Lectures d’été avec Amos Oz, scènes de vie villageoise

27 août 2012

En refermant le livre, il me manquait quelque chose de non défini pour résumer mon impression de lecture. Je ne l’ai su qu’en écoutant l’interview d’Amos Oz: « la plupart des personnages du livre attendent que quelque chose se concrétise, très souvent les personnages ne savent pas ce qu’ils attendent. Mais je pense que ceci est la condition dans laquelle nous vivons tous, n’est ce pas ?  »
Le lecteur de ce livre se trouve dans la même position que les personnages, le lecteur s’attend à quelque chose et le recit garde ses attentes ouvertes.

Pour résumer le thème de ses romans, Amos Oz déclare « en un mot c’est la famille, en deux mots c’est famille malheureuse, et pour le résumer en trois mots il faudrait lire toute mon oeuvre. »


Quelques citations intéressantes sur la vie pour clore:

Les comparaisons sont toujours un peu fallacieuses.

Entre Rachel et lui regnait l’armistice ordinaire propre aux vieux couples, une fois que les querelles, les humiliations, les séparations temporaires leur eurent appris à examiner avec précaution chaque empreinte de pas et à contourner les champs de mines balisés.

La vie n’avait de sens que si l’on se consacrait à une idee ou une passion. Sinon l’existence était vide, insipide et sans intérêt aucun.

En chaque adulte, sommeille l’enfant qu’il était jadis.