chemin sans demander l’avis des autres.

Donc rien n’a changé sur Terre, l’Homme est toujours le même, uniquement maquillé par ses technologies, mais au fond c’est le même Homme, celui des inquisitions et expulsions d’Espagne, le même que celui des pogroms de Russie.
L’Homme par ses mauvais instincts ressemble à ces mauvaises herbes que l’on a beau retirer du jardin et qui repoussent après la pluie. Ainsi chaque génération se crée son Juif et l’histoire se répète.
Pessah 5771 est identique à Pessah 5711 qui m’a vu naitre et sera identique à Pessah 6061: je ne serais pas la, mais il est fort à parier que mes arrières-arrières petits enfants le fêteront avec la même réponse.

Hag Sameah.


Sex et Juif analysé par Google ( Books Ngram Viewer )

26 décembre 2010

Mené par des chercheurs de Harvard, des employés de Google et un informaticien du Massachusetts Institute of Technology, le projet Books Ngram Viewer vise à «permettre l’étude de tendances culturelles de manière quantitative» . Et ce n’est pas moins de 5,2 millions de livres numérisés, ou environ 4 % de toutes les oeuvres publiées depuis l’invention de l’imprimerie qui ont été analysés. La majorité est en anglais mais l’échantillon français s’élève tout de même à 45 milliards de mots.

Il suffit de saisir le ou les mots à analyser pour que l’outil sorte instantanément leur fréquence, c’est-à-dire la proportion de tous les mots écrits dans des livres.

J’ai fait un essai sur 2 mots, 2 mots courants me sont venus à l’esprit SEX et JUIF, le résultat est épatant!
D’abord on remarquera que le mot sex est utilisé d’une manière constante et continue dans la litterature depuis l’an 1800 à nos jours. Les générations se succèdent et le sex prend la même valeur chez les nouvelles générations, toujours égal à lui même dans la mémoire/litterature humaine.

Par contre on remarquera la montée du mot JUIF multiplié par 10 entre 1800 et l’an 2000 !
Ce graph de Google est incroyable, on voit des pics vers 1890 – l’affaire Dreyfus -, une hausse entre 1920 et 1945 – camps de concentrations obligent -, le besoin d’oubli entre 1945 et 1960 , mais depuis et à ce jour c’est une montée expentionelle du terme JUIF avec des pics particuliers pour 1973 (guerre de Kippour), 1982 (1ere guerre du Liban) et 1991 (1ere guerre du Golf ).
Oui l’analyse purement scientifique de Google ne fait que traduire un état d’esprit et un antisémitisme en hausse continue dans le monde et ce à travers la lentille de la littérature.
D’ailleurs si je ne me trompe pas 45 milliards * .002% est équivalent à environ 10 millions de citations du mot JUIF, un peu trop pour un peuple de seulement 12 à 15 millions de personnes.

——————— appuyer sur le graph pour l’ agrandir —————–

L’outil nommé Books Ngram Viewer, est accessible à l’adresse www.ngrams.goo glelabs.com


 » Pays arabes, vous perdez vos chrétiens, après vos juifs « 

18 décembre 2010

Robert Solé.


Qu’avez-vous fait pendant la seconde guerre mondiale ?

14 septembre 2009

Extrait de l’entretien de Willy Ronis:

D’abord, la « drôle de guerre », comme les hommes de mon âge. Ensuite j’ai fui Paris où, parce que juif, j’étais en danger. Ma mère a refusé de bouger, et en dépit de l’antisémitisme de la concierge, elle n’a pas été déportée. La concierge n’était pas une dénonciatrice. Moi, j’ai passé la ligne de démarcation en 1941, près de Loches. J’ai bien failli échouer. Je suis allé à Nice et à Cannes.

Je n’ai pas un souvenir très précis de toute cette époque. Je survivais en faisant de petits travaux. Et j’ai enseigné. L’enseignement, je l’ai vraiment aimé plus tard, dans les années 1970 quand j’enseignais la photo à Aix-en-Provence et aux Beaux-Arts d’Avignon.

sa chance, notre chance

sa chance, notre chance

J’ai choisi cet extrait de l’entretien au Monde du photographe humaniste Willy Ronis, décédé à l’âge de 99 ans car il a échappé par chance au sort de 6 millions de frères Juifs, chance sans laquelle nous aurions été tous privé de l’oeuvre d’un génie de la photo. Sa chance c’est notre chance !

le petit parisien - 1952