Charlotte Lewis, Roman Polanski ou c’est BHL qui fixe la règle du jeu.

16 mai 2010

Il y a des personnes à qui l’on ne pardonne rien et il y des personnes à qui on pardonne tout.
Je suis outré de voir BHL et Compagnie les cinéastes, des gens au dessus de tout soupçon publier sous la plume de BHL et sur son site qui s’intitule ironiquement la Règle du Jeu, un appui inconditionel à Polansky.
La petition mais surtout la conclusion de cet appui est dépourvue de toute considération envers une victime qui avait à l’époque 13 ans, actuellement il y a une seconde qui avait 16 ans et qui sait…. peut être qu’avec le temps d’ autres se réveilleront et se plaindront.

J’ai donc substitué 2 mots dans la pétition de BHL,
homme par femme et absent par violeur;
Je crois que la seconde version conviendrait mieux à la réalité, les voici:

version 1
Le festival 2010 commence dans quelques heures. Il reste donc quelques heures pour dire, avec force, qu’un homme, dans ce nouveau Festival, quel que soit l’éclat des films qui y seront présentés, brillera par son aveuglante absence : Roman Polanski.
Bernard-Henri Lévy

version 2
Le festival 2010 commence dans quelques heures. Il reste donc quelques heures pour dire, avec force, qu’une femme, dans ce nouveau Festival, quel que soit l’éclat des films qui y seront présentés, brillera par son aveuglant violeur : Roman Polanski.
à Bernard-Henri Lévy

Que faire ? sur son site c’est BHL qui fixe la règle du jeu !


Roman Polanski, le fugitif, le pardon, la colère et le châtiment

30 septembre 2009

Les faits: en 1978, Roman Polansky avait plaidé coupable « d’abus sexuel sur mineur » et signé un acte de reconnaissance de culpabilité. Il avait alors été remis en liberté en attendant son jugement. Mais pris de panique, il avait fuit les Etats-Unis au cours du procès et n’y a, depuis, jamais remis les pieds.

L’histoire était tombée aux oubliettes. Alors pourquoi y revenir 32 ans plus tard? Polanski doit-il être absous de par son prodigieux talent pour le cinéma.?

Dans cette affaire comme dans beaucoup d’autres dans la vie,  pour beaucoup d’entre nous tout est blanc ou noir, on est pour ou on est contre, on pardonne tout ou on ne pardonne rien, et le chatiment n’est que la conséquence de notre parti pris.

Et peu importe que l’on soit Ministre de la Culture ou Madame Potin, ceux qui pardonnent  qualifient l’arrestation du  cinéaste d’« absolument épouvantable«  , « pour une histoire ancienne qui n’a pas vraiment de sens«  ( Francois Mitterand), la victime « avait 13 ans mais en paraissait 25«  ( le réalisateur Costa-Gavras), les antécédents de sa vie, « sa mère est morte dans un camp de concentration« , « sa femme l’actrice Sharon Stone  a été sauvagement assassinée« , « la fille (de 13 ans) n’était pas vierge!«  et les Woody Allen et  David Lynch se pressent de signer une petition pour demander sa libération.

Les autres en colère répondent « si la victime était votre  fille, seriez vous  toujours aussi arrogants« , « sodomie et viol sur mineure« , « Polansky avait 45 ans au moment de son délit, ce n’était pas un enfant écervelé « , il s’agit ici d’un adulte qui s’est attaqué à un enfant, et de plus le réalisateur n’a «jamais formulé d’excuses à l’encontre» de Samantha Geimer la victime, « le  président Clinton a  expié  pour bien moins« .


Le châtiment qui se fait attendre nen devient que plus terrible  (Eschyle)

Le châtiment qui se fait attendre n'en devient que plus terrible (Eschyle)

Polansky a fui, c’est un fugitif.  Il a  eu droit au pardon de tous les pervers  politiciens/comediens.  Il a aussi eu droit à  la colère de tous ceux qui veulent et réclament justice et égalité pour tous.  Et au delà il y a le châtiment, le fait pour un homme, aujourd’hui âgé de 73 ans  et de renommée  internationale, de se retrouver derrière les barreaux  doit être ressenti comme un châtiment.