Vasco de Gama version Iphone.

19 avril 2019

Méli-mélo, je voulais connaitre le pays de mes ancêtres, à commencer par Lisbon ou Lisboa pour un Roua. Mais mondialisation oblige, nous voila partout innondé par ce tourisme de masse et des pickpockets qui font partie intégrale du paysage.
Sur le chemin du retour Av de la Liberdade, ma liberté prend fin, on a piqué le Iphone, les cartes de credit et le cash de ma chère conjointe. Et moi qui avant mon depart ait refusé un abonnement tel/internet et des assurances dégâts, me voici bien embarassé, je ne peux rien contacter si ce n’est ma betise. On rentre donc à l’hotel d’où on annule d’abord les cartes de crédit, mais avant d’annuler les banquiers via leurs porte-paroles ne cessent de répéter qu’une nouvelle carte arrivera dans 4 jours. Oh rage! ce qui m’interesse c’est de bloquer ma carte, ce qui les interesse avant tout c’est de me vendre une carte !
Bref on arrive au principal probléme, le Iphone qui est devenu notre nouvelle maison, tout y est installé, banque, documents, les photos souvenirs, les enfants, les petits, la famille, les amis et le perdre c’est se sentir subitement sans liens. Oui, il y a « Find my Iphone« , on essaye donc mais rien, car le télephone perdu/volé n’est pas relié à l’internet. Mais c’est oublier que Big Brother Apple qu’on le veuille ou pas nous traque sans cesse et subitement le télephone est localisé dans un jardin public entre un hotel et un bordel Place de Alegria, vraiment la joie de l’espoir. Je saute dans un taxi et me rend au jardin, mon chauffeur de taxi m’attend et je me mets à rechercher presqu’aveuglement puisque mon propre télephone  aussi n’est pas relié à l’internet dés que je quitte l’hôtel.
Des dizaines de poubelles et prés de chacune je fais sonner mon telephone sur le Iphone  perdu pour pouvoir le localiser d’après le son. Peine perdue et il commence à faire nuit. Mais là, le chauffeur de taxi me signale qu’il a un wi-fi dans son taxi et grace à cela on peut mieux localiser le iphone, on s’y rapproche en taxi mais on ne peut dire si il est à l’interieur du jardin ou en dehors, puisque la localisation est approximative. La encore mon chauffeur de taxi que je nommerais Vasco de Gama, souvenez vous Vasco le portuguais a découvert la route des Indes par mer en 1499 et mon Vasco m’a aidé à découvrir  mon Iphone et ma bêtise  en 2019.

mhq-gama-960x640
Donc  Vasco me signale qu’il a un router mobile et grace à cela j’ai l’internet au jardin et je peux mieux localiser, je continue de téléphoner et là, surprise, j’entends la sonnette, j’ouvre une des poubelles et juste au dessus le Iphone volé est retrouvé. Joie, extase, j’explose. Incroyable mais vrai, puisque le policier qui recoit notre déclaration de vol le lendemain reste penaud et refuse d’y croire, c’est la premiere fois qu’on retrouve ainsi un Iphone volé. Oui, mais c’est grâce à Vasco de Gama! Quant au policier il ne cesse de reclamer  des Pasteis de Nata le gateau national. Qu’un policier réclame ainsi semble drole mais il est sympathique, plaisante et surtout l’ambiance est celle des bureaux de police des années 60 ou genre Louis de Funes bien differente des polices blindées de l’après 11 septembre 2001. Donc on lui a offert de bon coeur ses Pasteis de Nata qu’il a du avaler sous l’oeil des dizaines de touristes venus faire une déposition de vol.

reader-pasteis-de-nata-2Conclusion de tout ce meli-melo, le tourisme des villes est à eviter, on ne peut plus se dispenser de lignes internet où que l’on soit, on s’en fout deja de perdre sa carte de crédit mais on devient impotent et malheureux des qu’il s’agit de son télephone.
Enfin il faut toujours tenter l’impossible, c’est ainsi et sans ligne internet que j’ai pu retrouver le Iphone. C’est vrai j’ai eu la chance de tomber sur un chauffeur particulier et compétent. Merci cher chauffeur de taxi qui m’a montré la gentillesse des portuguais qui vivent semble t-il plus relaxe que dans les pays plus développés genre Etats Unis ou Israel.
Mon chauffeur m’a raccompagné à l’hotel, j’étais trop excité par cette journée et je n’ai pu lui demander son nom, un anomyme que je nommerais Vasco de Gama.


Comment échapper aux pièges d’Apple ?

22 décembre 2017

Apple a donc confirmé ralentir ses anciens modèles d’iPhone lorsque leur batterie vieillit. Selon elle, l’objectif est d’empêcher ces iPhone de s’éteindre brutalement, notamment lorsqu’on lance une application un peu gourmande en CPU.

