Le Corbeau et le Renard version 2016

26 avril 2016

Les compliments d’Obama à Merkel et à l’Europe pour les faire tomber dans le panier américain grâce au traité de libre-échange transatlantique me rappellent les compliments du Renard au Corbeau des fables de La Fontaine, ce n’était pas si lointain mais toujours d’actualité.

Maître Corbeau Angela Merkel, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard Obama, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. »
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.  »
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.


Rien ne sert de courir Mister Président, il faut partir à point !

11 novembre 2009

Trop occupé, Barack Obama ne s’est donc pas rendu aux cérémonies du mur de Berlin, ne serait-ce que pour célébrer le rôle essentiel des États-Unis dans la victoire de la liberté en Europe.
Trop occupé, Barack Obama reçoit après 20h Bibi Nathanayou sans fanfares et journalistes.
Trop occupé, Barack Obama a beaucoup à faire ces jours-ci.
A trop discourir, parlotter, parlotter, sur toutes les chaines de télévisions et devant tous les micros possibles et imaginables pendant ses 9 mois à la Maison Blanche, B.O a négligé contacts, études de dossiers, réunions avec les conseillers, rencontres diplomatiques et stratégies.

Il a cru qu’à travers des discours, des beaux discours, il réussirait à résoudre tous les problèmes, de santé, de fanatisme religieux, du nucléaire iranien, du Proche-Orient, des forces en Afghanistan.

Force est de constater non seulement qu’aucun des grands problèmes planétaires n’a été résolu pendant ces 9 mois Obama, mais qu’il y a eu
aggravation: chômage, Afghanistan et P.O en sont la preuve.
Il faut donc revenir a la réalité, au travail de base, aux analyses des dossiers, ces dossiers qui se sont accumulés sur sa table de travail pour pouvoir prendre des décisions.

Rien ne sert de courir Mister Président , il faut partir à point !
Le lièvre et la tortue en sont un témoignage.

discourir comme courir

discourir comme courir


La Fontaine en 1668 nous fournit également la morale de la fable
Eh bien, lui cria-t-elle, avais-je pas raison ?
De quoi vous sert votre vitesse discours ?


Bernard Madoff – tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute

16 décembre 2008

Madoff a utilise une chaîne de Ponzi, qui est une vente pyramidale, une escroquerie mettant en jeu un effet boule de neige qui repose sur la promesse de profits inédits, entraînant un afflux de capitaux qui entretiennent le « contrat » initial, jusqu’à l’explosion de la bulle spéculative ainsi créée, au bénéfice de l’initiateur de la chaîne

J’investis 10 millions de $, il m’en promet 11 dans un an en utilisant l’argent déposé par les clients suivants. Lorsque la chaîne se coupe, la bulle éclate : tous les derniers investisseurs sont spoliés. Sont gagnants ceux qui ont quitté le navire à temps par hasard certainement.

La fable de la Fontaine « le corbeau et le renard » est toujours d’actualité : Madoff savait se montrer généreux donateur pour diverses œuvres caritatives. Ne flattez- t’il pas en déclarant version le renard « votre ramage se rapporte à votre plumage » ou version Madoff  » votre fortune vous représente et mérite le meilleur ». Les plus grandes fortunes de la planète se sont laisses séduire.

Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute.

http://www.lafontaine.net/arac270/01-02.jpg

Maître corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître renard par l’odeur alléché ,
Lui tint à peu près ce langage :
«Et bonjour Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli! que vous me semblez beau!
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois»
A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec laisse tomber sa proie.
Le renard s’en saisit et dit: « Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute:
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute. »
Le corbeau honteux et confus
Jura mais un peu tard , qu’on ne l’y prendrait plus.