Wall Street ou le mega Madoff

21 janvier 2009

La technique de Madoff était d’ utiliser les fonds de ses nouveaux clients pour rémunérer les anciens.
Les actions en bourse utilisent le même système, si il y a de nouveaux clients (acheteurs) c’est a dire une plus grande demande l’action monte et l’on utilise cette valeur ajoutée pour payer les anciens (vendeurs).
Tout Wall Street est basée sur le même système, depuis quelques années il y a toujours eu plus d’acheteurs, plus de demande, chacun y amenant ses proches, ses amis, ses relations commerciales et ses fonds de retraite.
Un beau jour la confiance a disparue et il n’y a pas eu de valeur ajoutée.
Ceux qui sont sortis a temps ont gagnés, les autres se sont retrouvés sur le carreau un peu comme les clients de Madoff, a la difference qu’avec Madoff on perd “tout”, avec Wall Street on perd “presque tout”.

madoff

madoff

Condamner Madoff ? Il faudrait donc condamner tous les Madoff-Wall Street, Paris, Londres, tous les boursiers/banquiers du monde.
Wall Street est un mega Madoff. Madoff peut dormir en paix.


Un petit conte/compte sur la crise des Subprime

1 octobre 2008

La chute des valeurs a Wall Street et les faillites déjà de plusieurs grandes banques d’investissements ont/auront une incidence sur chacun de nous a travers le monde, que ce soit a travers les fonds de retraites et de pensions que chacun possède ou a travers les fonds investis en commun dont on ne connait ni le nom, ni la valeur aujourd’hui ou encore par ses conséquences a venir sur le marche du travail, du credit , des logements et matières premières .

C’est a mon avis l’evenement le plus marquant sur le plan international au XXIeme siècle avec/avant/après le 11 septembre.
Comment l’ « Al Quaida économique » nous a surpris a tous un beau jour de septembre 2008 ?

Les causes sont ramènent a ce que l’on appelle les subprimes ou en d’autres mots les prêts hypothécaires accordés a des personnes a faible revenu.
On a accordé a des millions d’americains des prêts hypothécaires a bas taux au départ, et les taux devaient augmenter par la suite.
Prenons en exemple la famille Dupond de Georgie (pas celle qui intéresse Poutine!) qui recoit un prêt pour l’achat de sa maison, disons 100,000 $ pour mieux comprendre le processus.
Au bout de 2-3 ans la valeur de la maison vaut 150, 000 $ ,et c’est sur cette base que l’on a accordé a la même famille jusqu’a 50,000 $ supplémentaires pour s’acheter une voiture ou tout autre achat a credit. Et l’on a pris pour garantie cette même maison!.

Les taux d’ intérêts montent et notre famille Dupond ne peut payer ses mensualités. On lui reprend la maison qui est vendue aux enchères pour rembourser le prêt. Mais voila: il n’y a pas une famille Dupont, il y en a 1-2 millions dans le même cas et personne pour vouloir racheter les maisons dont la valeur chute de semaine en semaine et très rapidement.

Pour les Dupond c’est simple on envoie par courrier la clé a la banque et le compte est fini.
Mais les banques hypothécaires elles, ont vendu au départ ces avoirs a d’autres banques a un taux superieur de 0.5 a 1% aux bonds d’Etat. Tres attractif pour les banques qui investissent sur des fonds de retraites. Ces banques sont américaines mais aussi francaises, suisses ou israéliennes. Plus personne ne veut de ces avoirs qui sont douteux quand a leur rendements et donc n’ont plus de valeur boursière. Personne n’en veut. Imaginons 5 millions de prets a 100,000$ et nous voila avec un ballot 5,000,000,000,00 = 500 milliards de dollars!!!!

De plus les banques ne se font plus confiance pour se prêter entre elles de l’argent – élément capital du systeme bancaire – car chacune soupconne les autres d’avoir une partie du magot defectueux, donc lui preter c’est courir le risque de ne pas être remboursé du tout . Le systeme est bloqué.
La interviennent les banques centrales qui sont prêtent a consentir des rets d’urgence a un système qui manque de liquidités.
Mais le taux directeur des banques centrales est élevé et les banques ne peuvent se permettre d’emprunter a 4 ou 5%. Donc essoufflement total.

Ce qui arrive a Wall street s’est produit en Israel – a une échelle moindre bien entendu – dans les annees 80 lorsque les banques accordaient des prêts au clients pour acheter des titres en bourse de ces memes banques. La bourse a flambé , puis s’est essoufflé , les valeurs boursieres sont tombées, et les clients ne pouvaient donc plus rembourser les banques. Tout le monde a pris peur et les actions bancaires se sont effondrées. C’est l’Etat qui a acheté ces banques , les plus grandes du pays! et ce n’est que ces dernières années – 20 ans après! -que l’ Etat les a revendues a des privés.

C’est le même scénario qui nous attend si le Congres Americain decide du plan de sauvetage de 750 milliards de dollars.
Et tout ne sera plus la même chose sur la planète , mais la c’est déjà un autre conte.


Merci a tous ceux qui ont proposé d’aider Wall Street

19 septembre 2008

Merci a tous ceux qui ont proposé d’aider Wall Street. Aujourd’hui on lui a transféré quelques liquidités et çela lui a redonné du souffle.Vous le sentirez demain a la bourse de Paris et de Zurich.

Mais soyons sérieux, cette crise est trop grave pour plaisanter.
Ce n’est pas une crise de devises comme nous l’avons toujours connue dans le passé. Elle touche toutes les banques du monde qui ont investi nos économies sans nous en avertir dans des grandes banques hypothécaires.
Votre banque même si vous ne payez pas votre hypothèque mensuelle vous et des milliers d’autres ne s’effondrera pas , ce sont des peanuts. Elle risque de s’effondrer a Tokyo ou a Casablanca si votre banque s’est risquée a miser sur ces grandes banques hypothécaires telle que Lehman Brothers.
Il y a donc pour ces banques un manque de liquidités et il y a danger avec effet domino puisque chaque banque investit et reçoit dans des centaines d’autres banques et marchés financiers.

Les Banques Centrales ont donc fourni des fonds – de l’oxygene – pour que le systeme reparte. Jusqu’a quand ? le calme semble lointain, mais il s’agit d’arreter les turbulences.
Aujourd’hui nous n’avons plus affaire aux banquiers traditionnels qui recoivent de X et le prêtent a Y.
Aujourd’hui c’est le casino mondial avec comme meneurs les Américains,
avec des systemes égoistes et ensuite de plus en plus impossibles a analyser et a comprendre. C’est la mondialisation sans égard et moralité. On va meme jusqu’a parler d’intégrisme de marché.

Que faire ? Tenez vous tranquilles car l’alternative est catastrophique.
Si chacun va retirer son petit magot pour le mettre dans son bas de laine (« Balatot » pour qui comprend l’hebreu) , alors la c’est tout simplement 1929, pardon 2008!

Restez tranquille et l’on revient a la question d’hier « Ou peut-on envoyer de l’argent pour aider Wall Street? « 


Ou peut-on envoyer de l’argent pour aider Wall Street?

19 septembre 2008