Apple aurait pu et aurait du se contenter de proposer ce « soin » plutôt que de nous l’imposer et nous aurions pu decider en notre âme et conscience mais Apple a choisi la méthode totalitaire plutot que dèmocratique, à moins qu il ne s’agisse d’une obsolescence programmée pour que nous nous ruions vers un nouvel Iphone.

J’ai toujours eu l’impression qu’Apple me piégeait avec ses updates parus un ou deux jours aprés l ‘apparition d’un nouvel iOS
. J’ai toujours fui ces updates mais parfois, pris au piége lorsque je devais telephoner en urgence et que le update m’attendait au tournant, et sans le vouloir j’appuyais sur le maléfique update.
J’ai pris alors une decision que j’ai depuis toujours respecté et qui a sauvé mon iphone:
dès que je recois un avis d’update je laisse tout tomber et me precipite sur les definitions:

Settings
General
Storage & iCloud Usage
Manage Storage
iOS (numero …)
Et Ooops j ‘appuie avec satisfaction sur delete update ….

Dès lors je suis tranquille pour plusieurs jours …… jusqu’au prochain update.
Mais l’astuce a étè de réagir aussitot à l’annonce de l’update pour ne pas me faire pieger par surprise.

f30e0376ae80fc4d2e594debd3db2940

Apple a toujours declaré que ses updates avaient pour but d’empecher des failles de sécuritè, mais en réalité ce n’était que la main mise d’Apple sur mon appareil personnel que j’ai acheté à plein prix.
Plus gangster que celà! Donc il faut se barricader et empecher l’intrus de vous devaliser. Refuser les update c’est proteger son appareil contre ….. Apple une compagnie qui vous veut du bien, qui cherche à proteger votre batterie !
Quelle époque !! il ne reste plus à Frigidaire qu’à retirer mon camembert car il dégage une mauvaise odeur.


Portable insupPortable

15 décembre 2014

L’insupportable portable, nous sommes tous soumis  de plus en plus à cette tyrannie, ma memoire est celle de mon iphone, mes connaissances sont celles de Google, mes trajets sont ceux de GoogleMaps, mes reves sont sur le Cloud, 

J’en ai un comme tout le monde. Mais c’est immense, l’influence du portable sur notre existence. Une promenade, il y a encore vingt ans, dans une rue pouvait être froide, sans intérêt, mais il y avait la passante de Brassens, ces femmes qu’on voit quelques secondes et qui disparaissent. Il pouvait y avoir des échanges de regard, une possibilité virtuelle de séduction, un retour sur soi, une réflexion profonde et persistante. Personne, à part peut-être Alain Finkielkraut, n’a pris la mesure de la barbarie du portable. Il participe jour après jour à la dépossession de l’identité. Je me mets dans le lot.

La relation la plus élémentaire, la courtoisie, l’échange de regard, la sonorité ont été anéantis pour être remplacés par des rapports mécaniques, binaires, utilitaires, performants…

Fabrice Luchini

Mes 5 sens sont branchés sur lui, mon regard s’y fixe, mon ouie est toute iTunes, mon langage est tout Siri,  mes sens du toucher ne le lachent pas, quand à l’odorat il est inexistant exarcerbé par mon inattention du milieu ambiant.


En vacances

21 juillet 2013

Mon oeil ! Des vacances pareilles n’existent plus au XXI ieme siécle, il manque le iphone, le mec-phone qui ont remplacé l’electrophone et le francophone. Meme la faune n’est que plus chifonne.
Des vacances sans iphone qui vous espionne c’est tout ce que je vous souhaite (pour 2013).


Jour magique: 1er septembre rentrée des classes.

29 août 2009

A défaut de fréquenter les bancs d’école, laissons nous gagner par la nostalgie de la rentrée.
Bancs en bois, craie, taille crayon, encre et plumes, jeux de billes et marelles de l’époque ont été remplacés par les uniformes mode H&M , agenda électronique, iPhone et Wii.
Rentrée des classes, retour a l’école, collège ou université, c’est le rêve ou la nostalgie de tous ceux qui vu leur âge (plus) avancé ne peuvent que regretter cette époque insouciante et de jeunesse ou tout était permis.
Les bons amis on se les faisait en classe et pas sur Facebook.
Le savoir se trouvait dans notre tête et pas sur Google.
La véritable communication était directe et pas sur l’Iphone.
Les belles filles étaient en classe et pas sur Youtube.
La vie était réelle et pas du tout virtuelle.
Notre horizon était infini, il n’y avait pas que des 0 (zero) et des 1.

facebook 1960

facebook 1960

A tout âge chacun peut se laisser bercer par ce jour magique: 1er septembre, rentrée des classes.