Je suis malade complètement malade. Qui suis-je ?

6 juin 2018

On estime que 5000 milliards de sacs en plastique sont consommés chaque année dans le monde.
Donc chacun de nous consomme 5000/8 milliards d’habitants = 625 sacs par an.
Terrible, décourageant, depuis ma naissance au siécle dernier la production de plastique a dépassé celle de tous les autres matériaux.
Le monde est malade de sa consommation de plastique.
Nos océans sont envahis, nos canalisations bouchées, et on retrouve des particules dans nos assiettes de viandes et poissons, dans l’eau de nos robinets.

4bf1f9c47c_121804_contamination-eau-bouteille-plastique

Et on me demande de recycler ma bouteille d’eau minérale alors qu’il faudrait recycler nos politiciens et producteurs. Ce sont eux les véritables pollueurs.

Je suis malade complètement malade. Je suis la Terre.

La solution ce n’est pas le recyclage, c’est de consommer moins de bouteilles en plastique, de pailles, de sachets au super et ailleurs, privilegier le verre et le papier, réutiliser son esprit de smart-consommation, sinon ce sera notre estomac fragile qui servira de recycleur.


Connaissez vous Nick Gentry ?

4 octobre 2011

Faisant partie d’une génération qui a grandi entouré par les disquettes, les cassettes VHS, et les polaroids, Nick Gentry s’est inspiré de l’impact sociologique d’une nouvelle culture internet.
Ses portraits utilisent une combinaison de ces médias obsolètes. Il utilise ces disques anciens comme canevas.
Ces artefacts sont combinés pour créer des identités reliées aux informations personnelles qui sont à jamais verrouillées en dessous de la peinture.
Et Nick Gentry de poser la question:
Est-ce que les humains seront toujours compatible avec notre propre technologie ?

Et dire que moi idiotement j’ai fini par jeter mes disquettes non sans avoir effacé toute information personnelle et brisé le disque en deux. Pas vous ? N’est pas artiste qui veut. Allez vite sur son site, un régal.
Puis si vous avez quelques vieux disques ou disquettes, n’hésitez pas à les lui envoyer. Nick Gentry essaie d’utiliser des objets qui sont parvenus en fin de cycle utilitaire.