Les footballeurs sont de grands malades

18 novembre 2010

Le docteur Jean-Pierre de Mondenard s’attaque au dopage dans le foot *

Aujourd’hui, dans le foot, comme dans les autres sports, ce sont la condition physique et les qualités athlétiques qui priment. Il faut, comme on dit dans le milieu, « un gros moteur » pour percer. Et le dopage est très efficace pour améliorer les capacités physiques. Il aide à enchaîner plus rapidement un dribble, à augmenter la puissance d’un tir du pied ou de la tête, à courir plus vite dans les couloirs, à sauter plus haut dans la surface de réparation. Dans les vestiaires, on parle de « produits de récupération », jamais de « dopage ». On se cache derrière les mots. Le paradoxe, c’est que quasiment tous les joueurs disent ouvertement s’injecter des vitamines juste avant une rencontre ou même à la mi-temps, alors que, pour le coup, il est médicalement démontré que l’effet est quasiment nul sur le match en cours.

Et dire que ces footballeurs, ces malades finalement sont nos vedettes, nos dieux du stade et que nous les finançons!, nous supporters, clubs, télévisions et publicitaires.


*Dopage dans le football. La loi du silence.