Le jeudi noir du secret bancaire ou la solution suisse.

20 février 2009

Aux USA, UBS -le fleuron de la finance mondiale- est traitée comme un organisme criminel parce qu’elle prospérait en expliquant comment frauder le fisc américain.
La menace implicite de la suspension de la licence bancaire de l’UBS aux États-Unis a contraint UBS l’une des plus grandes banques de la planète à violer le secret bancaire et fournir les noms et avoirs de 300 noms de ses clients et l’on parle même de 52000 noms américains qui auraient des comptes à l’UBS.

La « solution suisse » c’est la pratique illégale et le langage codé ou 1 noisette équivaut a 250,000$, un oiseau 1 million $, l’ orange c’est l’euro, et le vert la livre sterling.
Les banques suisses ont tiré on le sait de ces méthodes depuis plus d’ 1 siècle de très très grands bénéfices, la Suisse a vécu de l’ évasion fiscale.

Ne cherchez pas la morale, d’ailleurs UBS a trahi, puisque pour se protéger il dénonce ces mêmes clients qu’il était censé diriger, conseiller et orienter. C’est une honte et c’est aussi une trahison.
Cela me rappelle les passeurs de frontières qui moyennant finances vous aident à traverser cette frontière et vont ensuite vous dénoncer.

la solution suisse

la solution suisse


La question suivante est le principe du secret bancaire – inviolable disait on – , qu’en deviendra t ‘il ?
Je crois que le secret bancaire sert plutôt les paradis fiscaux, la Suisse, le Luxembourg, le Liechtenstein
et les gangsters, maffieux ou terroristes, mais pour vous et moi qui n’avons rien a cacher cela n’a pas trop d’importance.

Apres la chute des bourses, après Madoff, voici UBS : un nouvel ordre financier est tout doucement en train de s’installer.