L’Espagne ou l’art de la corrida.

23 juin 2012

Les joueurs de foot espagnols en maillots rouge ont réussi à faire foncer les taureaux francais aveuglement pour mieux les déboussoler et les abattre.

Que faire si la corrida est par excellence un sport, un art et un plaisir espagnol. La corrida est  aussi une activité cruelle et immorale  sans nous rappeller que la 1ere Shoah  de l’histoire est espagnole. Imaginez qu’en 2012, pardon en 1492 on vous oblige de vous convertir au christianisme ou bien d’abandonner vos biens et partir, fuir sinon c’est le bucher.  Tout cela au nom, je tiens à le preciser pas au nom de Jésus (*) mais de  la religion fondamentaliste et totalitaire du 15eme siecle.

Jusqu’ aujourd’hui la religion prime en Espagne, et  il n’y a pas encore longtemps  les joueurs se signaient avant d’entrer sur le terrain de foot, aujourd’hui les stars du Real de Madrid ou de Barcelone ne se signent que devant les millions de dollars que ces clubs leur offrent. Nouveau dieu, le dollar a remplacé Jesus et Viva Espana.
Mais victoire ne résoudra pas la dette de 100 milliards des banques espagnoles. Cet Euro décidément nous permet de fuir la réalité.

(*): rectificatif suite à une remarque justifiée reçue.
J’ai fait une erreur de présentation, c’est bien au nom de Jesus que l’Eglise a commis ces crimes contre les Juifs et l’humanité, mais Jesus ne lui a pas donné procuration.


Au secours ! à qui le tour ?

9 juin 2012

L’Espagne est le nouveau malade de l’Europe. Après la Grèce, l’Irlande et le Portugal, c’est au tour du pays de Zara, de Picasso et des taureaux.
Il y a eu LA FOLIE DES GRANDEURS DES RÉGIONS, des megaprojets, et des établissements financiers espagnols qui  ont arrosé de crédits les ménages pour qu’ils s’achètent ces maisons construites en pagaille.
Aujourd’hui un jeune sur 4 est au chomage, plus de credits pour les banques en faillite. Au secours l’Europe ! Mais déjá on se pose la question  Après la Grèce, l’Irlande , le Portugal, et l’Espagne à qui le tour? J’entends déjà la comedia dell’Arte ……


L’équation de la victoire en Coupe du monde de football

11 juillet 2010

Impossible de prévoir les résultats du Mondial, jusqu’à présent aucune équation, aucune régression ne permet de prévoir les scores ou résultats.
Une méthode de calcul basée sur une formule mathématique combinant quatre éléments clés de la victoire – composition actuelle de l’équipe, performances passées, différentiel de buts et situation géographique du pays hôte – n’a donné que des résultats mitigés.
Les footballeurs anglais, chèrement payés, jouent beaucoup moins bien ensemble qu’en première division chacun dans son club. Les stars du Brésil, d’Argentine, ou d’Afrique se protègent plus qu’ils ne se donnent au jeu de l’équipe nationale.

En surtout en coupe du monde, les petits détails peuvent avoir une influence déterminante, une main par ci, un arbitre par la, le hasard d’ être placé au bon endroit et au bon moment ect… d’où l’impossibilité de prévoir. Il ne reste qu’à se reporter à la bêtise pour croire que Paul, la poulpe de l’aquarium peut pronostiquer mieux que les hommes. De plus dans n’importe quel match, c’est plutôt du fifty-fifty les supporters appuient chacuns leur équipe nationale et en fin de match pour 50% c’est le sourire de la victoire et pour les autres 50% c’est la grimace de l’échec.

Si vous avez une explication qui pourrait aider à résoudre l’équation de la victoire, n’hesitez pas à la publier: une bonne équation rendrait caduc le Mondial et à plat tous les espoirs des fans, spectateurs et téléspectateurs.
N’ayons crainte, ce jour est encore loin, le foot c’est comme la vie, il est imprévisible.