“Passions” déçues de Sarkozy

8 octobre 2019

Je reçois un coup de fil de la bibliothécaire de CSL,
“ BONJOUR / HI ”.
Je réponds “BONJOUR”.
De cette anodine et banale réponse la bibliothécaire en déduit qu’elle doit me parler en français, ainsi vit Montreal en cette veille d’élection fédérale, il ne faut surtout pas choquer quiconque.

– « J’ai pour vous « Passions » de Nicolas Sarkozy, vous pouvez passer le prendre, vous êtes le premier sur la liste, ça me semble un livre passionnant, bonne lecture ! »

Passionnant ! C’est trop dire !
Passions! peut être ! c’est un état affectif intense et irraisonné qui domine quelqu’un.
Sarko a deux passions la politique et Carla.
Première déception, je pensais trouver dans cette lecture l’histoire d’un quinquennat à l’Elysée, les idées d’un Président sur le Monde moderne surpeuplé et mondialisé mais le livre s’arrête avec son élection en 2007.
Seconde déception, c’est un règlement de compte politique au sein de la droite, avec Chirac, avec Villepin, avec Filion, avec …, avec…, et même un règlement avec Ségolène Royal non sur le duel entre les 2 candidats à la Présidentielle mais sur des affaires de famille.
Je pensais que les politiciens avaient une peau d’éléphant pour les protéger de ces combats perpétuels mais leur égo est au delà et leur rancune ne s’efface jamais.
Je croyais trouver de grandes idées de chef d’État, je n’ai trouvé que de la petite politique de partis.
La deuxième passion donc, c’est Carla “je peux maintenant dire que le coup de foudre existe! Il fut immédiatement, immédiat et sans appel.
Un coup de foudre bien sur ça existe chez les jeunes jeunes et les braves naïfs. Nous sommes en 2007, Sarko est quinquagénaire et politicien ! Bon si ça peut lui faire plaisir laissons le croire surtout qu’il me semble que ce livre est l’œuvre d’un nègre littéraire plutôt que de la plume de Sarko, je préfère encore lire Nicolas et Bonsoir les Enfants

Epilogue: Je prends mon téléphone
– BONJOUR / HI
– Library of CSL, HI !
– Can you please réserve me a film or a book on NICOLAS,
….. NO …. not SARKOZY, but NICOLAS AND PIMPRENELLE

Décidément on parle de moins en moins français à Montréal !


« Je n’écris pas, je crie » ou  Martin Gray, au nom de tous les miens.

26 mai 2013

Je suis tombé chez mon bouquiniste sur un livre en piteux état, agraffé sur les bords mais le nom Martin Gray que je connaissais guére m’a attiré. Je l’ai lu anxieusement, effrayé, revolté, desorienté……
Trop touchant, trop poignant, c’est le livre de l’horreur, mais de l’horreur reelle, de l’incroyable, l’inimaginable qui dépasse l’entendement humain, et pourtant tout est vrai. Marin Gray c’est l’histoire de la Shoah et l’histoire tragique  d’un juif qui échappe aux camps de la mort mais perd toute sa famille, pére, mère, fréres  dans les camps de concentration, puis celle d’un rescapé qui perd sa famille entiére,  femme, fils et filles dans un incendie en 1970.

« Pourquoi, pourquoi moi? Pourquoi deux fois les miens, n’avais-je pas assez payé mon tribut aux hommes, au destin ? Pourquoi ? » 

Au nom de tous les miens est un récit réel recueilli par Max Gallo qui a reussi à retransmettre le message sur les Juifs: peuple martyr et indestructible.

A travers Martin Gray on mesure la barbarie du siécle (dernier), dernier ? Esperons le,  mais les débuts du  XXI ieme siécle sont au rouge, les nouveaux antisemites ont ressurgis comme les herbes de mon jardin, j’ai beau les arracher, elles reviennent, mais ils savent qu’il n’ont plus affaire comme dans le passé  à un peuple martyr mais à un Etat fort.

Puis nous n’avons plus rien eu à manger. J’ai cessé d’aller dans les banlieues creuser des tranchées. Il fallait vivre, apprendre à lutter pour boire et manger, comme les bêtes. J’avais connu des hommes. L’espèce en semblait disparue.
Je me suis battu pour défendre ma place dans une longue queue devant la boulangerie du quartier. J’ai poussé, j’ai moi aussi bousculé des femmes. J’étais fort.
Je regardais, je voulais ma part, pour moi et les miens mais j’essayais de comprendre. Peut être était-ce naturel, cette lutte, chacun pour soi, pour sa famille? Plus personne ne semblait se connaitre
.

JE CONSEILLE DONC VIVEMENT CE LIVRE! VERITABLE LECON (de philosophie) sur la barbarie humaine.
 Martin est un Héros !  Chapeau Max Gallo !