Rattrapées par le bas, distancées par le haut, les classes moyennes sont les seules à faire les frais depuis vingt ans des évolutions de la sociétè

27 janvier 2012

Definissons la classe moyenne comme les 60% de la population se situant entre les 20% les plus modestes et les 20% les plus aisés.

Les classes moyennes ont l’impression d’être les grandes perdantes: de plus en plus dépassées par une petite minorité d’ultrariches qui, selon l’expression du journaliste Thierry Pech (Le Temps des riches, Seuil), a fait « sécession » d’avec le reste de la société; ne bénéficiant pas des aides et allocations qui permettent aux plus pauvres de garder la tête hors de l’eau. « Rattrapées par le bas, distancées par le haut, les classes moyennes sont les seules à faire les frais depuis vingt ans des évolutions de la société française », soutient Laurent Wauquiez dans son ouvrage (La Lutte des classes moyennes, Odile Jacob), qui pointe « un contrat social à bout de souffle ».  

Ainsi, en France, 37% des plus de 50 ans estiment vivre mieux que leurs parents, contre 30% des 35-50 ans, et seulement 25% des moins de 35 ans. Mais vu par leur complement cela veut dire que 75% des moins de 35 ans vivent moins bien que leurs parents et c’est à mon avis un aspect tragique mais bien reel.

Les classes moyennes en ont conscience: elles seront peut-être les dernières pour qui l’ascension sociale fut un phénomène automatique. D’où le rapport très particulier qu’elles ont à la génération suivante: 55% des Européens se déclarent préoccupés pour l’avenir de leurs enfants, et 70% d’entre eux font déjà des sacrifices pour 

Pour la première fois en période de paix, la situation globale de la jeune génération est moins favorable que celle de ses parents, et cette situation pourrait perdurer. » Le mode de vie des Trente Glorieuses semblait voué à prospérer: accès à l’université, salaire mensualisé, propriété du logement, vacances, acquisition d’une automobile, retraite… Mais, constate alors Chauvel, pour une partie de ces nouvelles classes moyennes, cette évidence est battue en brèche. Une découverte d’autant plus difficile à admettre.

PS: les résultats de l’enquête de l’Observatoire Cetelem/TNS Sofres, sur leurs priorités dans 12 pays européens de l’Ouest et de l’Est sont plutot barbants à analyser mais si ca vous dit les voici