Entre perturbateurs endocriniens et perturbateurs financiers

6 juin 2016

Perturbateurs endocriniens ? Il s’agit de substances chimiques omniprésentes dans une multitude d’objets de consommation courante, dans les cosmétiques, les pesticides ou les plastiques (à l’instar du bisphénol A).

Capables d’interférer avec les hormones des espèces animales, humains compris, les perturbateurs endocriniens sont soupçonnés d’être en partie responsables de l’incidence croissante des maladies du monde « moderne » : cancers hormono-dépendants (sein, prostate, thyroïde…), troubles de la fertilité, obésité, diabète, autisme…

Pourtant, ces perturbateurs ne sont pas régulés en tant que tels et cette faille réglementaire constitue un risque majeur pour la santé publique.

Pertubateurs financiers ? Des secteurs entiers de l’industrie seront concernés à moyen terme par leur réglementation. Des milliards d’euros sont en jeu.
La perspective d’éventuelles restrictions, parfois même d’interdictions, suscite de vives inquiétudes chez les industriels. Des manoeuvres, des manipulations, des pertubations, des transferts de fausses informations, tous les lobbystes de la chimie et de l’agro-alimentaires y vont de plein fouet accusant les scientifiques de l’union europeenne de pseudoscience. On y retrouve les 2 poids lourds allemands BASF et Bayer ainsi que la multinationale suisse Sygenta et le super canon l’americain Monsanto. Bref tout ceux pour qui le pognon prime sur la vie et la santé.
Dilemne du XXI eme siécle, ce sera la dictature des riches contre la democratie affaiblie du peuple, le 1% qui detient autant que les 99 autres.

4923090_7_d1c7_2016-05-20-80dc487-25903-xvxt5o_a8dad522c1373cfa8004c507f5a282aa
Nous voila donc pris au piége entre perturbateurs endocriniens et perturbateurs financiers, nous voila donc au XXIeme siecle avec moins de droits qu’au XXieme siecle. La democratie s’effrite, le capitalisme financier se deploit et nous fait plier l’echine. Il n’y a que le totalitarisme qui peut nous sauver, un Poutine mondialisé puisque les Obama, Hollande et Cameroun ont fait faillite depuis longtemps.
Pour ceux qui comme moi ont vecu mai 68, 2016 est un constat de desespoir.


Ce qui tue plus que la terreur

22 mars 2016

La terreur version XXIeme siècle tue aveuglement par ci par la de par le monde, beaucoup au Proche Orient, souvent en Afrique , et parfois en Europe comme à Paris novembre 2015 et aujourd’hui Bruxelles mars 2016.
Mais cette terreur est plus dérangeante dans notre bien être qu’exterminatrice. on peut dire qu’elle a fait au maximum un millier de mort dans les 12 derniers mois, de loin de tres loin et même sans comparaison aux dégâts et morts causés par exemple par les pesticides avec en arrière fond une puissante industrie partagée entre six multinationales et un résultat plus qu’alarmant: 97 % d’aliments contiennent des résidus de pesticides.

Parmi les pesticides, on compte des perturbateurs endocriniens, capables d’interférer avec le système hormonal,
Nombre de pesticides sont classés CMR — cancérogènes, mutagènes (toxique pour l’ADN) ou reprotoxiques (nocifs pour la fertilité). Certaines de ces substances chimiques sont suspectées dans plusieurs maladies émergentes en lien avec le dérèglement du système hormonal : diabète de type 2, obésité, cancers hormonodépendants (sein, prostate, thyroïde) et troubles neuro-comportementaux (troubles de l’attention, hyperactivité, etc.).
Donc en ce jour de terreur, il s’agit pour nous gens responsables de dire à ceux qui nous gouvernent NON AUX PESTICIDES.

La probabilité de mourir à la suite d’un acte terroriste est infinitésimal et tend vers zéro pour chacun de nous, mais la probabilité de mourir des conséquences des pesticides ou de la pollution de l’air est énorme. Si nous avions des politiciens responsables ce serait leur combat et non celui plus aise qui consiste a nous faire peur de la terreur dans le but de nous détourner du vrai génocide: pesticides, air polluée, eau contaminée. Là est le vrai combat ne soyons pas dupes