Les quatre saisons du monde arabe

28 avril 2011

Nous avons eu droit au printemps tunisien avec un petit espoir de démocratisation et de libertés, ensuite à l’été égyptien avec un président emprisonné, puis à l’automne libyen avec un Kadhafi luttant pour sa survie dans les déserts et pour terminer l’hiver syrien des massacres.
On est bien loin de l’harmonie des concertos des quatre saisons de Vivaldi:

Voici le Printemps,

Que les oiseaux saluent d’un chant joyeux…..

Sous la dure saison écrasée de soleil,

Homme et troupeaux se languissent…..

Par des chants et par des danses,

Le paysan célèbre l’heureuse récolte…..

Trembler violemment dans la neige étincelante,

Au souffle rude d’un vent terrible……


La réalité du monde arabe est moins harmonique: un président s’enfuit, l’autre est emprisonné , le troisième combat pour sa survie et le dernier prends les devants en massacrant.

Et j’oublie le chef d’orchestre qui a bien su organiser ce début de concert mais aujourd’hui se cache derrière l’orchestre: Barack Obama.