la peur, l’ennui, la solitude, la mort vues par un optimiste – née de 87 ans

3 janvier 2011

philosophie de la vie

philosophie de la vie


Vous l’aurez deviné, cet optimiste – née de 87 ans n’est autre que Shimon Peres, le politicien-philosophe de tous temps.

Si lui se pose deux questions cruciales pour pouvoir demain corriger et continuer, ne devrions pas nous nous en poser
une et une seule pour changer un petit peu « notre petit monde ».




Vous n’avez pas l’impression d’être seul ?
 Cette maison, est celle où je vis. Sonia a été l’amour de ma vie, et rien n’a changé et ne changera. Mais elle a choisi un chemin. Moi ici, elle là bas. Et c’est le droit de chacun de choisir son chemin. Je vis donc ici seul. Je me sens seul parfois. Parfois seulement. Je travaille tout au long de la journée et je suis très entouré. Et un homme âgé, a tellement d’années avec lui, trop pour être seul.
 
La mort?
 L’ennui, c’est la mort, la mort, l’ennui. Ben Gourion avait 70 ans, et m’avait dit, je vais mourir à 86 ans, et il est mort cet âge, comme d’ailleurs plusieurs membres de sa famille. Comme un choix. Moi je ne fais pas de prévision…
 
Vous n’avez pas peur un jour de ne plus pouvoir?
 La peur. Que ferais-je avec la peur. Est ce que la peur changera quelque chose, non n’est ce pas. Alors je n’ai pas peur.
 
L’âge ?
 Un homme de 87 ans, peut être aigri, triste, misérable ou optimiste. Je suis optimiste. Un homme âgé, ce n’est pas un homme du passé, c’est un homme, aujourd’hui. Tous les soirs je pense à demain. Tous les soirs, je vais dormir, en me posant deux questions cruciales, qui ai je vexé aujourd’hui, et quelle a été ma contribution à ce monde. Deux questions pour pouvoir demain, corriger et continuer.

Source: 4 minutes avec…interview Arutz 2.


wikileaks, entre le 11 septembre diplomatique et le plus infâme des vices

28 novembre 2010

Premières impressions sur une fuite informatique contre l’Amérique et l’Occident.

Ce 28 novembre 2010 , date de la publication du contenu de 250.000 câbles diplomatiques américains dévoilés par le site WikiLeaks révélant les dessous de la diplomatie des Etats-Unis restera marqué comme le 11 septembre diplomatique.

Ces notes « offrent un panorama inédit des négociations d’arrière-salle telles que les pratiquent les ambassades à travers le monde« . C’est un peu comme si vous et moi parlions d’un tiers, un boss, une amie, un voisin après son depart. En son absence, on ironise, on lâche du lest, on critique on déconne, mais ça reste entre nous. Que se passe t’ il lorsqu’ un participant nous trahit et le raconte en dehors de notre « petit cercle » ? C’est toujours dramatique !
Ainsi ces documents étalent au grand jour les usages habituellement tenus secrets de la diplomatie américaine sur toute une série de dossiers sensibles, et il clair qu’il y a toujours en diplomatie « un fossé » entre ce que l’on publie au public et ce que l’on raconte en privé.

Il est aussi clair que la divulgation des télégrammes diplomatiques confidentiels d’une puissance comme les Etats-Unis ne peut etre anodine. Pour l »Occident et ses alliés la publication des documents est « irresponsable et dangereuse« , elle met à nu l ‘Occident en une période critique de crises économiques, sociales, religieuses, de désœuvrements et autres vices.
Enfin, ce n’est pas un hasard si ces nouvelles révélations émanent des Etats-Unis, la société la plus transparente, plutôt que de Chine ou de Russie.


Le Ben Laden à l’origine de cette grande « fuite » américaine est un militaire désœuvré Bradley Manning, un militaire américain âgé de 23 ans.

Ces fuites font et feront le régal et les UNE des journaux dans le monde , et des curieux que nous sommes, mais à plus longue échéance nous occidentaux en paieront le prix fort, c’est un boomerang qui se retournera contre nous. Dorénavant nos responsables auront encore plus peur d’ouvrir la bouche même en privé, et cette liberté de pouvoir se dire des vérités entre « politiciens » va se reduire et risque de paralyser encore plus toute initiative pour faire bouger les choses.
L’Occident se paralysera encore plus, les démocraties prendront un grand coup et les bénéficiaires seront des Poutine, Ahmenidjab et Ayatollahs, et des chinois totalitaires. Joli goal contre notre camp, décidément comme disait Beaudelaire

Dans la ménagerie infâme de nos vices,
II en est un plus laid, plus méchant, plus immonde !
[…] C’est l’Ennui !

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal