Variations sur le songe d’une nuit d’été 1982 entre Christine (Ford) et Brett (Cavanaugh)

30 septembre 2018

Laissons le FBI enqueter une courte semaine sur ce qu’il y a eu ou n’a pas eu entre Christine Ford et Brett Cavanaugh . Une nuit d’été de 1982 si lointaine ou Christine agée de 15 ans prétend avoir subi un assault sexuel de la part de Brett agé de 17 ans.
Les deux nous ont convaincu à l’audition du Sénat. Christine est sur à 100% que Brett l’a agressé. Brett lui est certain qu’il s’agit d’une erreur, que ce n’était pas lui ce soir de l’été 1982.
Comment donc concilier ces 2 thèses diamétralement opposées, la sûre et le certain.
Voici donc quelques variations sur ce qui a pu se passer ce soir d’été 1982.

the-tempest-production-photos_-2017_-barbican-theatre_2017_photo-by-topher-mcgrillis-_c_-rsc_222875

Variation A: Christine 15 ans adolescente admire Brett plus agé qu’elle. Elle n’ose pas l’accoster` et se met à rêvasser et fantasmer du grand Brett, fantasme où elle s’imagine que Brett essaie de la deshabiller. Ce fantasme impregnera Christine qui se convaint que c’est vrai et donc, c’est elle qui ne desire pas Brett.
Pendant plus de 30 ans Christine s’est convaincu que c’était vrai, ce ne peut être autrement.

Variation B: Christine 15 ans admire Brett 17 ans mais elle n’ose pas l’approcher, et un soir d’été 198, elle se fait draguer par un garçon qui n’est pas mais lui rappelle Brett.
Le zombie copie de Brett l’agresse ce soir là. Christine s’echappe traumatisée et ne pense qu’à Brett, oui ça ne peut être que Brett.

Variation C: un soir d’été 1982, Christine et Brett se rencontrent dans une surprise party. Brett boit une biére, deux bieres…. et se sent plutot saoul, il essaie de deshabiller Christine, elle s’echappe, et lui s’endort et à son reveil, gueule de bois mais aucun souvenir de ce qui s’est passé, black-out.

Variation D: un soir d’été 1982, nous sommes dans la logique des relations hommes/femmes de l’époque apres mai 68, à une surprise party tout est permis, on fume du hash et on oublie ensuite ce qui se passe, donc ce qui s’est passé (si il s’est passé quelque chose) entre Christine et Bratt est oublié par eux d’abord, puis la marque du temps : l’oubli. On se souvient d’un evenement mais on (se) brode les détails.

Revenir en arriére, rien de plus compliqué pour un cerveau humain qui se souvient d’un élement majeur et tout le reste n’est qu’imagination.