Philip Roth et John Rankin, les regards de l’écrivain et du photographe sur la femme

18 mai 2010

J’ai remarqué que la plupart des femmes ne sont pas sures de leur corps, même lorsque elles sont en tout point adorables.
Elles ne le savent pas toutes. Il faut être un certain type de femme pour le savoir. La plupart se polarisent sur un détail qu’elles jugent a tort disgracieux. Souvent elles cherchent à cacher leurs seins. Il y a la comme une honte dont l’origine m’échappe, et il faut les rassurer longtemps pour qu’elles aient plaisir à les montrer, plaisir à ce qu’on les regarde. Même celles que la nature a le plus gâtées.

Philip Roth, la bête qui meurt

Pour animer Philip Roth quoi de mieux que John Rankin. Son approche joyeusement érotique du corps féminin l’a sacré photographe des stars et nouvelle star de la photographie. Je vous convie à voir son site. Quant à Philip Roth tout les subjonctifs ne suffiraient pas à le classer, l’un des 4 principaux auteurs américains vivant, l’un des grands auteurs juifs américains….., j’ai avalé son roman envoûtant en 48 heures sur un homme à l’orée de sa vieillesse qui découvre sa dépendance sexuelle. Un chef d’oeuvre, un autre de Philip Roth.

John Rankin et Philip Roth, 2 hommes, l’un a 40 ans, l’autre presque le double, et un même regard – celui de l’écrivain ou celui du photographe – sur la femme.


Ma dernière bouteille de vin

18 décembre 2008

Voici ma dernière bouteille de vin, non ne vous inquiétez pas je vais bien et ce n’est pas demain qu’on me pendra . Mais avec émotion et tristesse j’ai décide d’arrêter de boire du vin, non que je sois un alcoolique repenti malgré mes premières gouttes des l’âge de cinq ans lorsque mon oncle prenait un verre avec mon père. Je devais les emmerder, alors ils me donnaient droit a un petit verre pour me calmer ou peut etre pour deja m’introduire au monde des plaisirs.vin
J ‘ai depuis conservé un grand, très grand plaisir a boire du vin mais toujours avec modération, a table et surtout le Shabbat et en hiver.
J’ai tout essayé, des Bordeaux aux Golan, des vins épicés australiens aux naturels de Colombie Britannique. Je les notais , je les appreciais et j’en
jouissais. Et puis l’on disait (toujours ces cons de ON) que le vin était bon pour la santé, le cholestérol et la bonne humeur.
Mais voila depuis que j’ai lu sur le nouvel-obs:
Une étude de PAN-Europe (Pesticides Action Network) sur une quarantaine de bouteilles (dont certains crus classés !) a montré que tous les vins conventionnels étaient contaminés. Certains présentent des concentrations atteignant 5 800 fois les doses maximales de pesticides autorisées dans l’eau du robinet !
«Le raisin est un des fruits qui demande le plus de soins phytosanitaires, il n’occupe que 3% de nos terres agricoles mais il utilise 20% des pesticides totaux,et on a découvert 51 pesticides dans des raisins – dont certains interdits d’usage.

Donc tant que c’était bon pour la santé OK, mais la je ne vais pas me suicider.. adieu Cabernet, adieu Sauvignon, adieu mon petit merlot.
Que la vie est triste sans vin certes, mais la vie est dangereuse avec.
A votre Santé, Tchin, Lehaim mais avec quoi trinquer ?