Comprendre le monde en 3 dimensions

26 novembre 2010

dernier volet sur Philippe Starck:

« Nous vivons dans un monde en trois dimensions ; or, nous nous limitons à des feuilles de papier déchirées en deux dimensions. Dès que vous faites un effort, ne serait-ce que pour voir en trois dimensions, tout vous éclate au visage. Et ce qui vous éclate au visage, c’est la compréhension.

En travaillant l’accès à la curiosité, vous entrez dans la grande compréhension. Refuser de comprendre, selon moi, relève de la lâcheté, de la honte. Prenez la pleine lune. On voit deux choses quand on la regarde. On voit un beau rond plat argent. On voit surtout un cliché qu’on a vu dans les films, sur les photos, on voit le ciel, de petites étoiles. Et puis, si on se donne un peu de mal, on voit une sphère : là, on revient aux trois dimensions.
On croit que c’est facile, mais ce n’est pas vrai. Comprendre que vous avez une boule devant vous, c’est accepter l’extraordinaire : l’espace-temps, la notion d’infini, le zéro. Cette pleine lune, elle n’est pas innocente, elle va déplacer des milliards de tonnes d’eau, la marée. Comprendre, c’est avoir les yeux en rayons X et établir des corrélations entre les événements.
»

J’ajouterais à cette superbe analyse que l’on apprend quand on comprend, et que dans notre monde à 3 dimension on nous a appris plutôt à réagir à 2 dimensions, même le langage est a 2 dimensions: oui/non, noir/blanc, bon/mauvais, 0/1, chaud/froid ect… La troisième dimension est enfouie entre ces deux, dans l’éventail entre le bon et le mauvais, entre le noir et le blanc, entre la vérité et le mensonge et c’est pourquoi le monde n’est pas si simple à vivre, à décrypter.
Rechercher cette troisième dimension c’est apprendre à comprendre.


la créativité vu par le plus célèbre des créateurs

26 novembre 2010

2eme volet sur Philippe Starck:

Aujourd’hui, on est dans une société dite créative, mais en fait elle manque cruellement de créativité. Si nos ancêtres avaient été aussi peu créatifs que nous, on en serait aujourd’hui à l’âge des cavernes. Ce que l’on prend pour de la créativité, ce sont les médias, les gens du marketing qui nous disent le matin ce qu’il faut penser pour savoir quoi acheter le soir. En fait, on a tendance à parler de l’application de la créativité. L’art dans la créativité n’est qu’une microfacette par rapport à la créativité générale des scientifiques, des industriels, des ingénieurs, des hommes d’affaires, de n’importe qui à chaque seconde.


intelligence, sexe et rapport à l’autre vu par le plus célèbre des créateurs

24 novembre 2010

L’intelligence de la femme n’est pas l’intelligence de l’homme. Je ne fais pas de sectarisme imbécile, mais les deux structures ne sont pas les mêmes. L’intelligence de l’homme est orthogonale, cartésienne malgré une espèce de folie qui le sauve ; celle de la femme, intuitive, dans la fluidité, le continuum des choses.
C’est pareil pour le sexe : nous, les hommes, sommes tous en train de faire l’amour à un corps, quand les femmes, depuis toujours, font l’amour à un cerveau.
Le rapport d’homme à homme est un rapport de chocs frontaux, c’est de la boxe, la boxe américaine où chacun se fait mal. Le rapport d’une femme à l’autre, cela relève de l’aïkido, c’est-à-dire que grâce à une faiblesse bien comprise, on prend la force de l’autre et on s’en sert pour l’anéantir. »

Si, comme moi, vous convenez de la justesse de l’analyse, des différences hommes/femmes et des rapports hommes/hommes et femmes/femmes, il ne reste plus qu’à savoir qui est actuellement le plus célèbre des créateurs. Il a créé cette chaise transparente en 2002 …..