Chacun pour soi ou du G20 au 20 G1

Il y a un an, en avril 2009, les dirigeants du G20 tenaient, à Londres, leur deuxième réunion. Ils s’engageaient à rejeter le protectionnisme, à renforcer les organismes financiers mondiaux et à muscler la supervision, notamment en étendant « la réglementation et la surveillance à tous les instruments, les marchés et les institutions financières d’importance systémique ».

Un an après, où en est-on ?

Le protectionnisme a été évité de justesse. Le Fonds monétaire international (FMI) a  vu son autorité et ses moyens renouvelés.

Hormis la mise sous surveillance des paradis fiscaux et l’encadrement – relatif – des bonus des banquiers, rien n’a abouti.

Nul ne sait comment calculer les risques, ni vraiment dresser la liste des banques  « dangereuses », ni fixer les normes d’un système financier mondial concurrentiel mais équitable. En gros, la régulation bancaire internationale est inexistante.

Le constat est donc clair : un an après le sommet de Londres, nous sommes sur la même longueur d’onde qu’en septembre 2008,  la règle est au chacun pour soi et le même scénario catastrophe peut se reproduire à un Madoff près.
Du G20 nous voila donc au 20 G1.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :