Papa, incroyable mais vrai, deuxiéme épisode

7 août 2017

A Michel, Vivie et Yossi

Comme dans le premier épisode, ce second se passe aussi à Montreal. Depuis ce premier épisode la photo d’identité de Papa ne me quitte pas, toujours dans la premiére poche de mon porte monnaie ou plutot mon porte carte de credit (car la monnaie a disparu et je paie tout ou presque avec ma carte). Chaque jour ou presque je la sors de sa cache, je lui parle, parfois je plaisante, d’autre j’ironise et meme je le gronde en evoquant son comportement passé. Tout cela est devenu une habitude quotidienne qui m’amuse et me reconforte.
Lundi dernier je m’aperçois que la photo a disparue, je cherche dans mon armoire, dans la voiture, un peu partout mais rien je l’ai perdue. Terrible oh rage oh desespoir ! Je suis bien triste surtout que je n’ai pas eu l’idée de photographier la photogtaphie (hic). Je fais un flashback pour me souvenir quand je l’ai vue la derniere fois. Le seul souvenir vague est que la photo a bougé lorsque j’ai sorti mon porte-credit mais j’etais assez stressé et je lui ai dis » pas maintenant je suis debordé ».
A ce moment la photo a du tomber, c’est une photo d’identité aux dimensions minimes donc aucune chance de la retrouver me dis-je.
Mais cette photo a deja une longue histoire! et dimanche en revenant dans un magasin de parquet, je retrouve les 2 sympathiques employés quebecois Mano et Benoit qui plaisantent tout le temps.
Je demande aussitot à Mano  » z’avez pas trouvé une photo d’identité »,
« Bieen que si repond Mano, demandez à Benoit!  » Et Benoit bien qu’occupé avec des clients me tend la photo. Quelle joie je lui serre la main, j’ai envie de l’embrasser tellement je suis ému. « Je l’ai trouvé et j’ai remarqué qu’elle était plastifiée donc je me suis dit qu’elle devait être importante. »
Et la voila cette photo de papa qui apres avoir parcouru des continents de Jerusalem, de Montreal à Vancouver, aprés s’être dejà ègarée, se retrouve de nouveau dans mon porte-crédit.
Un signe de Papa qui a été vexé par mon attitude mais qui en fin de compte me dit « on se debarrasse pas aussi facilement de moi, je suis de retour « . Allez on recommence notre roman.

Incroyable mais vrai.

Gerard

A LIRE OU A RELIRE SUR LE MEME THEME:

– Papa, incroyable mais vrai

Publicités