Le monde est en train de basculer

30 mai 2010

On prédit une progression du PIB européen de 1,2 % en 2010. Autrement dit, rien. Trop de dette pour avoir de la croissance et pas assez de croissance pour réduire la dette. On n’en sort pas.

A peu près partout ailleurs qu’en Europe, on consomme, on investit, on achète, on construit, on commerce, on embauche, on échange, on transporte, on produit.

Les pays émergents, petits et grands, construisent leur avenir en travaillant. Et dépensent l’argent de leurs excédents pour s’équiper en infrastructures. Les chinois eux ne sont plus sûrs de récupérer un jour l’argent qu’ils ont prêté à l’Europe.

Terminée l’époque ou l’économie mondiale tournait autour du Vieux Continent et que la planète tout entière admirait son modèle.
Conclusion: un européen qui fait grève ferait mieux de se remettre au travail si travail il y a.


Cet article est basé sur l’excellente chronique C’est à Pékin qu’il faut aller manifester de Pierre-Antoine Delhommais