Assad à Tel Aviv ou le graffiti de rue de Dioz

19 novembre 2013

A Tel Aviv, tout n’est pas que start-ups malgré les 67 sociétés israéliennes cotées au Nasdaq de New York.
Un graffiti de rue de Dioz est la pour pousser le public à entrer dans une galerie d’art.
Rien de moins que le chimiste Assad, il faut dire que l’on avait tendance à l’oublier ces derniers temps et qu’on peut le voir de toutes les couleurs suivant les couleurs gaz utilisés.
Le problème aujourd’hui n’est pas ce que l’on doit faire d’Assad mais plutôt que faire avec les gaz d’Assad, personne n’en veut et même l’Albanie refuse de les recevoir pour les détruire.